Suivez-nous
Kilogrammes.com

Le Colorado met aux enchères des plaques d’immatriculation liées au cannabis

Publié

le

Plaques immatriculation cannabis

Une plaque d’immatriculation siglée « BLUNT », « WEED », ou encore « 420 », ça vous dirait ? C’est l’objet d’une très officielle vente aux enchères, organisée par le très officiel État du Colorado. Les Américains ont un problème – pardon, une obsession – avec les plaques de leurs voitures. Et le premier État américain à avoir légalisé le cannabis l’a bien compris.

PUBLICITE

Petit bonus : l’argent récolté ira à un fonds du Colorado pour aider les personnes handicapées. « Depuis bientôt dix ans, le Colorado est un leader dans le monde du cannabis, avec des commerces qui apportent des initiatives culottées, innovantes et créatives pour notre État. Cela nous permet de fêter cette réputation et financer des projets pour aider la communauté handicapée », justifie le gouverneur Jared Polis dans un communiqué.

Cette vente aux enchère se fait pour fêter le 420. D’ailleurs, les automobilistes du Colorado ont jusqu’au… 20 avril pour enchérir. Une date évidemment pas choisie au hasard, puisque le four twenty est le jour international des fumeurs de cannabis.

Une vanity plate est un signe d’humour

De plus, chaque enchère commence… à 420 dollars. Pour l’instant, la plaque la plus demandée est la plaque WEED. 7 habitants du Colorado ont déposé une enchère, la dernière offre est à 2620 dollars.

L’année dernière, une enchère sur le thème de South Park, une série produite dans le Colorado, avait déjà réuni 45 000 dollars. L’État avait mis en vente la plaque « TEGRIDY », en référence à cet épisode qui se moque de l’entreprise du cannabis MedMen.

PUBLICITE

Aux Etats-Unis, avoir une vanity plate sur sa voiture est un signe d’humour, d’être quelqu’un de cool. Contrairement à la France, il est possible de choisir sa plaque presque de A à Z. Il suffit pour cela de payer un petit supplément à l’État. Grâce à ce système, on peut admirer de superbes « HODOR », « UMADBRO » ou encore « I M LATE » sur les routes.

Journaliste indépendant, je considère le cannabis comme une culture, une économie et un sujet de société à part entière, qui mérite qu'on s'y intéresse avec la plus grande rigueur journalistique.

Trending

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !