Suivez-nous

Lifestyle

Les différents types de graines de cannabis

types de graines

Il existe différents types de graine de cannabis, divisés en trois groupes : les graines régulières, les graines féminisées et les graines autoflorissantes. Mais quelles sont vraiment les différences entre ces graines de cannabis dont la culture est toujours illégale en France ?

PUBLICITE

Les graines régulières

Les graines régulières peuvent s’acheter facilement via Internet. Elles peuvent aussi être trouvées dans des têtes de beuh mal nettoyées, qui avaient elles-mêmes fait des graines. Ces graines donnent d’ailleurs un mauvais goût de barbecue aux joints, mais peuvent être mises de côté et conservées. Tant que la graine n’est pas abîmée, elle peut germer une fois mise en terre. Les graines régulières du commerce sont surtout destinées aux puristes de la culture du cannabis, ou aux jardiniers expérimentés.

Les graines régulières donneront en effet naissance à des plants indifféremment mâles ou femelles. Les plants femelles sont ceux qui passionnent avant tout les amateurs de weed, car ce sont ses fleurs qui sont fumées. Si un plant mâle pollinise une femelle, elle donnera alors des fleurs pleines de graines. Les jardiniers séparent habituellement les plants mâles des plants femelles pour éviter la pollinisation et la fécondation de ces belles dames.

Les graines régulières sont également une bonne façon de breeder soi-même certaines variétés, en gardant le papa et la maman d’origine et en effectuant certains croisements.

Les graines de cannabis féminisées

Les graines féminisées sont des semences de cannabis génétiquement modifiées (enlevez-vous Monsanto de la tête en revanche). Dans un paquet de graines féminisées, le distributeur s’engage à ce qu’au moins 95 % des graines soient des femelles. Le jardinier perd alors le facteur chance mais sera quasiment assuré d’avoir des plants à récolter sans risque de pollinisation.  Mais comment féminise-t-on une graine ?

PUBLICITE

Pour féminiser une graine de cannabis, on pulvérise sur un plant femelle du thiosulfate de sodium et du nitrate d’argent à des doses très précises. Ce plant femelle produira alors des graines mâles. Ces graines mâles modifiés ne produiront ensuite que du pollen contenant le chromosome XX (filles). Une fois que le pollen des mâles a atteint une femelle, celle-ci ne produira que des graines féminisées. French Touch Seeds nous explique qu’il existe encore des inconnues sur les conséquences de ces modifications génétiques. La dissémination de ces graines au contact de variétés naturelles pourrait engendrer des conséquences dont l’issue est encore inconnue à l’heure actuelle, si ce n’est en extérieur la disparition des landraces. Cette technique est utilisée pour d’autres culture comme la courgette.

Les graines de cannabis autoflorissantes

Les graines autoflorissantes sont issus de croisement génétique entre le Cannabis Rudéralis et des variétés indica ou sativa. Ces graines autoflorissantes hybrides utilisent la floraison rapide du cannabis Ruderalis combinée aux caractéristiques des autres variétés. La floraison se déclenchera automatiquement en trois semaine à un mois quel que soit son apport en lumière et la photopériode appliquée. Ces graines conviennent aussi bien à la culture indoor qu’outdoor. Il faudra compter une dizaine de semaines entre le semis et la récolte. Les pieds ne dépasseront pas le mètre de hauteur, une petite taille compensée par l’épaisseur des têtes.

La culture du cannabis est toujours interdite en France, même pour un usage personnel ou médical. Le nombre estimé de cannabiculteurs tourne aujourd’hui entre 200 000 et 300 000 personnes.

Théo est diplômé en journalisme de l'IICP. Passionné par l'économie et l'industrie du cannabis, il s'est spécialisé sur ces sujets, avec un peu de thérapeutique à l'intérieur.

Cliquez pour commenter

Vous devez être connectés pour poster un commentaire Connexion

Laisser un commentaire

Lifestyle

L’Institut Supérieur de Cannabiculture (ISC) ouvre en octobre 2019

Institut Supérieur de cannabiculture

Désireux de vous former à la culture du chanvre ou du cannabis légal ? L’Institut Supérieur de Cannabiculture est la première formation européenne et francophone dédiée à la culture professionnelle du cannabis.

PUBLICITE

La plateforme de e-learning, réservée aux personnes majeures, entend proposer une expérience unique et interactive pour les futurs étudiants, allant de cours d’horticulture appliquée, de biologie végétale, mais également de droit, d’histoire, d’éthique et de macroéconomie, tout au long des 14 semaines de formation.

Voir la brochure de la formation

Les étudiants pourront s’exercer sur des variétés de chanvre légales pour se faire la main avant d’intégrer des stages chez les partenaires européens de l’Institut. Leur engagement est d’accompagner chaque étudiant vers son projet professionnel ou entrepreneurial et de devenir incontournable dans l’industrie.

L’équipe pédagogique de l’ISC

L’équipe pédagogique de l’ISC sera, entre autres, composée de Johann Chaumont, Ingénieur Agronome, Maître Ingrid Metton, Avocate au barreau de Paris, Docteur Jean-Christophe Breitler, Docteur en Biologie végétale, Jouany Chatoux patron de la ferme bio de Pigerolles et ardent défenseur de l’expérimentation en Creuse d’une production de cannabis thérapeutique.

PUBLICITE

Au-delà du socle de compétences scientifiques et techniques enseignées, L’institut Supérieur de Cannabiculture veut construire un réseau d’avant-garde dans lequel s’insèrent les professionnels et entrepreneurs formés.

Plusieurs formations sont proposées, à des tarifs allant de 199€ à 3750€.

Vous pouvez retrouver plus d’infos sur l’ISC sur leur site Internet.

Continuer la lecture

Trending

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !

0