Suivez-nous

Cannabis en Thaïlande

La Thaïlande supprime les extraits de chanvre à faible taux de THC de sa liste des Stupéfiants

Cannabis médical en Thaïlande

La Thaïlande a annoncé lundi avoir supprimé les extraits de chanvre (à -0,2% de THC) de sa liste de stupéfiants. Cela concerne précisément des extraits de chanvre, tels que du CBD pur, des produits à base de CBD et des produits contenant moins de 0,2% de THC, l’ingrédient psychoactif du cannabis. Ces derniers ont été retirés de la catégorie 5 de la liste thaïlandaise des stupéfiants.

PUBLICITE

Toutes les formes de cannabis étaient précédemment classées en catégorie 5 en vertu de la loi du pays sur la mesure visant à réprimer les narcotrafiquants. Toute personne surprise en possession de cannabis ou de toute autre drogue de catégorie 5 encourt une amende pouvant aller jusqu’à 1,5 million de bahts (44 000€) et une peine de prison allant jusqu’à 15 ans. Mais le gouvernement a finalement supprimé les huiles de CBD pures, les produits à base de CBD et les autres produits à base de cannabis contenant moins de 0,2% de THC dans la catégorie 5. Les graines et les huiles de chanvre ont également été retirées de cette classification.

« L’objectif est de permettre l’utilisation d’extraits dans les médicaments, les cosmétiques et les aliments et de soutenir le chanvre en tant que culture rentable », a déclaré à la presse le secrétaire général de la Thai Food and Drug Administration, Tares Krassanairawiwong.

À l’heure actuelle, seuls les hôpitaux et les centres de recherche peuvent demander une licence pour développer leurs propres extraits de cannabis à des fins médicales, mais les entreprises locales s’attendent également à rentrer dans la partie sous peu.

La production, la culture et la vente de cannabis sont limitées aux producteurs thaïlandais agréés pour une période de cinq ans afin de protéger l’industrie nationale. Le gouvernement thaïlandais est néanmoins en train de rédiger les réglementation pour permettre aux entreprises privées de rejoindre le secteur. 334 licences ont d’ores et déjà été décernées à des hôpitaux et des agences de santé pour permettre la dispensation de médicaments à base de cannabis. Ces derniers sont pour l’instant limités à de l’huile de CBD, dont 10000 exemplaires ont déjà été distribués aux patients le mois dernier.

PUBLICITE

La Thaïlande, qui a une forte tradition d’utilisation médicale du cannabis, a légalisé le cannabis à des fins médicales en décembre dernier.

Le marché thaïlandais du cannabis devrait atteindre 660 millions de dollars d’ici 2024, selon Prohibition Partners.

Aurélien a créé Newsweed en 2015. Particulièrement intéressé par les régulations internationales et les différents marchés du cannabis, il a également une connaissance extensive de la plante et de ses utilisations.

Cliquez pour commenter

Vous devez être connectés pour poster un commentaire Connexion

Laisser un commentaire

Cannabis en Thaïlande

La Thaïlande propose de légaliser l’autoproduction de cannabis

Autoculture de cannabis en Thaïlande

Le parti thaïlandais Bhumjaithai (Parti de la fierté thaï), issu de la coalition au pouvoir, a proposé un projet de loi autorisant les Thaïlandais à cultiver jusqu’à 6 plants de cannabis par ménage, moins d’un an après que le pays l’ait légalisé à des fins médicales et à des fins de recherche.

PUBLICITE

« L’objectif est l’usage médical » a déclaré Supachai Jaisamut, responsable du parti Bhumjaithai. « Vous pourrez l’avoir chez vous pour vos maux, mais pas le fumer dans la rue. » Jaisamut estime également que la loi pourrait être votée dans les six prochains mois.

Un tel projet de loi briserait le monopole actuel du gouvernement thaïlandais sur la production de cannabis et donnerait aux médecins traditionnels la possibilité de traiter les patients avec leur propre production. Ces derniers ont d’ailleurs récemment obtenu le droit de prescrire du cannabis, la Thaïlande ayant une forte tradition d’usage de cannabis et de médecine traditionnelle.

La nouvelle loi créerait un organisme gouvernemental qui serait autorisé à acheter, extraire et exporter du CBD. Cette organisation serait également chargée de superviser la vente de plants de cannabis aux entreprises sous licences, perçu comme une aubaine pour le développement de l’industrie du cannabis à des fins médicales en Thaïlande.

Le gouvernement thaïlandais soutient fortement le développement de son industrie du cannabis médical. Pionnier en Asie du Sud-Est, le pays a d’ores et déjà distribué 10 000 bouteilles d’huile de cannabis à des fins médicales par l’intermédiaire de son ministère de la Santé publique. L’huile est destinée aux patients atteints d’épilepsie, d’Alzheimer, de Parkinson, de douleurs chroniques et de nausées liées à la chimiothérapie.

PUBLICITE

Des cliniques de cannabis ont également ouvert. Le traitement y est garanti pour les patients atteints de la maladie de Parkinson et de l’épilepsie, entre autres. À l’origine, la clinique dépendait de l’approvisionnement en cannabis d’agences gouvernementales. En août, elle a produit son premier lot d’huile de CBD à faible teneur en THC.

L’adoption de la loi Bhumjaithai modifierait radicalement l’approche juridique du cannabis. La législation thaïlandaise sur les drogues en vigueur prévoit actuellement une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à 10 ans et des amendes élevées. La Thaïlande vient par ailleurs de sortir le CBD et les extraits de cannabis à faible teneur en THC de la liste des Stupéfiants.

Contrairement à de nombreux pays, la Thaïlande bloque les investissements étrangers dans son industrie médicale. Aucune entreprise extérieure ne sera autorisée à vendre de l’huile de cannabis en Thaïlande au cours des cinq prochaines années.

Le parti Bhumjaithai fait partie d’une coalition de 19 partis politiques dirigée par le Premier ministre du pays, le général Prayuth Chan-o-cha. La chef de son parti, Anutin Charnvirakul, qui est également vice-Premier ministre et ministre de la Santé publique, a établi que l’accès au cannabis était l’un de ses objectifs centraux.

PUBLICITE

Bien que la Thaïlande ait été le premier pays de sa région à envisager la légalisation de la marijuana, ce ne sera sûrement pas le dernier. En Malaisie, où les infractions liées au cannabis étaient passibles de la peine de mort jusqu’en 2018, le gouvernement serait en pourparlers pour réglementer également le cannabis à des fins médicales.

Continuer la lecture

Trending

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !

0global