L’Italie va ouvrir la production de cannabis médical au secteur privé

giulia grillo

Alors que l’Italie a récemment étendu son programme de cannabis médical à plus de pathologies, et donc à plus de patients, son système de production se trouve déjà dépassé par l’ampleur de la demande. Pour remédier à cette situation, la ministre de la Santé, Giulia Grillo, vient d’annoncer qu’elle comptait augmenter la production de cannabis médical et a évoqué pour ce faire un partenariat avec des producteurs privés.

Le système actuel

Depuis 2013, le cannabis médical est légal en Italie mais le monopole de la production est détenu par l’armée qui cultive la plante à l’Institut Chimique et Pharmaceutique Militaire de Florence. Ce mode de production ne parvient toutefois pas à répondre à la demande croissante de la population en cannabis médical. Pour s’en procurer, les patients peuvent également l’importer depuis l’étranger, solution coûteuse et inaccessible à une grande majorité d’entre eux. Or, l’accès à la santé pour tous est un droit constitutionnel en Italie.

La ministre de la Santé semble avoir reconnu que la situation actuelle n’était pas viable pour les patients et, à la suite d’une visite de l’Institut hier, elle a admis que la production militaire n’était pas suffisante. Elle a donc annoncé vouloir augmenter les capacités de productions de cannabis médical italiennes.

Le système potentiel

Dans cette optique, le gouvernement italien va considérer la possibilité d’octroyer des licences à des compagnies privées au travers d’un système de partenariat public-privé entre le gouvernement et les producteurs. La ministre ne s’est pas étendue sur les détails d’un potentiel marché de la production et on ne sait pas quelle place auront les entreprises italiennes dans ce domaine : seront-elles en concurrence avec des entreprises étrangères ou bénéficieront-elle d’un avantage national ?

Si les entreprises étrangères se trouvent en situation d’égalité sur le marché italien, les potentiels producteurs italiens ne résisteront pas à la concurrence des pays exportateurs de cannabis médical comme le Canada où les entreprises privées pèsent déjà plus d’un milliard de dollars et cherchent à exporter leur marchandise à la faveur du vent progressiste en matière de cannabis.

En revanche, si la production italienne se développe, il est possible que l’Italie rejoigne le Canada, l’Uruguay, l’Australie, les Pays-Bas et Israël déjà solidement implantés dans le marché international de l’exportation de cannabis médical. Il semble que la ministre envisage cette possibilité : « l’augmentation de la production est importante car elle pourrait satisfaire d’autres exigences, pas seulement internes mais aussi externes ».

Elle a également posté sur son Facebook, après avoir rencontré le Comité des Patients du Cannabis Thérapeutique, qu’elle fera tous les efforts nécessaires « pour rendre le cannabis médical disponible en pharmacie pour garantir la continuité des thérapies ».

Selon la ministre, ces nouveaux arrangements seront effectifs bientôt : « il faudra du temps pour l’organisation, évidemment, mais, étant donné que c’est une activité de grand intérêt pour le ministère de la Défense comme pour celui de la Santé, tous les efforts pour le faire dans le temps le plus bref possible seront faits ».

Articles liés

Derniers articles

SQDC magasin
Quelles variétés de cannabis sont vendues par la SQDC ?
snoop dog
Omniprésence du tabac et du cannabis dans le Hip Hop : culture ou commerce ?
canada cannabis drapeau
Le cannabis est légal au Canada !
jair bolsonaro
Le Brésil va-t-il devenir l’équivalent des Philippines en matière de lutte antidrogue ?
christophe castaner
Quelle est la position de Christophe Castaner sur le cannabis en France ?
catherine conconne
Catherine Conconne veut protéger les jeunes du « fléau » du cannabis
Suivez-nous sur Telegram

Laisser un commentaire