Suivez-nous

Cannabis en Afrique

Le Zimbabwe va légaliser le chanvre

Le Zimbabwe va légaliser le chanvre

Le Zimbabwe a annoncé début août son intention de légaliser le chanvre dans un avenir proche. Le pays cherche en effet a abroger les lois interdisant la culture industrielle du chanvre, alors que le pays cherche à accroître les recettes des exportations, et qui permettrait de compenser les pertes liées à la campagne mondiale contre le tabac initiée par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). La ministre de l’Information, Monica Mutsvangwa a indiqué que le tabac « fait actuellement face à la possibilité » d’une interdiction internationale « en raison de ses effets néfastes sur la santé ». Le Zimbabwe étant actuellement le 7ème producteur mondial de tabac, le chanvre pourra s’avérer un relais de croissance pour le pays avec l’industries minière, aujourd’hui très lucrative.

PUBLICITE

Le Zimbabwe a légalisé le cannabis médical en mai dernier, devenant ainsi le deuxième pays africain à le faire. Les responsables de la légalisation avaient déclaré s’attendre à ce que les ventes des exportations de cannabis à des fins médicales atteignent 7 milliards de dollars d’ici 2023. En mai, la société de cannabis médical Ivory Medical a obtenu l’autorisation de cultiver 10 hectares de cannabis médical dans une prison, afin de permettre la réinsertion plus facile des détenus après avoir purgé leur peine. Ce projet est un partenariat entre Ivory et le ministère de la Santé et de la Protection de l’enfance, financé en partie par NSK Holdings & International Investors et des sociétés Symtomax, qui fournissent un soutien technique et agricole.

La pays n’a pas encore estimé le revenu potentiel pouvant être tiré des exportations de chanvre industriel, mais se disent ouverts à ce nouveau marché. La situation économique du Zimbabwe est troublée, puisque le pays est actuellement confronté à un problème de conversion de devises étrangère, qui a entraîné une pénurie de carburant, de médicaments et de produits de base tels que le pain.

Cliquez pour commenter

Vous devez être connectés pour poster un commentaire Connexion

Laisser un commentaire

Cannabis en Afrique

Zimbabwe : une prison obtient l’accord du gouvernement pour cultiver du cannabis

zimbabwe cannabis

Un an après la légalisation du cannabis à des fins thérapeutiques et de recherche, le gouvernement zimbabwéen vient de donner son feu vert à un projet de culture du cannabis dans une prison. Il s’agit de la prison de Buffalo Range près de Chiredzi, dans la province de Masvingo, au Sud-est du pays et à quelques centaines de kilomètres du Robert Mugabe International Airport, le seul aéroport du pays à être autorisé à recevoir et distribuer du cannabis.

PUBLICITE

Une information trouble

La prison aurait été choisie grâce à ses conditions de sécurité qui répondent effectivement aux standards imposés par la loi zimbabwéenne en termes de culture du cannabis. La culture concernerait une dizaine d’hectares avec une future extension déjà envisagée.

Le projet bénéficie du financement de NSK Holdings & International Investors et de deux partenariats : l’un avec le Ministère de la Santé, l’autre avec une entreprise portugaise, Symtomax, qui assistera pour les aspects techniques liés à la culture.

Selon certaines sources, la licence de production a été accordée à l’entreprise Ivory Medical (nous ne l’avons pas trouvée sur Internet) mais, selon d’autres sources, les Services Correctionnels et Pénitentiaires Zimbabwéens (SCPZ) auraient eux-mêmes candidaté pour une licence de production.

« Nous ne comptons pas produire pour les prisonniers » explique Ndanga, l’officier de la SCPZ pour la province de Masvingo, dont les propos sont rapportés par le Journal du Cameroun. « Notre ambition est de réduire notre dépendance au fisc national en générant, en tant qu’organisation, une source de revenu propre ».

PUBLICITE

Selon le ministère de la Justice et des Affaires Parlementaires, la SCPZ est une organisation paramilitaire. Pourtant, il ne s’agit pas d’un service public. Elle s’engage, en tant qu’acteur privé, dans de nombreux projets agricoles ou industriels en prétextant la recherche d’une forme d’indépendance financière. En réalité, comme le suggère cette note du gouvernement australien, c’est une organisation qui entretient des liens étroits et controversés avec le pouvoir.

Au total, les ventes de produits de cannabis au Zimbabwe sont estimées à 7 milliards de dollars d’ici à 2023. Le gouvernement a récemment accordé les premières licences de production.

Continuer la lecture

Trending

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !

0global