Suivez-nous

Cannabis en Afrique

Ghana : la légalisation du cannabis comme argument de campagne

Cannabis au Ghana

Le Ghana renouvellera son président en 2020. Et si les deux principaux candidats n’ont pas encore annoncé leur position sur le sujet, les partis d’outsider font de la légalisation du cannabis, appelé « wee », un de leurs arguments de campagne.

PUBLICITE

Le Ghana est l’un des plus gros producteurs illégaux de cannabis en Afrique, principalement pour l’export. Le ministère de la Santé peut décerner une licence personnelle pour produire, posséder ou consommer du cannabis, qui reste illégal autrement.

D’autres pays africains ont déjà engagé une réforme des lois sur le cannabis. L’Afrique du Sud a récemment légalisé son usage personnel, alors que Le Lesotho et le Zimbabwe s’orientent davantage vers la possibilité de cultiver du cannabis médical.

L’UPP veut légaliser pour booster l’économie du Ghana

Le Parti Progressiste Uni (UPP) veut légaliser le cannabis au Ghana pour booster son économie. Le président du parti, Kenneth Nana Kwame Asamoah, espère que les ventes de cannabis génèrent des recettes fiscales importantes.

« Les bénéfices que nous tirerons de cette entreprise contribueront grandement à la transformation de l’économie et à la réduction de la pauvreté parmi la population » a-t-il déclaré pendant une interview à la radio ghanéenne.

PUBLICITE

« Nous allons, entre autres, créer des pépinières de cannabis dans tout le pays pour créer plus d’emplois pour les jeunes chômeurs et faire la promotion d’avantages énormes pour l’économie ghanéenne », a-t-il déclaré.

Il estime même que le cannabis pourrait rapporter plus d’argent que le cacao, alors que le pays en est le deuxième producteur mondial. Le politicien a cependant ajouté que la légalisation du cannabis viendrait avec des règles strictes afin que les gens n’abusent pas de son utilisation.

« L’UPP est très attachée au bien-être de ce pays. C’est pourquoi nous cherchons des moyens de transformer cette économie et d’améliorer le niveau de vie du public. En même temps, nous voulons nous assurer que certaines décisions que nous prenons n’ont pas d’impact négatif sur les consommateurs. Par conséquent, la légalisation de la marijuana sera assortie de règles. Fumer en public restera toujours un crime », a-t-il ajouté.

Le LPG cherche un nouveau souffle dans le cannabis

Kofi Akpaloo, le fondateur du Parti Libéral du Ghana (LPG), a exprimé son intention de légaliser et de réglementer la production commerciale et l’exportation de cannabis s’il remportait les élections de 2020.

PUBLICITE

Indépendamment des implications psychologiques, mentales, juridiques et sanitaires de son utilisation, le parti estime que la valeur socio-économique et les avantages pour la santé de la plante sont énormes pour ignorer sa légalisation. Il a ajouté que « l’herbe sacrée africaine indigène » restait essentielle pour sortir du bourbier économique du Ghana.

« Le Ghana gagnera plus du commerce international de cannabis que de cacao, car un kilo de cannabis vaut 3 000 dollars, alors qu’un kilo de cacao coûte 20 $. Un acre de ferme de cannabis produira 100 sacs tandis que le même acre donnera 10 sacs de cacao « , a-t-il déclaré.

M. Akpaloo a déclaré que son parti était le plus favori des élections de 2020. Son adversaire principal sera le précédent Président qui renouvelle sa candidature face au président actuel, Nana Akufo-Addo.

Aurélien a créé Newsweed en 2015. Particulièrement intéressé par les régulations internationales et les différents marchés du cannabis, il a également une connaissance extensive de la plante et de ses utilisations.

Sites partenaires

Suivez toute l’actualité des vaporisateurs sur LesVapos, tests et conseils d’achats pour vaporisateurs à herbes séchées et concentrés.

Trending

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !

0global