Suivez-nous

Légalisation du cannabis

De l’herbe légale pour 75 millions d’américains

75 millions d'Américains et le cannabis

Le 8 novembre, les américains devront choisir entre Donald Trump et Hillary Clinton. Par ailleurs, les citoyens de cinq états voteront également pour une légalisation récréative du cannabis. Si L’Arizona, la Californie, le Maine et le Massachusetts votent pour cette proposition de loi, 75 millions de citoyens auront accès à un cannabis de qualité. Si le rap n’a pas su départager West Coast, East Coast et Dirty South, la beuh l’a fait. Si les « oui » passent, un touriste pourra se faire un road trip sur toute la côte Ouest sans jamais tomber en panne de matos.

PUBLICITE

Coté Est, seul deux états vont tenter de passer le cap d’une légalisation totale. Boston, au Massachusetts, pourrait devenir le plus gros Etat à légaliser le cannabis côté Atlantique (le cannabis est déjà légal à Washington DC).

La démocratie locale a l’honneur

Les Américains peuvent être la cible de bien des clichés de notre part, mais ils possèdent une forte démocratie locale qui s’applique sur le périmètre des villes et des comtés. Si le « oui » passe dans un Etat, les citoyens seront appelés une seconde fois aux urnes. Ils voteront alors pour accepter, ou non, la présence de dispensaires d’herbe dans son comté ou sa ville. Ainsi au Colorado, 153 des 215 villes de l’Etat ont rejeté la présence de dispensaires de cannabis récréatif. Certaines d’entre elles ont choisi d’accueillir uniquement des dispensaires de marijuana médicinale.

Citons un autre exemple de démocratie locale efficace, en Oregon où le cannabis est totalement légal depuis juillet 2015. Les autorités appellent les citoyens a voter, toujours le 8 novembre, sur l’augmentation ou non de l’index de taxation du cannabis. Une démocratie peut s’avérer rétroactive. Face à l’explosion du nombre de dispensaires, une deuxième question pourrait effacer la première. Les habitants d’une ville pourront décider de l’expulsion ou non des dispensaires.

Théo est diplômé en journalisme de l'IICP. Passionné par l'économie et l'industrie du cannabis, il s'est spécialisé sur ces sujets, avec un peu de thérapeutique à l'intérieur.

Cliquez pour commenter

Vous devez être connectés pour poster un commentaire Connexion

Laisser un commentaire

Légalisation du cannabis

Le Maroc sur la piste de la légalisation du cannabis

Légalisation du cannabis au Maroc

Le conseil de Tanger-Tétouan-Al Hoceïma, la région du Nord du Maroc, a approuvé début juillet la réalisation d’une étude sur les opportunités de cultiver du cannabis dans la région.

PUBLICITE

Le rapport sera confié à l’Institut scientifique de l’Université Mohammed V à Rabat, pour un coût avoisinant le million de dirhams (90 000€). Le ministère de l’Intérieur doit encore donner son feu vert avant le lancement de l’étude, qui s’attardera notamment sur les propriétés thérapeutiques et pharmacologiques du cannabis.

Selon les estimations de Prohibition Partners, le Maroc pourrait drainer 9 milliards d’euros de revenus de la culture du cannabis en cas de légalisation et de régulation du secteur. Le Maroc n’est bien sûr par le seul pays du continent africain intéressé par le cannabis : le Lesotho a commencé à produire du cannabis médical, tout comme le Zimbabwe. Et l’Afrique du Sud est en train de légaliser le cannabis pour les adultes.

80% de la production du cannabis au Maroc est actuellement destinée à l’export selon les chiffres de 2017. Les 20% restants sont réservés à la consommation locale. Entre 90000 et 140000 familles vivent de la culture et de la commercialisation du cannabis dans le nord du Maroc. La filière emploierait environ 800.000 personnes et représenterait 23% du PIB marocain.

Le chanvre connaît bien sûr d’autres utilisations qui intéressent également le Maroc : dans la construction, notamment l’isolation, pour les cosmétiques, la fabrication d’huiles, de litières, l’utilisation sous forme de combustibles, en papeterie, pour l’alimentation humaine et animale, les biocarburants ou encore comme matériaux composites en association avec des matières plastiques.

PUBLICITE

En 2015, des élus du Parti Authenticité et Modernité (PAM), parti de l’opposition, avaient déposé une proposition de loi pour légaliser le cannabis à usage industriel et thérapeutique. La proposition de loi n’a jamais été mise à l’ordre du jour du Parlement.

Continuer la lecture

Trending

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !

0