Suivez-nous

Santé

Charlotte Figi, la petite fille qui a fait changer les lois sur le cannabis aux Etats-Unis

Charlotte Figi, entourée de Charlotte's Web

Charlotte est une petite fille pas comme les autres. Depuis ses 3 mois, elle est victime de crises d’épilepsie. Jusqu’à 300 par semaine, dont certaines durent plus d’une heure, avec perte de conscience et spasmes musculaires. Le diagnostic tarde à arriver, les médecins ne trouvent pas immédiatement l’origine de ses crises.

PUBLICITE

Après de nombreux tests, le couperet tombe : Charlotte souffre du syndrome de Dravet, aussi appelé épilepsie myoclonique sévère du nourrisson (EMSN). Ironie du sort : le syndrome de Dravet se nomme ainsi en référence à Charlotte Dravet, première médecin à avoir décrit cette forme sévère d’épilepsie, en 1978 sur des sujets français.

Ce syndrome infantile est très difficile à traiter. Les médicaments existants ne sont pas efficaces et plongent l’enfant dans une léthargie, dégradant la croissance de ses fonctions cognitives. Matt, le père de Charlotte, quitte son poste dans l’armée pour s’occuper de sa fille à domicile.

A la recherche de nouveaux traitements, Charlotte est mise au régime cétogène sous les conseils d’un spécialiste du syndrome de Dravet. Ce régime riche en graisses et pauvre en glucides est censé inhiber les crises. Et c’est effectivement ce qu’il se passe pendant deux ans. Les effets secondaires du régime sont toutefois terribles : perte osseuse, troubles du comportement et défaillance du système immunitaire. Les crises recommencent.

C’est au  moment où tout espoir semblait perdu que Matt tombe sur une vidéo d’un enfant en Californie traité pour son syndrome de Dravet, et avec succès, par du cannabis. La variété utilisée pour le traitement est pauvre en THC et très riche en CBD. Matt et Paige convainquent donc deux médecins de prescrire de la marijuana médicale et tester différentes variétés. Ils trouvent 50g d’une espèce de cannabis riche en CBD et les font transformer en huile. Ils sont en territoire inconnu : la prescription de marijuana à de jeunes enfants n’est pas documentée. Ils commencent par donner de petites doses d’huile à Charlotte mais ne savent pas à quoi s’attendre.

PUBLICITE

Les crises disparaissent pendant 1h, 3h, une journée, 7 jours d’affilée. Le traitement fonctionne. Ils arrivent rapidement à court d’huile de cannabis. Paige et Matt vont donc demander l’aide des frères Stanley, deux des meilleurs cultivateurs de cannabis médical du Colorado. Ils ont dans leurs cartons une espèce faible en THC et riche en CBD.

Personne n’en veut d’ailleurs, le CBD n’ayant aucun effet psychoactif. D’abord réticents à l’idée de faire consommer du cannabis à un enfant, ils changent d’avis en rencontrant Charlotte. Et nomment leur variété Charlotte’s Web (le Web correspond au réseau dense de trichomes que cette variété arbore).

Charlotte a 7 ans maintenant . Elle ne fait plus que deux ou trois crises par mois. Elle a été au centre de deux documentaires pour CNN et est apparue dans plusieurs shows TV. Son histoire a participé à la légalisation de la marijuana médicale dans les nombreux Etats américains. Depuis, la marijuana médicale est utilisée pour traiter les enfants atteints du syndrome de Dravet. Le CBD a un énorme avantage : il n’a pas d’effets secondaires.

Sa mère raconte : « L’huile de cannabis l’aide en tout. Elle contrôle ses crises dans 99% des cas. Elle n’est plus nourrie par un tube, alors qu’elle l’était à 100% avant. Elle n’a plus de comportement autistique, ne souffre plus d’insomnies. Elle marche – elle n’utilise plus son fauteuil roulant – et elle parle. Elle ne parlait pas avant, et maintenant elle parle.  Ca a tout changé dans sa vie. »

PUBLICITE

En relatant l’histoire de Charlotte Figi, la petite fille qui a fait changer les lois sur le cannabis thérapeutique à travers l’Amérique, nous participons à faire connaître les possibilités médicales du CBD. Pourvu que le message continue à circuler !

Aurélien a créé Newsweed en 2015. Particulièrement intéressé par les régulations internationales et les différents marchés du cannabis, il a également une connaissance extensive de la plante et de ses utilisations.

Santé

Etats-Unis : 3 millions de dollars de subventions pour étudier les cannabinoïdes comme alternative aux opioïdes

Cannabis en remplacement des cannabinoïdes

Le gouvernement fédéral américain a octroyé 3 millions de dollars de subventions pour la recherche sur les avantages thérapeutiques des cannabinoïdes, autres que le THC, comme solution de remplacement aux opioïdes délivrés sur ordonnance et ayant entraîné une grave crise aux Etats-Unis.

PUBLICITE

Dans un avis publié le 18 septembre 2019, le National Institutes of Health (NIH) a expliqué pourquoi ces études étaient nécessaires et énuméré les bénéficiaires de subventions et les sujets sur lesquels ils étudieront. Les recherches incluent des tests sur l’utilisation du cannabidiol (CBD) pour le traitement de la douleur liée à l’arthrite, qui seront dirigées par la faculté de médecine de l’Université de New York.

«Le traitement de la douleur chronique repose largement sur les opioïdes, malgré leur potentiel de dépendance et de surdose et le fait qu’ils ne fonctionnent souvent pas bien s’ils sont utilisés à long terme», explique Helene Langevin, directrice du Centre National de santé complémentaire et intégrative (NCCIH). « Il existe un besoin urgent d’options plus efficaces et plus sûres ».

Au total, neuf subventions ont été octroyées. Le NIH a déclaré que ces fonds aideraient à identifier d’autres options de traitement de la douleur et fourniraient des informations sur l’impact de la consommation de composés du cannabis tels que le CBD et d’autres cannabinoïdes moins connus, ainsi que des terpènes trouvés dans la plante.

« La plante de cannabis contient plus de 110 cannabinoïdes et 120 terpènes, mais le seul composé étudié de manière approfondie est le THC », indique le communiqué de presse.

PUBLICITE

Bien que le THC soit connu pour traiter certaines formes de douleur, le NIH craint que ses effets intoxicants ne limitent son applicabilité médicale.

« Le THC peut aider à soulager la douleur, mais sa valeur en tant qu’analgésique est limité par ses effets psychoactifs et son potentiel d’abus », a déclaré David Shurtleff, directeur adjoint du NCCIH. « Ces nouveaux projets examineront des substances du cannabis qui ne présentent pas les inconvénients du THC, en examinant leur activité biologique de base et leurs mécanismes d’action potentiels en tant qu’analgésiques. »

Les agences de santé fédérales ne sont pas les seules institutions intéressées à en apprendre davantage sur les composés du cannabis autres que le THC. Le 18 septembre 2019, un comité sénatorial a publié un rapport de dépenses dans lequel il était recommandé de mener des recherches sur le CBD et le cannabigérol (CBG) tout en critiquant le système fédéral de classification des drogues qui empêche actuellement de telles recherches.

Continuer la lecture

Trending

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !

0