Suivez-nous
CBD Shop France

Le monopole de l’armée sur la production de cannabis médical empêche les patients italiens d’accéder au cannabis

Publié

le

Monopole de production de cannabis

Alors que l’Italie est à la fois l’un des premiers et des plus grands marchés du cannabis médical en Europe, de nouvelles données ont révélé l’incapacité permanente de son système à « répondre aux besoins des patients ».

PUBLICITE

Le marché italien du cannabis médical connaît une croissance à deux chiffres depuis plusieurs années, mais le pays continue de voir son armée détenir un monopole sur la culture nationale.

La production nationale de l’armée n’ayant pas réussi à croître depuis 2019, ce monopole étrangle la croissance de l’un des plus importants marchés européens du cannabis médical, qui est désormais le deuxième en Europe en termes de nombre de patients.

Conor O’Brien, analyste de l’industrie et des données chez Prohibition Partners, a déclaré à BusinessCann :  » Le monopole gouvernemental sur la production de cannabis médical en Italie a été un échec total.  »

Sous-approvisionnement

De nouveaux chiffres obtenus auprès du ministère italien de la Santé par le journaliste italien Fabrizio Dentini montrent que si l’offre nationale a augmenté l’année dernière par rapport à un minimum en 2020 de seulement 37 kg, elle ne représente toujours qu’une fraction de la demande totale.

PUBLICITE

En 2021, l’armée italienne a cultivé 101,904kg de cannabis médical, marquant une augmentation de 175% par rapport à l’année précédente, mais c’était une baisse de 17% par rapport aux 123kg de 2019.

Malgré la reprise après une baisse aussi spectaculaire en 2020, cela représentait une petite part du total du cannabis médical vendu dans les pharmacies italiennes cette année-là.

Année Kilos vendus en pharmacie Kilos cultivé en Italie % du marché domestique
2014 59 0 0%
2015 119 0 0%
2016 138 0 0%
2017 351 56 16%
2018 578 113 20%
2019 861 123 14%
2020 1 123 37 3%
2021 1 271 102 8%

« Les chiffres parlent d’eux-mêmes », a déclaré M. Dentini à BusinessCann.

« En effet, si l’on compare aux 1 400 kilos estimés par le ministère de la Santé comme besoin national pour 2021, l’agence militaire n’a réussi à couvrir que 8% des 1 271 kilogrammes distribués concrètement au cours de la même année ».

PUBLICITE

« Le régime de production monopolistique échoue de facto à remplir les fonctions pour lesquelles il a été mis en service, et l’absence d’autorisations de production pour le marché privé bloque le développement d’une chaîne de production saine et compétitive. »

Après avoir lancé son programme de cannabis médical en 2007, le gouvernement italien a pris des mesures pour permettre à ses militaires de commencer à produire du cannabis médical en 2015 dans le cadre d’un projet visant à « répondre pleinement aux besoins croissants des patients italiens ».

Le gouvernement continue de lancer un appel d’offres pour toute la production dans le pays, et il est entendu qu’il n’a accordé à ce jour que 5 licences pour distribuer du cannabis médical.

 » Pour faire face à l’incapacité évidente de production, l’État italien fait appel à l’importation structurelle cyclique de cannabis médical depuis la Hollande (≈900 kilos importés en 2021) « , a expliqué M. Dentini.

Malgré l’importation de quantités limitées de cannabis médical du Canada et, plus récemment, d’Australie, via des accords avec Aurora et Little Green Pharma respectivement, le nombre limité de licences entraine un déficit continu de cannabis médical dans le pays.

Selon M. Dentini, cette situation a entraîné le lancement de « nombreuses procédures d’urgence » pour « l’importation una tantum de lots de cannabis à usage médical ».

Le 24 août dernier, il a lancé un nouvel appel à l’importation d’urgence de lots de cannabis médical pour faire face au déficit croissant.

L’appel, dont la date limite est le 5 octobre 2022, nécessite 630 kg de cannabis séché, dont 530 kg de cannabis à forte teneur en THC, 50 kg de cannabis à forte teneur en CBD et 50 kg supplémentaires de cannabis à titrage équilibré.

« La quantité précitée a été déterminée en prenant comme référence un prix unitaire au gramme estimé à 3 € et en fixant le montant contractuel maximal de la fourniture à 1 810 000 €. »

La culture à domicile à l’horizon

« Le contrôle strict exercé par le gouvernement sur la production nationale et l’importation de cannabis médical a fait que de nombreux patients ayant besoin d’être soulagés n’ont pas pu se procurer leurs médicaments. Des pénuries de ce type constituent un coupe-circuit pour l’industrie également. Si les patients et les médecins connaissent ne serait-ce qu’une seule pénurie, ils ont le sentiment qu’ils ne peuvent pas compter sur la disponibilité constante du même médicament à l’avenir. »

Les problèmes d’approvisionnement actuels rendent la législation envisagée par le gouvernement italien encore plus importante pour les patients de cannabis médical du pays, qui sont maintenant estimés à bien plus de 20 000.

En juillet, un projet de loi sur la dépénalisation du cannabis, qui était dans les limbes législatives de la Commission de la justice depuis 2019, avait finalement atteint la Chambre des députés, la chambre basse du parlement italien.

Le projet de loi devrait être voté par le Sénat dans le courant du mois de septembre. S’il est adopté, la loi sera modifiée pour permettre à tout adulte italien de cultiver jusqu’à quatre plants de cannabis pour son « usage personnel ».

Si le projet de loi ne résout pas activement les problèmes d’approvisionnement du pays en cannabis de qualité médicale, il est conçu pour empêcher les personnes dans le besoin de se tourner vers le marché noir, un problème qui, selon M. O’Brien, continue d’entraver la croissance du marché.

« Des pénuries comme celle-ci créent un coupe-circuit pour l’industrie également. Si les patients et les médecins connaissent ne serait-ce qu’une seule pénurie, ils ont le sentiment qu’ils ne peuvent pas compter sur la disponibilité constante du même médicament à l’avenir. »

« Cela pousse certains patients à quitter l’espace légal du cannabis, à revenir à la consommation illicite ou à chercher des alternatives comme les opiacés. C’est une des principales raisons pour lesquelles l’utilisation du cannabis médical légal dans le pays n’a pas augmenté autant qu’elle aurait dû le faire au cours des cinq dernières années. »

« Le gouvernement doit produire beaucoup plus, mais, à court terme, il doit aussi ouvrir les licences pour les importations s’il veut vraiment répondre aux besoins des patients. »

BusinessCann diffuse des nouvelles, des articles, des commentaires et des analyses sur les personnes et les entreprises qui forment les communautés européennes du cannabis médical, du chanvre et du CBD.

Trending

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !