Suivez-nous

CBD

Les autorités allemandes clarifient le statut des produits CBD

Produits CBD en Allemagne

En Allemagne comme en France, certains magasins et distributeurs commercialisant des dérivés du chanvre. Alors que certains sont sont scellés par la police,  le site de e-commerce CBDKaufen.com a demandé aux autorités compétentes (l’Institut Fédéral pour les Médicaments et les Appareils Médicaux ou BfArM) une clarification sur la légalité des huiles de CBD et leurs conditions de vente. Les autorités allemandes ont apporté une réponse claire, précise et argumentée.

PUBLICITE

France / Allemagne

Depuis la légalisation du cannabis médical en Allemagne, la loi sur les stupéfiants fait la différence entre l’usage médical et non médical du cannabis. Ce dernier reste prohibé mais, conformément à la résolution européenne sur la question, il existe des dérogations pour le chanvre. Le commerce du chanvre est autorisé tant qu’il respecte les provisions prévues par le droit européen, c’est à dire que la variété en question soit enregistrée au catalogue européen et qu’elle ne contienne pas plus de 0,2% de THC – jusqu’ici pas de différence avec la France.

La différence entre France et Allemagne réside dans l’interprétation de cette résolution : la Mildeca considère qu’elle ne s’applique qu’aux graines et aux fibres alors que l’Allemagne n’impose pas de restrictions sur les parties de la plante pouvant être utilisées dans l’industrie, le droit européen ne précisant par ailleurs aucune restriction. Selon la BfArM donc, cette dérogation s’applique également aux produits dérivés des fleurs de chanvre contenant la fameuse molécule de cannabidiol, sous couvert qu’ils respectent les conditions citées plus haut.

Précisions sur la position allemande

Dans sa réponse, la BfArM précise cependant que le commerce des fleurs de chanvre ne peut s’effectuer que dans un but industriel (ou scientifique), c’est à dire que celles-ci ne peuvent pas être vendues directement au consommateur. Elle justifie cette position par les risques de détournement qui existent concernant l’usage des fleurs, celles-ci pouvant être fumées et donc faire l’objet d’une consommation « récréative ». Or, la législation allemande précise que le commerce du chanvre ne doit pas servir des fins « d’intoxication ». Ainsi, seuls les produits CBD transformés peuvent être légalement vendus comme biens de consommation courante.

Toujours dans l’optique d’écarter le risque de détournement au niveau du consommateur, la BfArM applique un principe de précaution pour les produits transformés utilisés dans l’alimentation. L’agence a ainsi établi des limites de THC indicatives pour les produits visant à être consommés par voie orale (pour les animaux et les humains). Elle recommande que la prise journalière de THC dans les aliments au chanvre n’excède pas 1-2 microgrammes (10−6) par kilos (en référence au poids corporel). Considérant que plusieurs aliments de ce type peuvent être consommés dans la même journée, elle a fixé les limites de THC suivantes pour les produits alimentaires dérivés du chanvre :

PUBLICITE
  • 5 µg/kg pour les boissons
  • 5000 µg/kg pour les huiles
  • 150 µg/kg pour les autres aliments

Ces limites s’appliquent aux aliments prêts-à-consommer (qui sont rarement vendus au kilo) et concernent la concentration totale de THC y compris son précurseur le THCA. Dans les faits, cela veut dire que pour 200g de chocolat au CBD la limite de THC est fixée à 30 microgrammes. Pour les boissons et les huiles c’est plus complexe car si 1 litre d’eau équivaut à un kilogramme, les autres liquides diffèrent en masse ; il faut donc opérer une conversion en fonction du liquide. L’agence allemande recommande également que seules les huiles de chanvre respectant ces limites soient utilisées en cosmétique.

Les producteurs allemands savent donc à quoi s’en tenir pour éviter tout heurt avec les forces de l’ordre et la justice. Bien qu’une mission d’information sur le chanvre bien-être ait été demandée par des députés français, on ne peut pas encore en dire autant des producteurs français qui naviguent toujours dans un environnement juridique flou.

Cliquez pour commenter

Vous devez être connectés pour poster un commentaire Connexion

Laisser un commentaire

CBD

L’action de Canopy Growth plonge après les alertes de certains analystes

Actions Canopy Growth

L’action Canopy Growth a perdu 10% la semaine dernière après que Rupesh Parikh, analyste chez Oppenheimer, une banque d’investissement, a prévenu que les investisseurs devraient se préparer à de lourdes pertes dans les années à venir.

PUBLICITE

Rupesh Parikh s’attend à ce que Canopy Growth génère des pertes de plus de 500 millions de dollars sur les deux ans à venir, avec une rentabilité de l’entreprise plus éloignée que ne l’espèrent de nombreux investisseurs.

Canopy Growth est aujourd’hui la plus grosse capitalisation du cannabis, et une action populaire parmi les investisseurs du cannabis, en partie à cause des importantes réserves de trésorerie de l’entreprise. La solidité de Canopy vient majoritairement de l’investissement de 4 milliards de dollars réalisé par Constellation Brands, qui a permis au géant de la bière de détenir près de 40% du producteur de cannabis.

Les pertes d’exploitation de Canopy réduisent néanmoins sa trésorerie. Canopy a généré un cash-flow opérationnel négatif de 158 millions de dollars canadiens et un free cash-flow négatif de 372 millions $ CA au dernier trimestre. L’entreprise a lutté à la fois contre des pénuries d’approvisionnement sur certains marchés et des problèmes d’offre excédentaire sur d’autres. Cela a entraîné des pertes de revenus et une réduction des marges. Elle rachète aussi des entreprises à tour de bras, une stratégie d’investissement qui viendra consolider ses résultats sur le moyen terme voire le long terme.

Ces problèmes ont également provoqué des bouleversements dans les rangs des dirigeants de Canopy. Le cofondateur et codirecteur général, Bruce Linton, a été évincé en juillet, en partie à cause de la frustration de Constellation Brands face aux pertes croissantes de Canopy. Un nouveau PDG n’a toujours pas été nommé

PUBLICITE

En dépit de cette situation incertaine quant à la rentabilité de Canopy, Rupesh Parikh prévoit que les actions de la société soient toujours vendues sept fois plus haut que son chiffre d’affaires estimé pour 2021. Pour ces raisons, l’analyste recommande aux investisseurs de différer l’achat des actions jusqu’à ce que leur valorisation s’améliore, mais a refusé d’établir pour l’instant un prix cible.

Continuer la lecture

Trending

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !

0