Suivez-nous

Santé

Etude : Aux USA, la consommation problématique de cannabis diminue chez les consommateurs quotidiens

Consommation problématique de cannabis

Une étude publiée le mois dernier dans le journal Drug and Alcohol Dependence semble montrer une diminution de la part de consommateurs quotidiens de cannabis chez qui on diagnostique un trouble de la consommation de cannabis (CUD, pour cannabis use disorder).

PUBLICITE

Selon le document, « la prévalence de troubles de la consommation de cannabis a diminué de manière significative parmi toutes les populations d’âge déclarant avoir consommé du cannabis quotidiennement ou presque quotidiennement entre 2002 et 2016. La prévalence de la dépendance au cannabis, elle, a diminué chez les adolescents et les jeunes adultes et était stable uniquement chez les adultes de 26 ans et plus déclarant avoir consommé du cannabis quotidiennement ou presque quotidiennement.”

Des études récentes ont eu des résultats mitigés sur la prévalence de consommation problématique de cannabis, un diagnostic qui inclut un mauvais usage et/ou une dépendance, au cours des deux dernières décennies. Parce que les personnes qui consomment du cannabis tous les jours ou presque sont les plus exposées aux problèmes d’usage problématique, les chercheurs de la Mailman School of Public Health de l’Université Columbia se sont employés à mieux comprendre la santé de ce groupe.

Les auteurs de l’étude ont utilisé les données des enquêtes nationales sur la consommation de drogues et la santé pour la période 2002-2016. L’échantillon final, comprenant 22 651 personnes, comprenait des participants âgés de 12 ans et plus et ayant déclaré avoir consommé du cannabis au moins 300 jours au cours de la dernière année.

Pour mesurer la consommation problématique de cannabis, les auteurs ont utilisé les critères du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (4è édition, DSM-IV), tels que :

PUBLICITE
  • Avoir passé beaucoup de temps pendant un mois à obtenir, consommer ou surmonter les effets du cannabis
  • L’impossibilité de se fixer des limites
  • L’impossibilité de réduire sa consommation de cannabis
  • Une consommation récurrente qui empêche de remplir ses obligations
  • Une consommation qui continue malgré des problèmes sociaux ou interpersonnels persistants ou récurrents

Les autres facteurs pris en compte dans l’étude visaient à déterminer si les participants avaient perçu un besoin de traitement pour leur santé mentale, si un médecin avait indiqué qu’ils avaient d’autres problèmes de santé et s’ils avaient ou non conduit sous l’effet de drogues illicites avec ou sans alcool.

Au cours de la période de l’étude, les auteurs ont constaté que la prévalence de CUD diminuait dans l’ensemble de leur échantillon dans tous les groupes d’âge : pour les adolescents de 12 à 17 ans, le taux avait diminué de 26,8% ; pour les 18-25 ans, 29,7% ; et pour les adultes de 26 ans et plus, de 37,5%.

« Parmi ceux qui avaient consommé du cannabis quotidiennement ou presque quotidiennement au cours de l’année écoulée, la prévalence de l’abus de cannabis a diminué dans tous les groupes d’âge, avec des réductions observées pour tous les cas d’abus individuels chez les adolescents et les jeunes adultes », indique l’étude. « La prévalence de la dépendance au cannabis a également diminué chez les adolescents et les jeunes adultes, mais pas chez les adultes de 26 ans et plus. Des réductions dans la plupart des éléments de dépendance du DSM-IV ont été observées chez les jeunes adultes, tandis que des réductions ont été observées chez quelques adolescents seulement et chez les adultes plus âgés. »

Les chercheurs offrent plusieurs explications possibles à cette baisse des consommations problématiques, notamment l’influence des différentes légalisations.

PUBLICITE

« Premièrement, le nouvel environnement politique national sur le cannabis, avec 33 États légalisant l’usage médical et 10 États autorisant un usage récréatif du cannabis, peut avoir joué un rôle dans la réduction de la stigmatisation et de la perception du risque associé à la consommation de cannabis», selon Silvia Martins, l’une des auteurs de l’étude. « Deuxièmement, une légalisation croissante peut aussi être associée à des changements d’attitude sociale, ce qui réduit le nombre de conflits avec les parents et les amis autour de la consommation de cannabis. »

En conséquence, selon le document, « cela pourrait expliquer des réductions dans l’élément  » Consommation continue d’utilisation malgré des problèmes sociaux ou interpersonnels persistants ou récurrents », ce qui reflète les difficultés d’interaction avec les autres dues à la consommation de cannabis. »

Il est également possible qu’un « segment de la population globalement en meilleure santé » commence à consommer davantage de cannabis en raison d’un accès légal, ce qui « peut avoir dilué la prévalence de l’abus / de la dépendance au cannabis au fil du temps ». Ils pourraient utiliser du cannabis « moins puissant ». ou en quantités journalières inférieures, notent les chercheurs. De plus, les personnes interrogées craignent dorénavant moins d’admettre dans le cadre d’une enquête fédérale qu’elles consomment fréquemment du cannabis.

Finalement, a déclaré Martins, les résultats de l’étude « contrediraient l’hypothèse prédominante selon laquelle la prévalence du CUD DSM-IV serait stable ou augmenterait chez ceux qui consomment du cannabis avec régularité ».

Aurélien a créé Newsweed en 2015. Particulièrement intéressé par les régulations internationales et les différents marchés du cannabis, il a également une connaissance extensive de la plante et de ses utilisations.

Sites partenaires

Suivez toute l’actualité des vaporisateurs sur LesVapos, tests et conseils d’achats pour vaporisateurs à herbes séchées et concentrés.


Acheter des graines de cannabis féminisées et autoflorissantes en direct de la Barney’s Farm d’Amsterdam, graines gratuites avec chaque commande.

Trending

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !

0global