Suivez-nous

Santé

Cannabis et grossesse : pas de préjudices à la naissance, mais de nombreuses questions demeurent

Cannabis et femmes enceintes

Le cannabis est la substance illicite la plus souvent consommée pendant la grossesse. Aux Etats-Unis, 5,2% des femmes enceintes âgées de 15 à 44 ans consommeraient du cannabis, surtout pendant le premier trimestre de grossesse. Et bien que des répercussions sur le foetus soient possible du fait que le THC passe le placenta, les preuves sont inégales. Une revue d’analyse de 31 études n’a cependant trouvé aucun lien entre l’usage de cannabis chez une mère et des événements défavorables à la grossesse. Ce qui ne signifie pourtant pas qu’il est OK de fumer du cannabis pendant la grossesse.

PUBLICITE

La revue en question montre deux choses : sur des données non ajustées (sans prendre en compte les facteurs environnementaux), qu’il existe un lien entre la consommation de cannabis et un faible poids à la naissance du nourrisson ainsi qu’un accouchement prématuré d’une semaine.  Sur des données ajustées, que les risques cités précédemment viennent plutôt de l’usage de tabac qui accompagne le cannabis que du cannabis lui-même.

Selon Shayna Conner, auteure de l’étude et spécialiste en médecine foetale, le message est très clair : ne consommez pas de cannabis lorsque vous êtes enceinte. « Toute substance étrangère qui ne bénéficie directement pas à la mère ou à la santé du foetus doit être évitée ».  La prévention devrait toutefois plus s’axer sur les causes évidentes de nuisance comme le tabac ou l’alcool, dit-elle.

Il y a de nombreuses raisons pour les femmes de faire attention à leur consommation de cannabis. La revue précédemment citée ne se concentre que sur des résultats néonatals défavorables comme le poids à la naissance, un accouchement anticipé ou les décès à la naissance. Elle ne couvre pas les risques à long-terme sur le développement neuronal comme des difficultés cognitives, des troubles de l’attention, de l’agressivité ou une hyperactivité, des troubles observés et documentés sur les enfants de 2 à 14 ans.

Une autre étude publiée en décembre a trouvé que, malgré l’imperfection des études menées à ce sujet sur les humains, « il existe une relation inquiétante entre l’altération du développement neuronal et l’usage précoce et conséquent de cannabis lors de la grossesse. » Elle ne trouvait en revanche aucune preuve solide de bienfaits du cannabis médical pendant la grossesse pour prévenir les nausées.

PUBLICITE

Peu de recherches ont étudié en détail le temps d’exposition au cannabis et ses conséquences. Les études récentes ont toutefois pris en compte les premiers temps de la grossesse, ce qui pourrait rassurer les femmes enceintes qui ont consommé du cannabis avant de le savoir.

Au Colorado, où cannabis récréatif et médical sont légaux, le Département de Santé Publique recommande aux femmes de ne pas consommer de cannabis pendant la grossesse. En fait, si le bébé est test positif au THC à sa naissance, la loi exige que les services de protection de l’enfant en soient informés.

La question de comment l’exposition prénatale au cannabis affecte le bébé va devenir toujours plus pressante du fait des nombreuses légalisations thérapeutiques ou récréatives du cannabis un peu partout dans le monde.

Aurélien a créé Newsweed en 2015. Particulièrement intéressé par les régulations internationales et les différents marchés du cannabis, il a également une connaissance extensive de la plante et de ses utilisations.

Cliquez pour commenter

Vous devez être connectés pour poster un commentaire Connexion

Laisser un commentaire

Santé

Le Paraguay ouvrira les candidatures aux licences de production de cannabis médical en octobre

Cannabis médical au Paraguay

Le Paraguay commencera à accepter les demandes de production de cannabis à des fins médicales et de recherche le mois prochain, selon l’annonce faite par le ministre de la Santé du pays. Julio Mazzolini, ministre de la Santé publique et du Bien-être social, a déclaré qu’une résolution visant à établir les règles applicables aux premières licences commerciales de production de cannabis du pays avait été approuvée par le ministère.

PUBLICITE

Des licences pour cinq opérations de culture et de fabrication de cannabis intégrées verticalement seront disponibles. La Direction nationale de la santé (DNVS) acceptera les demandes pour les cinq licences du 1er au 31 octobre. Les candidats devront produire un certificat de bonnes pratiques de fabrication, un plan pour la culture, le transport et la sécurité du cannabis, et un plan séparé pour les exportations le cas échéant. Les entreprises choisies se verront attribuer une licence avant le mois de décembre et devront les mettre en service dans les 24 mois.

Arnaldo Giuzzio, chef du secrétariat anti-drogue du Paraguay (SENAD), a déclaré à la presse que les licences ne seraient disponibles que pour des opérations situées dans le département Central, le plus petit mais le plus peuplé des 17 départements du Paraguay.

Le cannabis médical légalisé en 2017

Le Paraguay a légalisé l’usage médical du cannabis en 2017 et un décret réglementant la distribution de cannabis médical a été approuvé l’année suivante. Les participants admissibles au programme de cannabis médical bénéficient d’un accès gratuit garanti à l’huile de cannabis et à d’autres dérivés.

En vertu de ce décret, les fabricants agréés seront tenus de donner 2% de leur production au ministère de la Santé, une disposition rappelée par Mazzolini lors de la conférence de presse de jeudi. Le ministère distribuera gratuitement les produits aux patients ayant des besoins scientifiques avérés.

PUBLICITE

Seuls les patients atteints d’une maladie pour laquelle il existe des preuves scientifiques que le cannabis est un traitement bénéfique sont admissibles au programme national. Jusqu’à présent, l’utilisation de cannabis médical a été approuvée pour le traitement de l’épilepsie réfractaires, de la maladie de Parkinson et des douleurs sévères.

En dehors du programme national, quelques patients qui ont démontré un besoin exceptionnel ont reçu l’autorisation d’importer des produits à base de cannabis à des fins médicales. L’un de ces patients est un adolescent atteint d’une forme rare d’épilepsie sévère, le syndrome de Lennox-Gastaut.

Jeudi dernier, le Sénat du Paraguay a approuvé un projet de loi autorisant la possession et la culture à domicile de cannabis médical par des patients et des soignants qualifiés, sous certaines conditions. Le projet de loi doit également être approuvé par la Chambre des députés du pays avant de devenir loi.

Continuer la lecture

Trending

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !

0