Connect with us

Sport

Selon l’Agence mondiale antidopage, les États-Unis sont responsables de l’interdiction du cannabis pour les athlètes

L’Agence mondiale antidopage (AMA) indique clairement que les États-Unis ont joué un rôle clé dans l’inscription du cannabis sur la liste des substances interdites aux athlètes internationaux, à l’origine de la suspension de Sha’Carri Richardson pour les JO de Tokyo. L’AMA note aussi que si les USA souhaitent un changement de politique, ils ont déjà un siège à la bonne table.

PUBLICITE

Dans une lettre adressée aux représentants Jamie Raskin et Alexandria Ocasio-Cortez, qui ont récemment contacté l’AMA au sujet de la suspension de la coureuse américaine Sha’Carri Richardson suite à son contrôle positif au cannabis, l’organisation mondiale a expliqué pourquoi le cannabis a été inclus dans la liste des substances interdites en premier lieu et pourquoi elle ne pouvait pas unilatéralement annuler la sanction.

Bien que l’AMA révise et mette à jour régulièrement la liste des substances interdites, elle a précisé que les décisions sont prises sur la base d’un consensus entre les représentants des gouvernements participants. Elle a souligné que « depuis la publication de la première Liste des interdictions en 2004, l’AMA n’a jamais reçu d’objection de la part des parties prenantes américaines concernant l’inclusion des cannabinoïdes dans la Liste des interdictions. »

« Au contraire, comme l’ont rapporté certains médias, les États-Unis ont été l’un des plus fervents défenseurs de l’inclusion des cannabinoïdes dans la Liste des interdictions », indique la lettre de Witold Banka, président de l’AMA. « Les procès-verbaux des réunions et les soumissions écrites reçues des États-Unis depuis près de deux décennies, en particulier de [l’Agence antidopage américaine], ont toujours plaidé pour l’inclusion des cannabinoïdes dans la Liste des interdictions. »

Ce point a également été souligné par le premier président de l’AMA, Richard Pound, dans une interview récente avec Marijuana Moment.

PUBLICITE

« Les États-Unis ont été les premiers à dire, par l’intermédiaire de l’Office of National Drug Control Policy, que « à notre avis, le cannabis est la porte d’entrée vers les drogues. Si vous pouvez empêcher les gens de consommer du cannabis, ils ne passeront pas à la cocaïne et à l’héroïne et à d’autres variantes chimiques de ces drogues » », a-t-il déclaré.

Dans leur lettre, l’AMA écrit que « l’argument que certains ont avancé indiquant que les parties prenantes de la lutte contre le dopage aux États-Unis sont liées par une pensée archaïque concernant la Liste des interdictions n’est pas étayé par les faits. »

« Le processus consultatif en place permet de modifier la Liste des interdictions et le Code, chaque année », poursuit-elle. « En fait, au fil du temps, […], plusieurs modifications de ce type ont eu lieu, et rien n’empêche des modifications supplémentaires conformes au processus que j’ai décrit. »

Une partie du processus consultatif est basée sur les recommandations du Groupe consultatif d’experts de la liste des interdictions de l’AMA. La lettre souligne que les États-Unis sont surreprésentés au sein de cet organe, avec trois de ses 12 sièges, « y compris un fonctionnaire ayant plus de deux décennies d’expérience aux National Institutes of Health des États-Unis« . Le pays « a également eu une plus grande représentation » au sein du comité Santé, médecine et recherche (HMR) de l’AMA « que toute autre nation ».

« Bien que les États-Unis ne siègent pas actuellement au Comité exécutif de l’AMA, ils sont représentés plus que toute autre nation dans l’histoire de l’AMA », poursuit le document. « Un fait important que le Congrès américain doit savoir sur ce processus est qu’il y a plus de représentants des États-Unis conseillant l’AMA sur ces questions scientifiques que de toute autre nation dans le monde. Ces décisions ne sont pas prises dans le vide. »

La lettre précise en outre que si l’AMA compatit « aux circonstances de cette affaire » et applaudit « la responsabilisation de Mme Richardson qui accepte que les règles soient en place pour les athlètes du monde entier, l’AMA joue simplement un rôle de coordination dans l’élaboration et la publication de la Liste des interdictions. »

« Comme vous l’avez correctement noté dans votre lettre, le contrôle de Mme Richardson et la suspension qui en a résulté ont été administrés et jugés par l’USADA. L’AMA n’a pas pris cette décision et, par conséquent, n’est tout simplement pas en mesure d’annuler les résultats du contrôle de Mme Richardson dans l’Oregon, la suspension de 30 jours imposée par l’USADA, ni les décisions de comité américain d’athlétisme concernant sa participation aux Jeux olympiques de Tokyo. »

Séparément, l’Agence américaine antidopage (USADA) a également répondu à la lettre de Raskin et Ocasio-Cortez la semaine dernière. Elle a affirmé que les règles relatives au cannabis pour les athlètes internationaux « doivent changer ».

La semaine dernière, l’USADA avait déjà exprimé sa sympathie pour Richardson et indiqué qu’il était peut-être temps de réévaluer l’interdiction du cannabis, mais la dernière déclaration appelle explicitement à un changement de politique.

Joe Biden avait réagi à cette éviction en rappelant que « les règles sont les règles », mais que ces règlements doivent peut-être être réévalués, tout en étant fier de la réaction de Sha’Cari Richardson suite à sa suspension.

Aurélien a créé Newsweed en 2015. Particulièrement intéressé par les régulations internationales et les différents marchés du cannabis, il a également une connaissance extensive de la plante et de ses utilisations.

Newsweed sur Facebook

Sites partenaires

Suivez toute l’actualité des vaporisateurs sur LesVapos, tests et conseils d’achats pour vaporisateurs à herbes séchées et concentrés.


Acheter des graines de cannabis féminisées et autoflorissantes en direct de la Barney’s Farm d’Amsterdam, graines gratuites avec chaque commande.

Trending

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !