Suivez-nous

Légalisation du cannabis

Le British Medical Journal appelle à la légalisation des drogues

Royaume-Uni et légalisation du cannabis

A contre-pieds de notre Académie de pharmacie, le British Medical Journal, une des plus vieilles revues médicales britanniques, appelle pour la première fois à la légalisation des drogues illicites.

PUBLICITE

Les lois prohibitives ont échoué à diminuer l’offre et la demande, à réduire l’addiction, à supprimer la violence ou à réduire les profits du crime organisé, argumente le journal, qualifiant la « Guerre à la Drogue » d’échec.

Il écrit également que l’interdiction de la production, l’offre, la possession et la consommation de certaines drogues à des fins non-médicales causait un préjudice énorme.

« Il est impératif d’étudier des solutions de rechange plus efficaces à la criminalisation de l’usage et de l’approvisionnement en drogues » dit le BMJ dans son éditorial.

Le rédacteur en chef du journal, le docteur Fiona Godlee, et Richard Hurley, responsable des thèmes et des débats, ont souligné le fait que la consommation de drogues s’est considérablement accrue dans le monde entier, avec un quart de milliard d’adultes dans le monde ayant potentiellement consommé des drogues illégales comme le cannabis ou l’héroïne en 2014.

PUBLICITE

Le BMJ dit également que certains pays ont d’ores et déjà supprimer les sanctions pénales pour possession personnelle de drogue. Par exemple, le Portugal a remplacé les sanctions pénales pour consommation de drogues par des peines citoyennes et une intervention médicale il y a 15 ans, alors que le Psychoactive Substances Act criminalise aujourd’hui l’offre mais pas la consommation de drogues synthétiques.

Certains Etats américains comme la Californie ont un marché légal du cannabis, et les Pays-Bas tolèrent les ventes régulées du cannabis depuis des années.

Les éditeurs de la revue appellent les médecins à se tenir au centre du débat sur les politiques alternatives pour promouvoir la santé et respecter la dignité individuelle.

« La santé devrait être au centre de ce débat, et donc, également, les professionnels de santé » expliquent-ils.

PUBLICITE

« Le changement arrive, et les médecins devraient utiliser de leur autorité pour lancer des appels à une réforme pragmatique dictée par la science et l’éthique ».

Dans le même numéro, l’ancien leader Libéral Démocrate Nick Clegg et la Baronne Molly Meacher se rejoignent pour dire que la politique sur les drogues du Royaume-Uni a été irrationnelle depuis 55 ans et que c’est le bon moment pour faire un examen plus large de la politique en matières de drogues.

Ils appellent le Gouvernement à légaliser le cannabis à usage thérapeutique et à revoir leur copie sur la prescription médicale d’héroïne qui a montré des résultats positifs en Suisse, avec une baisse de la consommation et une amélioration de la santé et de la vie quotidienne des toxicomanes.

Ces parlementaires appellent également à la fin des sanctions pénales pour possession personnelle et consommation de toutes les drogues.

Ce sujet est aujourd’hui partagé par l’Irlande, pays dans lequel de plus en plus de personnes se positionnent pour la légalisation du cannabis médical.

Via The Independent

Aurélien a créé Newsweed en 2015. Particulièrement intéressé par les régulations internationales et les différents marchés du cannabis, il a également une connaissance extensive de la plante et de ses utilisations.

Cliquez pour commenter

Vous devez être connectés pour poster un commentaire Connexion

Laisser un commentaire

Légalisation du cannabis

Le Maroc sur la piste de la légalisation du cannabis

Légalisation du cannabis au Maroc

Le conseil de Tanger-Tétouan-Al Hoceïma, la région du Nord du Maroc, a approuvé début juillet la réalisation d’une étude sur les opportunités de cultiver du cannabis dans la région.

PUBLICITE

Le rapport sera confié à l’Institut scientifique de l’Université Mohammed V à Rabat, pour un coût avoisinant le million de dirhams (90 000€). Le ministère de l’Intérieur doit encore donner son feu vert avant le lancement de l’étude, qui s’attardera notamment sur les propriétés thérapeutiques et pharmacologiques du cannabis.

Selon les estimations de Prohibition Partners, le Maroc pourrait drainer 9 milliards d’euros de revenus de la culture du cannabis en cas de légalisation et de régulation du secteur. Le Maroc n’est bien sûr par le seul pays du continent africain intéressé par le cannabis : le Lesotho a commencé à produire du cannabis médical, tout comme le Zimbabwe. Et l’Afrique du Sud est en train de légaliser le cannabis pour les adultes.

80% de la production du cannabis au Maroc est actuellement destinée à l’export selon les chiffres de 2017. Les 20% restants sont réservés à la consommation locale. Entre 90000 et 140000 familles vivent de la culture et de la commercialisation du cannabis dans le nord du Maroc. La filière emploierait environ 800.000 personnes et représenterait 23% du PIB marocain.

Le chanvre connaît bien sûr d’autres utilisations qui intéressent également le Maroc : dans la construction, notamment l’isolation, pour les cosmétiques, la fabrication d’huiles, de litières, l’utilisation sous forme de combustibles, en papeterie, pour l’alimentation humaine et animale, les biocarburants ou encore comme matériaux composites en association avec des matières plastiques.

PUBLICITE

En 2015, des élus du Parti Authenticité et Modernité (PAM), parti de l’opposition, avaient déposé une proposition de loi pour légaliser le cannabis à usage industriel et thérapeutique. La proposition de loi n’a jamais été mise à l’ordre du jour du Parlement.

Continuer la lecture

Trending

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !

0