Suivez-nous

La culture du cannabis en intérieur responsable d’importantes émissions de gaz à effet de serre

Publié

le

Production cannabis en intérieur

La production de cannabis en intérieur est une source majeure d’émissions de gaz à effet de serre, et les effets environnementaux varient considérablement selon l’endroit où il est cultivé, selon une nouvelle étude.

PUBLICITE

Hailey Summers et ses collègues de la Colorado State University ont quantifié et analysé les émissions de gaz à effet de serre produites par les cultivateurs de cannabis.

Ils ont constaté que les émissions variaient considérablement d’un État à l’autre, de 2,3 à 5,2 tonnes d’équivalent dioxyde de carbone (CO2e) par kilogramme de fleurs séchées. Au Colorado, les émissions s’élèvent ainsi à environ 2,6 mégatonnes de CO2e, ce qui est plus que celui de l’exploitation du charbon de l’État à 1,8 mégatonnes de CO2e.

« Les émissions qui proviennent de la culture d’une once, selon l’endroit où elle est cultivée aux États-Unis, sont à peu près les mêmes que la combustion de 7 à 16 gallons [ndlr : 25 à 60 litres] d’essence », dit Summers.

La culture intensive de cannabis, un danger pour l’environnement ? Les lampes utilisées pour cultiver du cannabis en intérieur consomment beaucoup d’électricité. Mais la plus grande consommation d’énergie vient de la nécessité d’apporter constamment de l’air frais dans les installations de culture. Tout cet air extérieur doit être traité pour que la température et l’humidité soient correctes, un processus très énergivore car le taux de renouvellement de l’air est généralement très élevé. Les producteurs pompent également du dioxyde de carbone à l’intérieur pour augmenter la croissance des plantes. Cela représente 11 à 25% des émissions de gaz à effet de serre des installations.

PUBLICITE

« L’un des défis associés à cela est que les marges bénéficiaires sont si énormes que vous n’avez pas à prendre de décisions très énergivores », déclare Jason Quinn, membre de l’équipe de chercheurs.

L’équipe de scientifiques suggère de passer à la culture du cannabis en extérieur ou dans des serres. Les besoins énergétiques et les émissions seraient ainsi largement réduits. Et s’il faut rester en indoor, d’utiliser des LEDs horticoles tout en modernisant les systèmes de climatisation.

L’empreinte carbone de l’industrie du cannabis pourrait être encore plus importante que cette étude ne l’indique, les chercheurs n’ayant pas pris en compte les émissions associées au stockage et au traitement du cannabis.

La production illégale de cannabis est également susceptible d’être plus émettrice. « Le profil énergétique de la production sur le marché noir est très différent en ce qu’il implique fréquemment des générateurs diesel sur site, qui sont souvent moins efficaces et plus polluants par kilowattheure que l’électricité achetée sur le réseau. » note l’étude.

PUBLICITE

Aurélien a créé Newsweed en 2015. Particulièrement intéressé par les régulations internationales et les différents marchés du cannabis, il a également une connaissance extensive de la plante et de ses utilisations.

Trending

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !