Etude : le CBD normalise l’activité cérébrale des psychotiques

cerveau

Une étude du King’s College London (KLC), publiée dans le journal JAMA Psychiatry, montre que le CBD pourrait être efficace pour traiter les troubles psychotiques. Aux pays-bas, un examen des recherches existantes sur le CBD suggérait déjà que ce dernier avait des effets antipsychotiques. Cette dernière recherche du KLC montre, que le CBD est un traitement prometteur contre la psychose, notamment la schizophrénie.

La recherche avance

Les troubles psychotiques sont la troisième cause de handicap chez l’adulte. Ils sont plus courants qu’on ne veut bien le croire et entravent significativement la vie sociale et le développement personnel des malades. La recherche a longtemps pataugé pour en prédire les causes et prévenir son déclenchement. Des études suggèrent que certains marqueurs de neuroplasticité et la surveillance des fonctions cérébrales peut permettre de mieux comprendre le fonctionnement de ces maladies. Aujourd’hui, la recherche a permis d’établir des catégories comme celle des sujets à haut risque clinique (CHR) sur laquelle l’étude du KLC concentre son attention.

En 2017 déjà, le KLC avait publié les résultats d’essais cliniques qui testaient l’impact du CBD sur les patients atteints de psychoses. Ils ont trouvé que l’administration du CBD entraînait une réduction des symptômes psychotiques et une amélioration des performances cognitives des sujets, sans produire d’effets secondaires. Ainsi, il était déjà clair que le CBD avait un potentiel effet thérapeutique sur la psychose, cependant, les chercheurs ne savaient pas pourquoi ni comment. Ils ont donc lancé une étude complémentaire pour observer, à l’aide d’IRM, les effets du CBD sur le cerveau, en ciblant notamment les zones impliquées dans les troubles psychotiques.

L’étude en question

L’étude compare 33 sujets CHR ainsi que 19 sujets sains et se déroule sur 3 ans (de 2013 à 2016). 16 des sujets ont reçu une dose orale de 600mg de CBD et les 17 autres ont reçu un placebo. Les sujets sains ne sont pas administrés. Les chercheurs observent ensuite, par IRM, les effets de la médication sur trois parties du cerveau fortement impliquées dans les cas de psychoses, à savoir : le striatum, le cortex temporel médian et le mésencéphale.

Les résultats ont montré que le taux d’activité anormale de ces zones chez les sujets ayant reçus du CBD étaient à un niveau intermédiaire entre les patients sains et les patients à haut risque ayant reçu un placebo. La dose de CBD n’élimine pas complètement l’activité anormale du cerveau mais la réduit significativement. Les chercheurs en ont donc conclu que le CBD est capable de normaliser les dysfonctionnements cérébraux liés aux troubles psychotiques et pourrait donc servir de thérapie.

Alors qu’on pensait que le cannabis aggravait les symptômes de la schizophrénie, une récente étude a montré qu’il n’existait pas de lien causal significatif prouvant ces faits. En revanche, elle a montré que les prédispositions à la schizophrénie seraient déterminantes sur une consommation quotidienne de cannabis, les chercheurs suggérant que cette consommation pourrait être une forme d’auto-médication.

Articles liés

Derniers articles

canopy growth
Canopy Growth se positionne sur le marché du chanvre américain avec un investissement de 100-150$M
autoculture chili
Chili : une loi qui garantit le droit des patients à cultiver leur cannabis poursuit son parcours au Sénat
weed
Les 10 noms de variétés de cannabis les plus improbables
cannabis global market
Creso Pharma, exemple de la mondialisation du cannabis
myrcene hemp gin
The Myrcene Hemp Gin : du gin australien distillé aux terpènes de cannabis
THC et paranoïa
Le cannabis rend-il vraiment paranoïaque ?
Suivez-nous sur Telegram

Laisser un commentaire