Suivez-nous
CBD Shop France

Le Royaume-Uni refuse la légalisation du cannabis aux Bermudes

Publié

le

Refus de la légalisation du cannabis aux Bermudes

Une des premières mesures prises par la nouvelle première ministre britannique Liz Truss aura donc été de refuser de promulguer la légalisation du cannabis aux Bermudes, malgré les soutiens passés de Liz Truss à la légalisation du cannabis.

PUBLICITE

Cette évolution n’est pas prise à la légère par les hauts fonctionnaires des Bermudes qui y voient une subsistance de l’ère coloniale par le Royaume-Uni.

Les législateurs des Bermudes, territoire britannique depuis le XVIIe siècle, ont approuvé la proposition « phare » de légalisation du cannabis de l’administration au début de l’année. Le gouvernement des Bermudes attendait de recevoir l' »assentiment royal », une signature officielle et monarchique, du gouverneur du territoire nommé par le Royaume-Uni.

Le jour où Mme Truss est devenue première ministre du Royaume-Uni, le gouvernement a informé les Bermudes qu’il avait décidé « de ne pas donner son assentiment au projet de loi tel qu’il était rédigé », a annoncé Rena Lalgie, gouverneur des Bermudes. Le Royaume-Uni a déclaré qu’il ne pouvait pas donner son autorisation en raison de son interprétation des traités internationaux qui interdisent aux États membres de légaliser le cannabis pour des raisons autres que l’usage médical ou scientifique, alors même qu’il l’a fait pour le Canada.

Néanmoins, la procureure générale des Bermudes a déclaré mardi dans un communiqué que le gouvernement poursuivrait la mise en œuvre de la réforme malgré le refus de l’assentiment.

PUBLICITE

« Décevant mais pas surprenant, étant donné les limites de notre relation constitutionnelle avec le gouvernement britannique et leur interprétation archaïque des conventions sur les stupéfiants », a déclaré la procureure générale Kathy Lynn Simmons. « Le peuple des Bermudes a démocratiquement exprimé son désir d’un régime de licence de cannabis réglementé, suite à un fort soutien dans les urnes et à un vaste processus de consultation publique. »

« Le gouvernement des Bermudes a l’intention de continuer à faire avancer cette initiative, dans toute l’étendue de ses pouvoirs constitutionnels, conformément à l’engagement de notre programme électoral général de 2020 », a déclaré Simmons.

Détails du projet de loi

Selon la proposition des Bermudes, une autorité de régulation du cannabis serait créée pour gérer les licences des entreprises de cannabis et formuler des recommandations sur les politiques futures. Les adultes de 21 ans et plus pourraient posséder jusqu’à sept grammes dans un « lieu public », ou plus s’ils ont un type de licence valide. L' »intention » du projet de loi est de donner la priorité à l’octroi de licences aux personnes touchées de manière disproportionnée par la guerre contre la drogue.

Les droits perçus par les titulaires de licences couvriraient les coûts d’administration du programme, et ces revenus pourraient également être répartis pour soutenir les programmes de traitement de la toxicomanie, la formation des titulaires de licences à la culture et la recherche scientifique sur le cannabis.

PUBLICITE

Aux Bermudes, le cannabis médical a été légalisé suite à une décision de la Cour suprême en 2016 qui permet aux personnes de demander une licence pour posséder et consommer légalement du cannabis à des fins thérapeutiques. La possession d’un maximum de sept grammes de cannabis est également dépénalisée.

Quelles suites ?

Le gouverneur Rena Lalgie, pour sa part, a déclaré qu’elle avait « informé le premier ministre et relayé le désir continu du Royaume-Uni de travailler avec les Bermudes sur des réformes dans le cadre de nos obligations internationales existantes ».

« Le secrétaire d’État aux affaires étrangères, au Commonwealth et au développement a conclu que le projet de loi, tel qu’il est actuellement rédigé, n’est pas conforme aux obligations du Royaume-Uni et des Bermudes en vertu de la Convention unique sur les stupéfiants de 1961 et de la Convention sur les substances psychotropes de 1971 », a-t-elle déclaré.

Mme Lalgie avait déjà déclaré en mai que le Royaume-Uni « soutenait et aidait actuellement certaines dépendances de la Couronne et d’autres territoires d’outre-mer à élaborer une politique et une législation conformes aux conventions pertinentes ».

« J’espère que les responsables bermudiens collaboreront avec les responsables britanniques pour trouver une voie à suivre – une voie qui n’entraîne pas de casier judiciaire bouleversant pour les consommateurs de petites quantités de cannabis et qui libère des opportunités commerciales, tout en maintenant l’excellente réputation des Bermudes en matière de respect de l’État de droit », avait-elle alors déclaré.

Le Premier ministre des Bermudes, David Burt, du Parti travailliste progressiste, n’a pas immédiatement réagi au refus d’assentiment, mais il a prévenu plus tôt cette année que si le Royaume-Uni faisait obstacle à cette législation, cela « détruirait la relation que nous avons avec le Royaume-Uni ».

Aurélien a créé Newsweed en 2015. Particulièrement intéressé par les régulations internationales et les différents marchés du cannabis, il a également une connaissance extensive de la plante et de ses utilisations.

Trending

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !