Suivez-nous

Cannabis au Canada

Canada : premières licences accordées pour la culture en extérieur, d’autres en attente

Culture de cannabis en extérieur au Canada

Jusqu’ici le mode de production du cannabis au Canada se basait sur le modèle de production du cannabis médical. La production était conduite en intérieur et selon les standards de production du cannabis à visée thérapeutique. Après environ six mois de légalisation, Santé Canada vient d’accorder les premières licences de culture en extérieur.

PUBLICITE

Les premières licences

La première licence a été accordée à l’entreprise familiale Good Buds Company. Basées sur Salt Spring Island, en Colombie-Britannique, leurs installations de production s’étendent sur 750 000m² en extérieur, selon un communiqué. Ils y planteront environ 100 000 plantes dès juin pour une récolte d’environ 5 000 à 10 000 kilos à la fin de l’été. La production sera entièrement organique. Le site a été choisi pour limiter la contamination par d’autres cultures.

La deuxième licence de culture en extérieur a été accordée à 48North, une entreprise qui possède déjà deux installations de production en intérieur. Cette nouvelle licence lui permettra d’augmenter significativement sa capacité de production. En effet, leurs installations à Brant County, en Ontario, s’étendent sur 40,5 hectares avec une capacité de production de 250 000 plantes. A en croire la presse canadienne, il s’agirait du plus grand site de culture de tout le pays. Selon Jeannette Vandermarel, co-PDG et directrice de l’entreprise, le site pourrait bien être « la plus grande ferme de cannabis légal du monde entier ».

D’autres entreprises sont en attente d’une licence et espèrent pouvoir commencer la production cet été. C’est le cas d’Alefia Health, dont le site de culture en extérieur de 10,5 hectares est prêt à opérer, de WeedMD, qui a annoncé avoir candidaté pour amender sa licence de production et ainsi cultiver 10 hectares en extérieur et de CannTrust qui attend l’accord d’une licence de Santé Canada pour commencer la culture de 33 hectares avec une capacité de production de 75 000kg annuels.

PUBLICITE

Quels effets sur le marché canadien ?

Le début de la production en extérieur aura forcément un effet disruptif sur le marché du cannabis canadien. Les cultures en intérieur sont évidemment plus gourmandes en énergie et donc plus coûteuses : environ 2$ par gramme de produit. En serre, ce coût est abaissé à 1$ ; en extérieur, à environ 25 cents. Par extension, les coûts de production moindres permettent d’avoir de plus grandes surfaces de culture : on produit plus et pour moins cher. Une des conséquences sera notamment la baisse des prix du marché.

« C’est un tournant pour l’industrie du cannabis et je pense que la culture en extérieur deviendra la norme » affirme Jeannette VanderMarel. En effet, il y a fort à parier que la culture en extérieur soit de plus en plus importante tout simplement parce qu’elle est plus rentable. Cependant, cela ne veut pas dire que la culture en intérieur va disparaître. Pour des raisons de contrôle qualité, le cannabis médical sera toujours produit en intérieur par exemple. Les deux modes de production vont probablement cohabiter. Par ailleurs, les producteurs en extérieur produisent souvent déjà en intérieur.

Est-ce que le début de la production en extérieur mettra fin aux pénuries de cannabis ? Cette production pourrait en effet permettre les limiter mais il faut également garder à l’esprit que les edibles et les concentrés vont être légalisés en octobre prochain et que leur production va demander beaucoup de matière première. Chez 48North par exemple, seul 10% de la production en extérieur sera consacrée à la vente directe, le reste sera utilisé  pour des extractions utilisées dans la fabrication de produits du genre topiques ou edibles.

La « deuxième vague de légalisation » amortira donc la capacité des cultures en extérieur à pallier les ruptures de stock. Les avis divergent : certains pensent que la surproduction n’est plus une menace si lointaine, d’autres que les pénuries dureront encore des années. Tout semble dépendre du nombre de licences que Santé Canada accordera. Actuellement, 191 candidatures incluant une production en extérieur sont en attente de validation par l’agence.

PUBLICITE
Cliquez pour commenter

Vous devez être connectés pour poster un commentaire Connexion

Laisser un commentaire

Cannabis au Canada

Santé Canada suspend les licences de Canntrust et d’Evergreen

Suspension de licence pour CannTrust

CannTrust a annoncé avoir reçu un avis de suspension de licence de Santé Canada en réponse à la non-conformité de ses installations de production et de culture.

PUBLICITE

« Les inspecteurs de Santé Canada ont remis les avis de suspension à CannTrust Inc. aujourd’hui, et saisissent et retiennent tous les produits à base de cannabis sur les deux sites », a déclaré Tammy Jarbeau, porte-parole de l’organisation gouvernementale, dans un email à MJBiz Daily.

« Santé Canada continuera de surveiller de près les actions entreprises par CannTrust Inc. et réévaluera le statut de la licence de la société à mesure que de nouvelles informations seront disponibles », a ajouté M. Jarbeau. « Santé Canada peut également déterminer que des mesures supplémentaires de conformité et d’application sont justifiées. »

CannTrust conserve pour l’instant son droit de cultiver et récolter les plantations en cours, mais pas d’en cultiver de nouvelles ou de vendre du cannabis.

Côté Evergreen Medical Supply, Santé Canada a suspendu la capacité d’Evergreen de « cultiver, transformer et vendre du cannabis, des plantes et des graines de cannabis fraîches et séchées » comme rapporté par Bloomberg.

PUBLICITE

« Le 9 août, Santé Canada a suspendu les licences d’Evergreen Medicinal Supply afin de protéger la santé et la sécurité du public, notamment d’empêcher que le cannabis ne soit détourné sur le marché illégal, en raison du non-respect de certaines dispositions de la Loi sur le cannabis et du Règlement sur le cannabis » a expliqué Tammy Jarbeau.

Evergreen, producteur de cannabis basé en Colombie-Britannique a répondu «travailler à des mesures correctives» à la suspension de sa licence.

Les inspecteurs de Santé Canada ont effectué une inspection inopinée dans les locaux de la société à Saanichton, en Colombie-Britannique en avril. L’inspection a révélé «un certain nombre d’observations critiques et une classification globale non conforme» liée aux pratiques de production de la société, à la tenue des registres, au contrôle des stocks et au respect des contrôles de licence. L’entreprise aurait également des impayés de loyer ainsi qu’un bail expiré.

Evergreen a reçu sa licence de vente de cannabis médical en mars 2017 et a principalement pour but de produire du cannabis pour d’autres producteurs de licences agréés. Evergreen exploite une installation de 600m² et avait prévu de tripler sa surface de culture.

PUBLICITE
Continuer la lecture

Trending

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !

0