Qu’est-ce que le cannabidiol ?

Structure chimique du CBD

Le cannabidiol, ou CBD, est un des 85 cannabinoïdes actifs du cannabis, et le principal argument du débat autour de l’usage médical de la marijuana. Alors que le THC est surtout étudié dans ses effets secondaires, il semblerait que le CBD n’en ait aucun, et que les preuves médicales de ses bienfaits s’accumulent. Voici 5 choses que vous devriez savoir sur le cannabidiol.

Le cannabidiol est un ingrédient clé du cannabis

Parmi les différents cannabinoïdes du cannabis, le THC et le CBD sont généralement présents dans les plus fortes concentrations, et sont donc les plus connus et étudiés. Les niveaux de THC et de CBD varient beaucoup en fonction des variétés de marijuana. Les plants cultivés à destination d’un usage récréatif sont souvent plus chargés en THC qu’en CBD.

Néanmoins, en utilisant des techniques de reproduction sélective, les horticulteurs ont réussi à créer des variétés aux forts taux de cannabidiol et quasiment zéro THC. Ces variétés sont rares mais deviennent de plus en plus populaires.

Le cannabidiol n’a pas de propriété psycho-active

A la différence du THC, le cannabis CBD ne fait pas planer. Même si cela en fait un mauvais choix pour les fumeurs récréatifs, cela donne à la substance un avantage significatif en tant que médicament, les professionnels de la santé préférant des traitements avec le moins d’effets secondaires possibles.

Le cannabidiol n’est pas psycho-actif car il n’agit pas sur les mêmes récepteurs que le THC qui sont très concentrés dans le cerveau et sont responsables des effets psychotropes du THC.

Un article publié en 2011 dans la Current Drug Safety conclut que le CBD « n’interfère pas avec les functions psychomotrices et psychologiques ». Les auteurs ajoutent que plusieurs études suggèrent que le cannabidiol est « bien toléré et sûr », même à fortes doses.

Le cannabidiol a un large éventail de bienfaits médicaux

Selon un article de 2013 publié dans le British Journal of Clinical Pharmacology, des études ont montré que le CBD avait les propriétés suivantes : anti-vomitif, anticonvulsivant, antipsychotique, anti-inflammatoire, anti-oxydant, anxiolytique et anti-cancer. Le THC possède les mêmes propriétés, mais avec des effets psychotropes.

Les principales études ont été faites sur des animaux, les Etats étant pour l’instant réticents à faire des tests sur des humains. On a vu récemment une entreprise britannique proposer un traitement à base de cannabidiol pour traiter la schyzophrénie et certains types d’épilepsie. De même, le California Pacific Medical Center espère bientôt démarrer des tests sur le CBD comme thérapie pour le cancer du sein.

Le cannabidiol réduit les effets du THC

Le cannabidiol semble offrir une protection naturelle contre les effets planants de la marijuana. Beaucoup d’études suggèrent que le CBD réduit les effets enivrants du THC comme la perte de mémoire et la paranoïa.

Le CBD contre également la somnolence due au THC, ce qui pourrait expliquer pourquoi certaines variétés de cannabis sont connues pour augmenter les niveaux de vigilance.

Le CBD et le THC se sont tous deux révélés ne présenter aucun danger d’overdose létale. Cependant, afin d’éviter de potentiels effets secondaires, on conseille aux utilisateurs médicaux d’éviter d’utiliser du cannabis avec de trop forts taux de THC.

Le cannabiol est-il légal ?

Aux Etats-Unis, le cannabidiol issu du chanvre traditionnel est légal. En revanche, le CBD issu du cannabis médicale n’est légal que dans les Etats où la marijuana médicale est autorisée. Un médicament à base de CBD, l’Epidiolex, est en cours d’autorisation sur le marché américain, à destination des enfants souffrant de certaines formes graves d’épilepsie.

En Europe, la légalité de la substance n’est pas toujours facile à établir. Il semble que, pour peu que les extraits de cannabidiol ne contiennent pas de THC, la substance est légale. Le premier médicament à base de cannabis, le Sativex, contenant du THC et du CBD, a été autorisé en France début 2015, et limité à certains traitements contre les scléroses en plaque. Il existe également le Bedrocan aux Pays-Bas, une variété spécifique de cannabis, et le Marinol utilisé en parallèle des traitements contre le VIH ou le cancer, pour soulager les effets des tri / chimio-thérapies et stimuler l’appétit.

On saluera l’initiative de Kanavape qui commercialise la première vapoteuse de CBD en France.

Vous avez aimé cet article ? Suivez-nous sur Facebook !