Sir William Brooke O’Shaughnessy, pionnier du cannabis médical

William O'Shaughnessey

Sir William Brooke O’Shaughnessy est l’un des pionniers de l’utilisation thérapeutique du cannabis. Portrait d’un petit génie irlandais précurseur du cannabis médical.

PUBLICITE

Un génie incompris

William O’Shaughnessy naît en 1809 en Irlande. A 20 ans, il est diplômé en médecine à l’université d’Edimbourg. Le parcours au choix proposé par l’université d’Edimbourg lui permet d’étudier la chimie et la toxicologie. A 23 ans, il s’installe à Londres et étudie les malades de l’épidémie de choléra.  Il lance la revue médicale The Lancet dans la foulée. Dans sa revue, il conseille aux malades de suivre des cures à l’eau de mer pour lutter contre la déshydratation et la carence en sels minéraux infligés par les diarrhées incessantes.  Grâce à ses conseils, la mortalité du choléra est tombée de 70 à 40%.

Travaux sur le cannabis

Il est alors envoyé en Inde, considéré comme le lieu à l’origine de la propagation du virus à l’époque. Il fonde le collège médical de Calcutta où il étudie la médecine traditionnelle indienne. Le chanvre indien, médecine ancestrale du pays, l’intéresse tout particulièrement. Ses essais cliniques sur les animaux s’avèrent concluants et il soumet une thèse nommée Mémoire sur le Chanvre Indien à l’Académie des sciences de Grande Bretagne.

Il déduit de ses expériences sur les animaux que le chanvre indien peut aider contre l’épilepsie ou le tétanos. Il sera l’un des premiers a réaliser des tests cliniques sur les animaux. Il ne parvient pas à éliminer les symptômes du tétanos, mais il remarque que le cannabis permet de diminuer les spasmes musculaires des patients. William O’Shaughnessy remarquera que les vertus médicales s’estompent une fois que la plante femelle est fertilisée par un mâle.

Il note également que les traitements à forte dose de chanvre indien peuvent provoquer des hallucinations. Lors de son retour en Angleterre, il ramène des graines de cannabis pour diversifier la pharmacopée britannique. Il s’allie également avec le pharmacien Peter Squire qui commercialisa légalement des teintures de cannabis.

Une fin de vie obscure

Il multiplie ses expériences et invente son propre système de télégraphe. Il est repéré par le Gouverneur des Indes, Lord Dalhousie, qui le charge de moderniser les infrastructures indiennes. En 1856, 5000 kilomètres de télégraphe sont construits grâce à lui. Lord Dalhousie  demande alors son anoblissement. William est anobli par la Reine Victoria et devient Sir O’Shaughnessy .

Un changement de hiérarchie vient marquer la fin de son avènement. Il est alors boycotté et demandera un retour en Angleterre rapidement. Il décède en 1889 dans l’indifférence générale.

Suivez-nous sur Facebook !

Catégories liées : Cannabis médical

Articles liés

Derniers articles

Vacances Weed-Friendly
Les meilleurs lieux de vacances weed-friendly
Nevada pas de cannabis lounges, mais une progression sur le territoire américain
Nevada : pas de cannabis lounges, et une lente progression sur le territoire américain
Le Northern Nights, premier festival où l'on peut consommer du cannabis
Le Northern Nights, premier festival où l’on peut (officiellement) acheter du cannabis
Pénurie de cannabis médical au Luxembourg
Pénurie de cannabis médical au Luxembourg
cannabis
Chanvre industriel, bien-être, cannabis médical, récréatif : pourquoi ces distinctions ?
Députés et légalisation du cannabis en France
Députés et cannabis : Entre questions légitimes et clichés sur le cannabis

Laisser un commentaire