Etude : les recherches antérieures sur l’usage du cannabis chez les adolescents «exagèrent» les risques

Effets du cannabis sur les adolescents

Les craintes que le cannabis cause des dommages irréparables sur les cerveaux des adolescents ont été alimentées par des études qui ont « surestimé » les effets sur l’intelligence et les autres fonctions cognitives, selon une étude scientifique qui a trouvé peu d’effets secondaires après 3 jours d’abstinence.

De nombreuses études ont montré que les adolescents qui consommaient du cannabis réussissaient moins les tests d’attention, de mémoire, d’apprentissage et d’organisation que les jeunes qui consommaient du cannabis de manière irrégulière ou qui s’abstenaient.

Les chercheurs de l’Université de Pennsylvanie ont mené « la première synthèse quantitative de la littérature s’attardant sur le cannabis et le fonctionnement cognitif des adolescents et des jeunes adultes. »

L’équipe de chercheurs a passé en revue 69 études antérieures, qui comparaient 2152 consommateurs fréquents de cannabis avec 6575 participants qui déclaraient une consommation minimale ou aucune consommation de cannabis.

En regardant toutes ces études, les chercheurs ont trouvé « un effet petit mais significatif d’une baisse du fonctionnement cognitif chez les adolescents et les jeunes adultes qui rapportaient avoir un usage fréquent de cannabis. »

Les chercheurs ont ensuite noté que certaines de ces études demandaient à tous les participants de s’abstenir de consommer du cannabis pendant au moins 72 heures avant de passer les tests cognitifs, alors que d’autres autorisaient les participants à continuer de fumer jusqu’à la veille des tests. En étudiant ces groupes séparément, les chercheurs ont trouvé que les adolescents consommateurs qui s’étaient abstenus pendant 3 jours ou plus avaient les mêmes résultats que les non-consommateurs.

« Les liens entre consommation de cannabis et fonctionnement cognitif dans les études transversales sur les adolescents et les jeunes adultes sont faibles et peuvent être d’une importance clinique discutable pour la plupart des individus » concluent les chercheurs. « En outre, une abstinence de plus de 72 heures diminue les déficits cognitifs associés à la consommation de cannabis. Bien que d’autres résultats (par exemple sur les psychoses) n’aient pas été examinés dans les études passées en revue, les résultats indiquent que les études antérieures sur le cannabis chez les jeunes ont peut-être surestimé l’ampleur et la persistance des déficits cognitifs associés à la consommation [de cannabis]. »

« Les déficits rapportés pourraient refléter certains effets résiduels d’une forte consommation ou d’un arrêt de la consommation. »

L’étude conclut finalement que « les futures études devront examiner les différences individuelles de susceptibilité à la dysfonction cognitive associée au cannabis ».

Articles liés

Derniers articles

mitch connell
Les États-Unis sur le point de légaliser le chanvre à l’échelle fédérale
miley cyrus et sa mère
Miley Cyrus s’est remise à fumer de la weed, mais seulement « de temps en temps »
nouvelle zélande
Nouvelle-Zélande : le cannabis médical fonctionnel d’ici un an
marc emery
Lassé de se faire blacklister son compte Facebook, Marc Emery lance son site Internet
chanvre
Les LPs canadiens rachètent des entreprises du chanvre européen
ezhel
Turquie : le rappeur Ezhel arrêté pour avoir défié la censure autour du cannabis
Suivez-nous sur Telegram

Laisser un commentaire