Suivez-nous

Etude : les conducteurs des États où le cannabis est légal moins susceptibles de conduire sous emprise

Publié

le

Etude sur la conduite avec du cannabis légal

L’étude sur les conducteurs a été menée par des chercheurs du Center for Health, Analytics, Media and Policy, de RTI International et de l’Office of Research Protection à Research Triangle Park, en Caroline du Nord. Elle a été publiée en ligne le 23 avril et sera publiée dans Preventive Medicine Reports en juin 2022.

PUBLICITE

L’étude a analysé les comportements de consommation de 1 249 personnes. Plus d’un tiers des participants ont déclaré avoir conduit sous influence dans les trois heures suivant leur consommation au cours des 30 derniers jours, et un autre tiers a partagé sa consommation de cannabis dans les 20 jours ou plus sur une période de 30 jours.

« Les consommateurs actuels de cannabis dans les États où le cannabis est utilisé à des fins récréatives et médicales étaient beaucoup moins susceptibles de déclarer avoir conduit dans les trois heures après avoir consommé au cours des 30 derniers jours, par rapport aux consommateurs actuels vivant dans des États sans cannabis légal », écrivent les chercheurs. « La seule exception était les consommateurs fréquents de cannabis qui vivaient dans des États où le cannabis est autorisé à des fins médicales seulement. Leur risque de DUIC [conduite sous l’influence du cannabis] ne différait pas significativement de celui des utilisateurs fréquents vivant dans des États sans cannabis légal. »

Les chercheurs ont suggéré une solution pour lutter contre la conduite sous l’influence du cannabis, qui devrait être spécifiquement ciblée sur les États sans programme de cannabis légal. « Nos résultats suggèrent que la prévention de la conduite sous influence est plus nécessaire dans les États sans légalisation du cannabis. Étant donné que la réglementation des produits du cannabis dans les environnements non légaux n’est pas possible, les campagnes de médias de masse peuvent être une bonne option pour fournir une éducation sur la DUIC. »

Dans l’ensemble, les chercheurs ont conclu que les campagnes d’éducation pourraient aider à continuer à empêcher les gens de conduire immédiatement après avoir consommé du cannabis. « Bien que tous les États devraient éduquer ses citoyens sur les dangers potentiels de la consommation de cannabis et de la conduite, cette analyse suggère que les États sans cannabis légal ont particulièrement besoin d’efforts de prévention de la DUIC », ont-ils écrit. « Les États devraient envisager des campagnes médiatiques de masse pour informer tous les consommateurs de cannabis, y compris les plus fréquents, sur les dangers de la conduite en état d’ivresse. Les États médicaux peuvent envisager de cibler les utilisateurs fréquents en diffusant des informations sur la conduite en état d’ivresse par le biais des dispensaires médicaux. »

PUBLICITE

L’étude a également partagé qu’elle a trouvé trois autres études allant dans le même sens. Deux ont été partagées en 2020, et une a été publiée en 2021, avec différents niveaux d’approche concernant l’analyse de l’effet de la légalisation du cannabis récréatif et/ou médical.

Des États comme le Massachusetts se préparent à renforcer l’application des lois sur la conduite sous influence. Le gouverneur Charlie Baker a annoncé en novembre 2021 une législation qui « fournira aux agents chargés de l’application de la loi une formation plus rigoureuse en matière de détection des drogues et renforcera le processus juridique en autorisant les tribunaux à reconnaître que l’ingrédient actif de la marijuana peut affaiblir et affaiblit effectivement les automobilistes ». Cependant, la législation de Baker ne traite pas de la manière d’aborder la mesure de l’affaiblissement des facultés ou de déterminer correctement si une personne a récemment consommé du cannabis et est affaiblie, ou si elle en a consommé plusieurs jours ou semaines avant un incident et n’est plus affaiblie.

Une étude récente publiée au Canada exprime le besoin d’un meilleur moyen de détecter avec précision l’affaiblissement des facultés. « Nous aimerions avoir une mesure unique qui nous permettrait de savoir si les facultés de cette personne sont affaiblies ou non », a déclaré l’auteur principal, Sarah Windle. « Mais malheureusement, dans le cas du cannabis, ce n’est tout simplement pas aussi simple ».

Aurélien a créé Newsweed en 2015. Particulièrement intéressé par les régulations internationales et les différents marchés du cannabis, il a également une connaissance extensive de la plante et de ses utilisations.

Trending

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !