Suivez-nous

Avec un an de retard, la FSA publie une première liste de produits CBD « légaux » au Royaume-Uni

Publié

le

Liste de produits CBD légaux au UK

Après un retard d’exactement un an, la Food Standards Agency a publié la liste tant attendue des produits CBD validés au Royaume-Uni.

PUBLICITE

Il en ressort qu’environ 3 500 produits sont encore autorisés à la vente au Royaume-Uni – et que  » plusieurs milliers  » d’autres ne sont désormais plus autorisés.

La date limite initiale pour la publication de la liste était le 31 mars 2021, bien que le directeur général de la FSA, Emily Miles, ait affirmé hier lors d’une conférence de presse que la liste n’était « pas en retard » et que le retard était dû à la mauvaise qualité des demandes.

Quelques statistiques

La FSA affirme avoir reçu plus de 900 demandes d’autorisation de nouveaux aliments à base de CBD. 680 d’entre elles ont été rejetées. 42 autres ont été retirées par le demandeur.

Sept demandes sont passées à la phase d’évaluation des risques et 175 demandes sont au stade de la prévalidation.

PUBLICITE

Parmi ces dernières, 65 demandes sont en attente, la FSA attendant des informations complémentaires de la part des demandeurs.

Il reste donc 110 autres demandes qui ne figurent pas sur la liste publique. La FSA explique que cela est dû au fait qu’elles ont été soumises après le 31 mars 2021 ou qu’elles n’ont pas été en mesure de prouver à la FSA que les « produits de la demande étaient en vente avant février 2020 ».

Assurer la conformité

En prévision de la publication de la liste, la FSA a organisé mercredi 30 mars une conférence de presse avec divers membres de la presse nationale et professionnelle, dont le thème central était la nécessité d’une mise en application par les détaillants et les autorités locales.

Pour assurer la conformité et retirer les « milliers » de produits qui n’ont pas été retenus, la FSA s’appuiera sur les détaillants, grands et petits, du pays.

PUBLICITE

Mme Miles a déclaré : « Demain, nous publierons la liste confirmée des produits CBD en passe d’être autorisés. »

« Nous appelons l’industrie, les détaillants et les autorités locales à mettre le marché du CBD en conformité en donnant la priorité au retrait de la vente des produits qui ne figurent pas sur la liste.

« Bien que l’inclusion sur la liste ne soit pas une garantie d’autorisation, nous avons voulu prendre l’initiative de publier la liste afin que les autorités locales, les détaillants et les consommateurs puissent juger en connaissance de cause de ce qu’ils stockent et achètent, afin de mettre ce marché en croissance rapide en conformité avec la loi. »

Alors que de nombreux grands détaillants seront en mesure d’aligner rapidement leurs produits, la fermeture des sites Web de marques de CBD en ligne posera davantage de difficultés et le doute est grand quant à la capacité des conseils locaux à faire appliquer la demande de la FSA.

Au cours de l’appel, la FSA a reconnu qu’elle ne s’attendait pas à un  » big bang  » d’application de la loi, mais plutôt à ce que les autorités locales élaborent  » leurs réponses de manière proportionnée » et « établissent des priorités de manière appropriée « .

Néanmoins, ce développement place le Royaume-Uni à l’avant-garde du développement d’une industrie réglementée du CBD, un point repris par Mariam Zamaray, PDG de Pure Functionals, un développeur et producteur de produits à base de CBD.

Elle a déclaré : « Il s’agit d’une étape majeure dans la réglementation et la certification des produits à base de CBD. La publication de cette liste est une reconnaissance attendue depuis longtemps d’un besoin des consommateurs en matière de normalisation et de confiance dans les produits sur le marché, permettant aux gens de prendre des décisions éclairées sur les choix disponibles, ainsi que de démontrer le rôle croissant du CBD dans leurs routines quotidiennes de santé et de bien-être. »

Une liste « pas en retard »

Lorsqu’elle a répondu aux questions de BusinessCann sur la raison pour laquelle la publication avait un an de retard, Mme Miles a choisi de faire référence aux défaillances de l’industrie.

« La grande histoire ici est que la qualité des candidatures que nous avons reçues n’était pas très bonne. Normalement, il faudrait quelques semaines pour passer à la phase de validation, mais cela a pris beaucoup plus de temps. »

« À mon avis, nous avons été assez généreux. Ce que nous avons, c’est un ensemble de demandes pour lesquelles nous attendons toujours des preuves. »

« Ils ont montré qu’ils avaient de fortes chances de présenter ces preuves avant la fin de l’année… Je ne dirais pas que nous étions en retard. Nous avons donné à ces entreprises l’occasion de fournir des preuves et nous avons été justes avec elles. »

Au cours de la conférence de presse, BusinessCann a également demandé à la FSA pourquoi il était nécessaire de poursuivre cette voie alors qu’il n’y a que peu ou pas de rapports sur les effets indésirables de l’utilisation du CBD.

Le CBD est-il sûr ?

Mme Miles a déclaré que la FSA s’appuyait sur les preuves fournies par ses conseillers scientifiques, le Comité sur la toxicité, et qu’étant donné qu’elle n’était pas en mesure de déterminer un risque clair par rapport à l’évaluation de la sécurité, la FSA devait élaborer une « réponse proportionnée » pour protéger les consommateurs.

Par conséquent, en février 2020, lorsqu’elle a fixé la date limite initiale du 31 mars 2021 pour les demandes, elle a également conseillé aux adultes en bonne santé de ne pas prendre plus de 70 mg de CBD par jour.

Cela a conduit un grand nombre d’entreprises de CBD à entreprendre des tests coûteux sur des animaux pour déterminer le profil de sécurité du CBD, ces résultats devant être examinés lors de la phase d’évaluation des risques de la FSA.

Demandes tardives

Les produits figurant dans la section « en attente » de la liste devant encore être validés, puis soumis à une évaluation des risques, il faudra peut-être attendre au moins un an de plus avant que la FSA ne dispose enfin d’une liste de produits CBD entièrement conformes. Les fournisseurs dont les produits ne satisfont pas les régulateurs seront retirés de la liste.

En ce qui concerne les 110 demandes qui ont été déposées trop tard ou dont les produits n’étaient pas sur le marché avant la date limite de février 2020, la FSA indique que ces produits doivent être retirés de la vente.

« Ceux-ci ne peuvent pas être inclus sur la liste publique parce que la demande n’a pas été faite avant notre date limite de mars 2021. Par conséquent, cela signifie également que pendant que la demande peut avancer dans le processus, l’entreprise doit retirer ses produits de la vente et ne doit les remettre sur le marché que si sa demande est finalement autorisée. »

« Nous continuerons donc d’accepter les demandes d’autorisation de mise sur le marché d’un nouvel aliment CBD, mais les produits liés à ces demandes ne devront pas être mis sur le marché tant que la demande n’aura pas été autorisée, ce qui est le mode de fonctionnement habituel du système des nouveaux aliments. »

BusinessCann diffuse des nouvelles, des articles, des commentaires et des analyses sur les personnes et les entreprises qui forment les communautés européennes du cannabis médical, du chanvre et du CBD.

Trending

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !