Suivez-nous
The Greenstore

Les chefs de police britanniques travaillent à la dépénalisation des premières infractions liées à la drogue

Publié

le

Chefs de police britanniques et dépénalisation des drogues

Le National Police Chiefs’ Council (NPCC) et le College of Policing, qui regroupent les chefs de police britanniques, élaborent actuellement un plan visant à dépénaliser la possession de drogues, dont le cannabis et la cocaïne.

PUBLICITE

14 des 43 forces de police du Royaume-Uni ont déjà adopté des politiques similaires à la proposition de dépénalisation des drogues formulée par les chefs de police du pays. Mais le plan est en désaccord avec le gouvernement du Parti conservateur du pays, qui a lancé des propositions visant à durcir les peines pour les drogues illégales dont le cannabis.

Si le plan est adopté par le gouvernement britannique, la consommation et la possession de petites quantités de drogues récréatives seraient traitées comme un problème de santé publique pour les primo-délinquants, plutôt que comme une infraction pénale passible de poursuites et de peines de prison ou d’autres sanctions.

Les personnes prises en possession de drogues illégales se verraient offrir la possibilité de participer à des programmes d’éducation ou de traitement de la toxicomanie, plutôt que d’être poursuivies en justice. La police ne prendrait aucune autre mesure à l’encontre de ceux qui accepteraient de suivre le programme, leur donnant ainsi une chance d’éviter un casier judiciaire. Les personnes qui ne suivent pas le programme ou qui sont prises par la suite en possession de drogues illicites seraient tout de même soumises à des poursuites pénales.

Jason Harwin, ancien responsable du NPCC et ancien chef adjoint de la police, travaille avec le College of Policing sur la nouvelle stratégie de dépénalisation partielle.

PUBLICITE

« Nous ne devrions pas criminaliser quelqu’un pour la possession de drogues », a-t-il déclaré au Telegraph. « Il devrait s’agir d’une orientation vers d’autres services pour leur donner une chance de changer leurs comportements ».

En octobre, la ministre de l’Intérieur du Royaume-Uni, Suella Braverman, a révélé qu’elle envisageait de renforcer la classification du cannabis dans le cadre de la législation nationale sur les drogues, car elle craint que le cannabis ne soit une drogue-passerelle [ndlr : théorie débunkée dans les années 70] et ne conduise à de graves problèmes de santé.

Braverman s’oppose à la dépénalisation du cannabis, affirmant que les efforts de réforme de la politique du cannabis envoient un symbole « culturel » selon lequel la consommation de cannabis est acceptable, selon un rapport du Times. La ministre de l’intérieur est également préoccupé par les preuves que la consommation de cannabis peut entraîner de graves problèmes de santé physique, notamment le cancer et les malformations congénitales, et de santé mentale, notamment la psychose.

La désignation plus stricte de drogue de classe A pour le cannabis rendrait les peines pour les infractions liées au cannabis plus sévères, y compris des peines de prison allant jusqu’à sept ans pour la possession et des peines allant jusqu’à la prison à vie pour les producteurs et fournisseurs de cannabis.

PUBLICITE

« Nous devons faire peur aux gens », aurait-elle déclaré, pour justifier la mise en place de peines plus sévères visant à dissuader la consommation et le trafic de cannabis.

En juillet, Priti Patel, alors ministre de l’Intérieur, a annoncé qu’elle proposait de nouvelles sanctions à l’encontre des consommateurs de cannabis et d’autres drogues, notamment la confiscation des permis de conduire et des passeports, dans le cadre d’une nouvelle politique à trois coups pour la consommation de drogues illicites.

« Les drogues sont un fléau pour toute la société. Elles dévastent des vies et déchirent les communautés », a déclaré M. Patel dans un communiqué du gouvernement. « L’abus de drogues met des vies en danger, alimente la criminalité et les crimes graves et violents et entraîne également l’exploitation grotesque de jeunes personnes vulnérables. »

Dans le cadre de la proposition, qui a été détaillée dans un livre blanc rédigé par le ministère de l’Intérieur, les personnes prises en possession de drogues récréatives illégales seraient passibles d’amendes et d’un stage obligatoire en matière de drogues. Elles pourraient également se voir interdire l’accès aux boîtes de nuit et autres lieux de divertissement.

« C’est pourquoi le gouvernement s’est engagé à s’attaquer à la fois à l’offre et à la demande de drogues, comme le prévoit la stratégie décennale en matière de drogues », a déclaré un porte-parole du ministère de l’intérieur dans une déclaration à la presse. « Notre livre blanc sur de nouvelles peines plus sévères pour la possession de drogues a présenté des propositions pour s’attaquer à la demande et nous avons accueilli favorablement les avis à ce sujet. Nous publierons notre réponse en temps voulu. »

Toutefois, dans une lettre ouverte adressée au gouvernement et rendue publique dimanche dernier, 500 organisations et experts de la santé publique et de la lutte contre la drogue ont exprimé de « sérieuses inquiétudes » à l’égard des projets ministériels qui, selon eux, pénaliserait les jeunes et les personnes vulnérables et détourneraient de précieuses ressources policières de la lutte contre la racine du problème.

Le professeur David Strain, président du conseil scientifique de la British Medical Association, a déclaré que les plans du gouvernement semblaient « doubler un modèle qui a échoué en promouvant des sanctions toujours plus sévères qui perpétuent la stigmatisation et la honte qui empêchent déjà les individus de chercher de l’aide et qui, en fin de compte, découragent les consommateurs de drogues de chercher les services de santé dont ils ont besoin ».

Aurélien a créé Newsweed en 2015. Particulièrement intéressé par les régulations internationales et les différents marchés du cannabis, il a également une connaissance extensive de la plante et de ses utilisations.

Sweet Seeds
Silent Seeds

Sites partenaires

Suivez toute l’actualité des vaporisateurs sur LesVapos, tests et conseils d’achats pour vaporisateurs à herbes séchées et concentrés.


Acheter des graines de cannabis féminisées et autoflorissantes en direct de la Barney’s Farm d’Amsterdam, graines gratuites avec chaque commande.

Si vous êtes au Royaume-Uni et avez besoin d’étonnantes Cali Weed Strain Seeds, Barney’s Farm a la meilleure sélection.


Découvrez les fleurs de CBD avec Le Chanvrier Français


CBD Shop France est le réseau n°1 en France du CBD avec + de 100 boutiques

Trending

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !