Suivez-nous

Etudes

Des extractions de cannabis avec une machine à café, oui c’est possible

nespresso

Comme on extrait du café liquide de la graine ou de la poudre de café, il est apparemment possible d’extraire un concentré de cannabinoïdes à partir de la fleur de cannabis selon le même procédé. C’est en tout cas ce qu’a découvert une équipe de scientifiques en mettant une tête de cannabis dans une machine Nespresso. Cette expérimentation doit être publiée bientôt dans le Journal International de la Chimie Pure et Appliquée.

PUBLICITE

Le procédé en question

Les chercheurs ont utilisé du cannabis fourni par l’Unité d’Inspection Pharmaceutique et du Contrôle des Drogue de l’Aire Sanitaire de Valence en Espagne. Ils l’ont inséré dans le filtre après un nettoyage approfondi pour extraire de la fleur du THC, du CBD et du CBN.

Se faire un café avec une machine à expresso est à première vue vraiment facile. Il suffit d’appuyer sur un bouton, de mettre une capsule et, hop on a du café. Mais en réalité, il se passe beaucoup de choses dans la machine. Le bouton en question active une platine électrique qui envoie une pulsion à la pompe à eau pour que celle-ci aspire l’eau du réservoir et la conduise au débitmètre chargé d’estimer le volume optimal d’eau pour la dose de café. L’eau est ensuite redirigée vers une autre pompe qui l’envoie vers la chaudière qui, équipée d’un capteur, lui fera atteindre une température comprise entre 93° et 110° C. Ensuite, l’eau chauffée arrive dans la chambre de compression où se trouve la capsule. Alors commence une infusion sous haute pression, au moins 9 bars, où l’eau retire de la mouture de café les arômes et la saveur qui une fois mêlés à l’eau donne le café que l’on boit.

Ce procédé est connu sous le nom de percolation ou de lixiviation et désigne le passage d’une substance par une matière absorbante telle que l’eau ou les techniques d’extraction de produits solubles par un solvant, en l’occurence le 2-propanol (aussi appelé alcool isopropylique). Ce qui est caractéristique de la machine à expresso c’est la très haute pression dans la chambre de compression qui va permettre l’extraction des principes actifs de la plante et leur passage dans l’élément liquide. Le résultat : une « eau » concentrée en cannabinoïdes (l’extraction ici ne se présente pas sous la même forme que les concentrés dont les consommateurs ont l’habitude).

Une solution économique

Cette méthode a l’avantage d’être très économique, autant en termes financiers, puisqu’on peut désormais légitimement se passer du matériel de pointe dont le prix avoisine les 1500€, qu’en termes d’économie d’effort et de temps. D’autant plus que le procédé n’abîme pas la machine, à condition de la nettoyer rigoureusement. Des avantages que les scientifiques ont vantés : « L’utilisation de machine à expresso à capsules a été récemment proposée pour des extractions analytiques du fait de sa facilité d’utilisation, sa vitesse, sa disponibilité et son coût faible; elle fournit des extractions efficaces d’éléments organiques solides en quelques secondes ».

PUBLICITE

Ce type de machine permet notamment d’obtenir les mêmes résultats qu’avec les techniques traditionnelles d’extraction tout en étant plus rapide et en ne demandant aucune attention. Les résultats ont été comparés avec des techniques d’extractions traditionnelles du monde de la chimie telles que la technique à ultrason, la chromatographie en phase gazeuse et la spectrométrie de masse ou encore la spectrométrie de mobilité ionique. Les techniques traditionnellement utilisées dans l’extraction de cannabis, que ce soit avec ou sans solvant, étaient toutes longues et coûteuses comparé à ce procédé. Etant donné que cette méthode a fait ses preuves sur d’autres produits que le café, notamment le cannabis, elle pourra être utilisée plus fréquemment en chimie comme procédé d’extraction rapide et automatisé.

Cliquez pour commenter

Vous devez être connectés pour poster un commentaire Connexion

Laisser un commentaire

Etudes

Du lubrifiant anal au CBD pour « prendre des bites XL et plus »

Lubrifiant anal au CBD

Si vous nous demandez « Pourquoi ? », nous vous répondrions « Pourquoi pas ! ». Mais derrière la communication punchy du produit se cache une vraie demande (et un peu de marketing).

PUBLICITE

Boof est un décontractant anal proposé par la marque Fort Troff, spécialisée dans les jouets et produits sexuels pour les hommes gays, et qui promet d’aider à « prendre des bites XL et plus » en utilisant la puissance du CBD, selon la fiche produit. Il offrirait ainsi « une relaxation totale du corps + un maximum de plaisir » et « la plus haute concentration de CBD pur ».

Le produit a été réalisé en collaboration avec Foria, entreprise spécialisée sur l’intégration de cannabinoïdes dans les produits à vocation sexuelle ou génitale. Foria vend d’ailleurs aussi des suppositoires, qui semblent être similaires au produit Boof, mais qui sont marketées pour les femmes, pour procurer « des effets apaisants et libérateurs des tensions » et réduire les douleurs menstruelles.

Le docteur Evan Goldstein, chirurgien anal, explique à Out que le CBD et le sexe « vont naturellement de pair ».

« Le CBD est un excellent ajout au jeu anal. Ce qui est bien, c’est qu’il y a beaucoup d’options pour l’incorporer », a déclaré le Dr Goldstein. «Il existe des vape pen ou des teintures, qui permettent aux gens d’inhaler ou d’ingérer du CBD pour des effets systémiques. Spécifiquement pour le sexe anal, les gens peuvent également l’appliquer localement, en utilisant des lubrifiants et / ou des suppositoires infusés au CBD. »

PUBLICITE

Une boite de Boof est composé de huit suppositoires. Selon les précisions du site, « vous ne serez ni défoncés ni désensibilisés » en l’utilisant. “Il n’y a pas de THC. Ton cul va simplement se sentir réellement putain de bien ».

Et bien que nous n’ayons aucun moyen de vérifier cela, c’est une belle promesse !

Continuer la lecture

Trending

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !

0