Suivez-nous

Légalisation du cannabis

L’Illinois dépénalise la possession de cannabis

Dépénalisation du cannabis en Illinois

La possession de petites quantités de cannabis en Illinois n’est désormais plus passible que d’amendes après que le gouverneur Bruce Rauner a signé vendredi une loi allant dans ce sens. L’Illinois est le troisième plus gros Etat américain à dépénaliser des infractions mineures liées au cannabis.

PUBLICITE

La nouvelle loi, qui prend effet immédiatement, transforme la possession de moins de 10 grammes de cannabis en infraction civile, passible d’une amende de maximum 200$. La signature de la loi par le gouverneur Républicain était réellement attendue car elle incorporait des éléments qui lui manquaient l’année passée, lorsqu’il avait mis son veto à la dépénalisation. A l’époque, Rautner avait dit que les pénalités pour de petites infractions liées au cannabis étaient trop sévères et que « la poursuite pénale en cas de possession de cannabis était également un prélèvement inutile de ressources publiques ».

Cette nouvelle loi donne aussi des standards concernant la conduite sous l’empire du cannabis. Actuellement, n’importe quelle trace de cannabis est suffisante pour qu’un conducteur soit en faute. Les partisans de la légalisation critiquent depuis longtemps cette tolérance zéro car le cannabis peut rester plusieurs semaines dans le corps humain. Le nouveau seuil limite dresse un seuil à 5 nanogrammes de THC dans le sang avec une consommation remontant à deux heures maximum.

L’Illinois rejoint ainsi 16 autres Etats, dont New York et la Californie, à avoir dépénalisé la possession de petites quantités de cannabis.

Les responsables de la police et les sherifs de l’Etat se sont montré réservés sur ce changement de loi et travaillent à son implémentation avec le gouverneur. Un d’eux s’est dit concerné par le fait que plus de personnes ait accès au cannabis avec ce changement.

PUBLICITE

« Vous donnez aux individus plus d’opportunités de faire usage de drogue » a dit Laimutis Nargelenas, actuel chef de la police du district de Springfield Park. Il dit que les autorités travaillent à un dispositif pour relever le nombre de personnes qui conduisent en ayant fumé après ce changement de loi.

Les soutiens de la loi rendent en revanche hommage au gouverneur, ajoutant que l’Etat devrait se concentrer sur le traitement des personnes pour des drogues plus dangereuses.

Plus de 100 villes d’Illinois, dont Chicago, appliquaient déjà une quai-dépénalisation de fait. Les législateurs étaient toutefois concernés par le traitement différent des minorités. « Nous traitons les personnes vraiment différemment au sein de notre Etat, et nous devrions nous débarrasser de ça » avait expliqué la Sénatrice Démocrate Heather Steans, également soutien de la loi.

La nouvelle loi sur le cannabis en Illinois demande également de purger les dossiers de possession tous les 6 mois, à moins que le gouvernement local s’y oppose. Le but est que les gens ne soient pas accablés toute leur vie par un casier criminel pour une infraction mineure qui  leur rendrait l’accès à une maison ou à un emploi difficile.

PUBLICITE

La loi rejetée l’année passée était moins stricte que celle-là. Elle dépénalisait la possession de 15 grammes, avec des amendes de 55 à 125$, avec un seuil légal de 15 nanogrammes pour la conduite.

Aurélien a créé Newsweed en 2015. Particulièrement intéressé par les régulations internationales et les différents marchés du cannabis, il a également une connaissance extensive de la plante et de ses utilisations.

Cliquez pour commenter

Vous devez être connectés pour poster un commentaire Connexion

Laisser un commentaire

Légalisation du cannabis

Le Maroc sur la piste de la légalisation du cannabis

Légalisation du cannabis au Maroc

Le conseil de Tanger-Tétouan-Al Hoceïma, la région du Nord du Maroc, a approuvé début juillet la réalisation d’une étude sur les opportunités de cultiver du cannabis dans la région.

PUBLICITE

Le rapport sera confié à l’Institut scientifique de l’Université Mohammed V à Rabat, pour un coût avoisinant le million de dirhams (90 000€). Le ministère de l’Intérieur doit encore donner son feu vert avant le lancement de l’étude, qui s’attardera notamment sur les propriétés thérapeutiques et pharmacologiques du cannabis.

Selon les estimations de Prohibition Partners, le Maroc pourrait drainer 9 milliards d’euros de revenus de la culture du cannabis en cas de légalisation et de régulation du secteur. Le Maroc n’est bien sûr par le seul pays du continent africain intéressé par le cannabis : le Lesotho a commencé à produire du cannabis médical, tout comme le Zimbabwe. Et l’Afrique du Sud est en train de légaliser le cannabis pour les adultes.

80% de la production du cannabis au Maroc est actuellement destinée à l’export selon les chiffres de 2017. Les 20% restants sont réservés à la consommation locale. Entre 90000 et 140000 familles vivent de la culture et de la commercialisation du cannabis dans le nord du Maroc. La filière emploierait environ 800.000 personnes et représenterait 23% du PIB marocain.

Le chanvre connaît bien sûr d’autres utilisations qui intéressent également le Maroc : dans la construction, notamment l’isolation, pour les cosmétiques, la fabrication d’huiles, de litières, l’utilisation sous forme de combustibles, en papeterie, pour l’alimentation humaine et animale, les biocarburants ou encore comme matériaux composites en association avec des matières plastiques.

PUBLICITE

En 2015, des élus du Parti Authenticité et Modernité (PAM), parti de l’opposition, avaient déposé une proposition de loi pour légaliser le cannabis à usage industriel et thérapeutique. La proposition de loi n’a jamais été mise à l’ordre du jour du Parlement.

Continuer la lecture

Trending

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !

0