Suivez-nous

Les bangs permettent-ils une consommation plus saine ?

Publié

le

Bang et consommation saine

Que se passe-t-il réellement dans un bang ? Quelle est la science derrière la pipe à eau ? L’eau et les bulles rendent-elles vraiment l’inhalation plus saine ?

PUBLICITE

Comme souvent, c’est plus compliqué qu’il n’y parait. La combustion d’herbes séchées produit un flux de fumée qui contient tout ce que vous voulez – les principes actifs de ces herbes – et beaucoup de choses que vous ne voulez pas, comme de la fumée chaude, du goudron et des particules fines.

Le terme « goudron » est d’ailleurs un terme fourre-tout pour désigner les centaines de composés désagréables produits par la combustion. À part la nicotine, la fumée de cannabis est qualitativement similaire à la fumée de tabac, avec beaucoup d’hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) que vous ne voulez pas avoir dans vos poumons.

Le bong, aussi appelé « pipe à eau », refroidit immédiatement la fumée en la faisant passer dans l’eau, ce qui permet de fumer en douceur. L’eau filtre également les cendres qui pourraient autrement être projetées dans la bouche ou les voies respiratoires. L’eau agit ainsi comme un filtre, d’où sa couleur qui finit par devenir brune.

Personne ne sait néanmoins à quel degré de filtration les cannabinoïdes sont soumis. Tout juste sait-on que l’eau ne fait pas un bon travail pour dissoudre les cannabinoïdes ou les terpènes, la perte s’avérant alors négligeable.

PUBLICITE

Ce qui se trouve dans l’eau peut aussi changer la nature de la fumée. De l’eau sale produira un goût immonde, avec des risques d’inhaler des moisissures si l’eau est restée trop longtemps dans le guebish.

Il n’est par ailleurs pas conseillé d’utiliser de l’alcool à la place de l’eau, l’inhalation des vapeurs d’alcool étant toxique. En outre, les cannabinoïdes et les terpènes sont plus susceptibles de se dissoudre dans l’alcool que dans l’eau, ce qui revient à priver la fumée de ses composés les plus désirables.

L’échange gaz-liquide se produit uniquement entre la surface de chaque bulle et le liquide environnant. Un diffuseur qui produit beaucoup de petites bulles offre un rapport surface/volume relativement élevé permettant un échange plus important entre le gaz et le liquide et vraisemblablement un plus grand degré de filtration.

Les bangs et la science

Très peu d’études ont été réalisées sur le cannabis et les bangs. Une de ces études a été menée en Californie au milieu des années 1990 par Dale Gieringer, coordinateur de NORML dans le même Etat, en association avec MAPS, l’Association multidisciplinaire pour les études psychédéliques. Ils voulaient tester l’efficacité des bongs, des joints et des vaporisateurs. Ils ont découvert que les joints non filtrés étaient en fait plus efficaces que le bang, et de loin. Le bang, ont-ils rapporté, « produisait 30% de goudron en plus par cannabinoïdes que le joint non filtré ». Le vaporisateur – à l’époque, l’un des premiers sur le marché – a largement surpassé tous les autres, en fournissant beaucoup plus de cannabinoïdes par unité de goudron.

PUBLICITE

L’un des problèmes, écrit Gieringer à l’époque, est que les chercheurs ont été contraints d’utiliser du cannabis de mauvaise qualité fournie par le National Institute on Drug Abuse, avec des taux de THC de 2,3 %.

« Nous avons été surpris et un peu déçus à l’époque », a rappelé M. Gieringer. « Mais nous avons appris que la vaporisation semblait bonne, même avec ce qui était à l’époque un appareil vraiment rudimentaire ».

Toujours au milieu des années 1990, le pharmacologue Nicholas V. Cozzi, de l’Université du Wisconsin, a passé en revue les études existantes sur les pipes à eau, datant pour la plupart des années 1960 et 1970. Il a constaté que les dispositifs « peuvent être efficaces pour éliminer les composants de la fumée de cannabis qui sont des substances toxiques connues, tout en laissant le THC passer relativement intact ».

Les résultats contradictoires étaient pour le moins déroutants et soulignaient la nécessité de poursuivre les études. Les chercheurs ont toutefois davantage concentré leur attention sur les études des vaporisateurs, considérés comme un outil plus sain pour la consommation de cannabis.

En attendant, Gieringer avait un conseil pour ceux qui cherchent une forme de consommation plus saine : « Le moyen le plus simple pour la plupart des fumeurs d’éviter les toxines nocives de la fumée », écrit-il, « pourrait être simplement de fumer du cannabis plus fort ». Mais en plus petite quantité.

Aurélien a créé Newsweed en 2015. Particulièrement intéressé par les régulations internationales et les différents marchés du cannabis, il a également une connaissance extensive de la plante et de ses utilisations.

Green Friday
Silent Seeds

Sites partenaires

Suivez toute l’actualité des vaporisateurs sur LesVapos, tests et conseils d’achats pour vaporisateurs à herbes séchées et concentrés.


Acheter des graines de cannabis féminisées et autoflorissantes en direct de la Barney’s Farm d’Amsterdam, graines gratuites avec chaque commande.

Si vous êtes au Royaume-Uni et avez besoin d’étonnantes Cali Weed Strain Seeds, Barney’s Farm a la meilleure sélection.


Découvrez les fleurs de CBD avec Le Chanvrier Français

Trending

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !