Suivez-nous

Non classé

Pour l’UFC, le cannabis ne contrevient plus aux règles antidopage

UFC, cannabis et dopage

L’Ultimate Fighting Championship (UFC) et l’Agence américaine antidopage (USADA) ont annoncé jeudi que le cannabis ne serait plus forcément interdit aux combattants.

PUBLICITE

Les responsables de l’UFC et de l’USADA ont déclaré qu’ils avaient apporté des changements significatifs « dans la manière de gérer le cannabis et ses composés cannabinoïdes naturels ».

En vertu de la nouvelle politique, des tests positifs au THC ne constitueront plus une infraction « à moins que des preuves supplémentaires existent qu’un athlète l’ait utilisé intentionnellement à des fins d’amélioration des performances. »

« Bien que nous voulions continuer à empêcher les athlètes de concourir sous l’influence du cannabis, nous avons appris que les niveaux sanguins et / ou urinaires de carboxy-THC ont peu ou pas de corrélation scientifique avec les facultés affaiblies » a déclaré Jeff Novitzky, vice-président senior de l’UFC pour la santé et la performance des athlètes. « Le THC est liposoluble, ce qui signifie qu’une fois ingéré, il est stocké dans les tissus adipeux et les organes du corps et peut être relâché dans le sang ou l’urine, parfois longtemps après l’ingestion. »

« L’essentiel est qu’en ce qui concerne le cannabis, nous nous soucions de ce qu’un athlète a consommé le jour d’un combat, pas des jours ou des semaines avant un combat, ce qui a souvent été le cas dans nos cas historiques de THC positifs », a-t-il ajouté.

PUBLICITE

Jeff Novitzky a déclaré que malgré le temps que le THC passe dans le corps, les effets du cannabis se font sentir pendant des heures, pas des jours. Il a également noté qu’il n’y avait pas de corrélation entre le niveau de THC dans le corps d’un athlète et la déficience.

« Pourquoi diable nous soucions-nous de ce que quelqu’un a fait une semaine avant, et encore moins une nuit avant, alors que cela n’a aucun effet sur leur capacité à se battre », a déclaré Novitzky.

Jeff Novitzky a noté que sur la base des discussions avec les athlètes, un pourcentage important de combattants consomme du cannabis, beaucoup à des fins médicales plutôt que récréatives.

« Beaucoup l’utilisent pour le contrôle de la douleur, l’anti-anxiété, pour dormir, au lieu de drogues plus dangereuses et plus addictives, a-t-il dit, ajoutant que « cela n’a aucun effet sur une compétition le samedi soir, donc c’est la bonne décision, et je suis vraiment enthousiasmé par cette révision et ce changement de politique spécifique. »

PUBLICITE

En novembre 2020, l’Agence mondiale anti-dopage avait annoncé sortir les drogues récréatives des substances dopantes pour être identifiées comme des « substances d’abus ». Ainsi, si un athlète peut démontrer que l’utilisation de l’une de ces quatre substances était faite hors compétition et sans rapport avec une potentielle augmentation de performance sportive, la suspension imposée sera de trois mois et pourra être réduite à un mois si l’athlète complète un programme de réhabilitation.

Aurélien a créé Newsweed en 2015. Particulièrement intéressé par les régulations internationales et les différents marchés du cannabis, il a également une connaissance extensive de la plante et de ses utilisations.

Sites partenaires

Suivez toute l’actualité des vaporisateurs sur LesVapos, tests et conseils d’achats pour vaporisateurs à herbes séchées et concentrés.


Acheter des graines de cannabis féminisées et autoflorissantes en direct de la Barney’s Farm d’Amsterdam, graines gratuites avec chaque commande.

Trending

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !