Etude : l’usage quotidien de cannabis pourrait retarder le passage des jeunes à risque vers l’utilisation de drogues plus dangereuses

Cannabis et drogue dure

La consommation quotidienne de cannabis pourrait retarder le passage vers l’injection de drogue chez les jeunes à risque, selon une nouvelle étude qui discrédite la « théorie de l’escalade » selon laquelle le cannabis agit comme une drogue de passage vers des substances plus nocives.

PUBLICITE

Les scientifiques du Centre sur les dépendances et l’usage de substances de Colombie-Britannique, à l’origine de l’étude, suggèrent également que le cannabis pourrait être utilisé comme substitut pour les gens addicts aux opiacés.

Les chercheurs ont interviewé 481 jeunes sans-domicile fixe dans les rues de Vancouver qui ne s’étaient jamais injecté de drogue et ont trouvé, après 10 années de suivi de cette cohorte à risque, que la consommation quotidienne de cannabis était associée à une diminution de 34% du taux de personnes étant passé à l’injection.

« Une des perceptions courantes du cannabis est que c’est une drogue de passage vers d’autres drogues, plus nocives. Cependant, notre étude a montré le contraire » explique M. J. Milloy, épidémiologiste des malades infectieuses et co-auteur de l’étude.

« Pour eux, le cannabis était une stratégie utilisée pour essayer de gérer leur consommation de drogue ou pour tenter de se « désintoxiquer » d’opiacés ou de stimulants. »

La recherche a suivi des personnes âgées de 14 à 26 et qui dormaient dans les rues de Vancouver, sur une période moyenne de 2 ans. L’âge moyen des gens qui ont commencé à s’injecter des drogues était entre 19 et 23 ans, avec un risque plus fort pour les personnes sans domicile qui les rend également plus vulnérable au VIH et à l’hépatite C, aux overdoses ou à l’exercice d’activités criminelles selon l’étude.

Une autre étude de l’Université de Colombie-Britannique, financée par Tilray, producteur de cannabis médical, avait montré que plus de la moitié des 271 patients traités avec du cannabis médical en consommaient pour se défaire de médicaments par ordonnance, avec la majorité attestant de l’efficacité du cannabis comme substitut aux antidouleurs opioïdes.

Suivez-nous sur Facebook !

Articles liés

Derniers articles

parc de gorlitz deal cannabis
Un parc de Berlin définit des zones où les dealers peuvent vendre du cannabis
Brésil cannabis autoculture
Brésil : multiplication des recours en justice pour obtenir le droit à l’auto-culture de cannabis médical
cannabis
Plante ou médicaments : quel choix pour le cannabis thérapeutique ?
danemark cannabis médical
Danemark : le projet pilote de cannabis médical compte déjà plus de 2000 patients
crampes menstruelles cannabis
Des Etats américains envisagent d’élargir l’accès au cannabis médical aux femmes souffrant de crampes menstruelles sévères
jean costentin
Les petits arrangements avec la vérité de Jean Costentin

Laisser un commentaire