Suivez-nous

Etudes

Le manque de sommeil provoque les mêmes effets que le cannabis

Sommeil et cannabinoïdes

A la différence du cannabis, le manque de sommeil n’a jamais été illégal. Pourtant, les récepteurs cannabinoïdes semblent réagir de la même manière aux deux, à savoir donner envie de manger des aliments gras. Les chercheurs pensent maintenant savoir pourquoi : la perte de sommeil influe sur les mêmes chemins neuronaux de l’odeur que le cannabis.

PUBLICITE

Le manque de sommeil, une carence moderne

On sait depuis longtemps que la privation de sommeil pousse à rechercher des aliments riches en calories. Pour décrypter comment ce processus fonctionne, Thorsten Kahnt, neurologue à la Feinberg School of Medicine de Chicago, dans l’Illinois, s’est inspiré d’études liant la privation de sommeil chez l’homme à une augmentation de certaines molécules dans le système endocannabinoïde, le système de récepteurs notamment affecté par le cannabis. Des études chez la souris ont montré que ce système influe sur les processus cérébraux liés à l’odeur, puissants moteurs de l’appétit.

Selon Thorsten Kahnt, personne n’avait établi de lien clair entre le sommeil, le système endocannabinoïde, l’odorat et l’appétit chez l’homme auparavant. Le manque de sommeil, s’il pousse à la consommation de nourriture plus calorique, est alors associé à une hausse du risque d’obésité, d’hypertension ou de diabète, et pourrait être une des causes de la prévalence de surpoids dans nos sociétés modernes.

Pour ce faire, lui et son équipe ont demandé à 25 volontaires en bonne santé de dormir 4 ou 8 heures par nuit. Quatre semaines plus tard, les volontaires ont répété l’expérience, mais ceux qui dormaient 4 heures pendant le premier cycle dormaient 8 heures et inversement. Le lendemain soir, les volontaires ont fourni des échantillons de sang. Comme prévu, les volontaires privés de sommeil présentaient des taux plus élevés de 2-oléoylglycérol, une molécule susceptible d’agir sur les récepteurs endocannabinoïdes.

Le groupe privé de sommeil n’a pas signalé avoir eu plus faim que ses compagnons bien reposés et, lorsqu’ils ont reçu un buffet de nourriture, les deux groupes ont consommé la même quantité moyenne de calories. Toutefois, les personnes du groupe privé de sommeil ont systématiquement choisi des aliments contenant plus d’énergie par gramme, par exemple des beignets glacés à la place des muffins aux bleuets.

PUBLICITE

Une question d’odeurs

Pour vérifier si le sommeil affectait les parties du cerveau traitées par les odeurs, les chercheurs ont également procédé à une analyse par IRM. Les participants à l’étude sentaient une variété d’odeurs d’aliments et de non-aliments, notamment du rôti au four, des brioches à la cannelle, de l’ail et des odeurs de sapin.

Les chercheurs ont examiné des balayages du cortex piriforme, une région en forme de poire responsable de l’interprétation des odeurs dans le cerveau et parsemé de récepteurs endocannabinoïdes. Si l’augmentation du nombre de molécules dans le système endocannabinoïde modifiait la façon dont le cerveau interprétait l’odeur, et donc l’appétit d’une personne, les chercheurs ont estimé que le cortex piriforme devait présenter des variations de l’activité de traitement des odeurs correspondant aux modifications des préférences alimentaires des volontaires.

Les chercheurs ont toutefois découvert que les cortex piriformes des participants privés de sommeil présentaient une activité accrue en réponse aux odeurs liées aux aliments, mais pas d’une manière directement corrélée à leurs modifications de l’appétit. Par exemple, deux volontaires avec la même augmentation de codage d’odeur pourraient avoir choisi des aliments avec différentes quantités de graisse et de calories au buffet.

Cette hausse d’activité olfactive se produit en parallèle d’une perturbation de la connectivité du cortex piriforme à l’insula, la zone cérébrale qui régule l’apport calorique : les personnes qui présentent des niveaux élevés de cannabinoïdes ont donc moins de contrôle sur les quantités ingérées, ce qui expliquerait leur attirance vers des aliments plus gras et plus sucrés.

PUBLICITE

Kahnt souligne que les causes et les effets dans les différentes régions du cerveau ne sont pas clairs. « Nous ne savons pas qui parle et qui écoute », dit-il. Mais le travail renforce le lien entre la privation de sommeil et les processus sensoriels. « Cela souligne également le rôle que joue l’odorat dans l’orientation des choix alimentaires », dit-il. En savoir plus sur la manière dont des facteurs externes peuvent affecter le traitement des odeurs et l’appétit pourrait conduire à de nouvelles approches pour traiter l’obésité ou les troubles de l’alimentation.

Aurélien a créé Newsweed en 2015. Particulièrement intéressé par les régulations internationales et les différents marchés du cannabis, il a également une connaissance extensive de la plante et de ses utilisations.

Sites partenaires

Suivez toute l’actualité des vaporisateurs sur LesVapos, tests et conseils d’achats pour vaporisateurs à herbes séchées et concentrés.


Acheter des graines de cannabis féminisées et autoflorissantes en direct de la Barney’s Farm d’Amsterdam, graines gratuites avec chaque commande.

Trending

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !

0global