Suivez-nous
Seedsman

Singapour : un homme condamné à mort pour 1 kilo de cannabis

Publié

le

Peine de mort à Singapour pour du cannabis

Un homme de 41 ans a été condamné à mort à Singapour après avoir été reconnu coupable d’avoir importé au moins un kilo d’herbe dans le pays en 2018. Son appel a été rejeté en début de semaine dernière.

PUBLICITE

Selon Channel News Asia, Omar Yacob Bamadhaj s’est rendu avec son père en Malaisie en juillet 2018 pour acheter des produits d’épicerie et assister aux prières du soir dans une mosquée. Il a ensuite déposé son père à l’école de son jeune frère et a continué à faire des courses.

Dans une station de lavage de voitures, il a rencontré deux connaissances identifiées comme Din et Latif. Les procureurs ont fait valoir qu’il s’agissait d’une rencontre arrangée à l’avance, mais l’avocat de Bamadhaj a fait valoir que ce n’était pas intentionnel et Bamadhaj a déclaré qu’il ne savait pas que trois paquets emballés dans du papier d’aluminium, du film alimentaire et du papier journal avaient été placés dans le coffre de la voiture.

Bamadhaj aurait raconté une histoire différente aux officiers le jour de l’arrestation, déclarant qu’il avait accepté de transporter les paquets pour 400€ par paquet. Il a également déclaré qu’il savait qu’ils contenaient du cannabis et qu’il avait d’abord hésité, mais qu’il avait décidé d’accéder à sa demande parce qu’il avait désespérément besoin d’argent.

Dans des déclarations ultérieures, Bamadhaj a nié savoir que les paquets contenaient du cannabis et qu’ils avaient été placés dans son véhicule sans son consentement.

PUBLICITE

Lors de son retour à Singapour, avec son père au volant, le véhicule a été inspecté au poste de contrôle de Woodlands, où des agents ont retrouvé le cannabis. Bamadhaj a déclaré qu’un agent du Bureau central des stupéfiants l’avait menacé et lui avait dit que son père et lui seraient pendus s’il n’admettait pas avoir importé la drogue.

Interrogé sur ses déclarations divergentes, Bamadhaj a déclaré qu’il était sous l’influence du cannabis au moment de son arrestation et qu’il n’était « pas dans le bon état d’esprit ».

Après une période de délibération, l’appel a été rejeté, les juges déclarant qu’ils étaient convaincus qu’en première instance, la Cour avait examiné l’affaire avec soin.

Ziggy Marley, fils de Rita et Bob Marley, a pointé du doigt la décision en rappelant que personne ne devrait mourir pour une plante.

PUBLICITE

Singapour a l’une des législations les plus sévères de la planète en matière de drogues. La possession ou la consommation de cannabis dans le pays est passible d’une peine maximale de 10 ans de prison, en plus d’amendes et de coups de bâton. Le trafic de plus de 500 grammes peut entraîner la peine de mort.

Au début de l’année, un Canadien qui avait tenté d’entrer dans le pays avec un vape pen a été emprisonné pendant 16 semaines. L’homme de 29 ans travaille à Singapour et avait reçu le vaporisateur stylo en cadeau d’un ami après un voyage au Canada. Il a tenté de le dissimuler dans un flacon de déodorant à son retour à Singapour.

Lors de la détermination de la peine, le juge a noté que le tribunal devait « envoyer le bon signal, à savoir que ceux qui introduisent à Singapour des drogues contrôlées, même si leur possession est légale ailleurs, ne seront pas relâchés avec seulement une tape sur les doigts. »

En 2019, Singapour a très légèrement assoupli sa position sur le cannabis médical pour permettre à une jeune fille épileptique d’avoir accès au CBD, une décision qui a nécessité l’approbation de quatre organes gouvernementaux différents.

Aurélien a créé Newsweed en 2015. Particulièrement intéressé par les régulations internationales et les différents marchés du cannabis, il a également une connaissance extensive de la plante et de ses utilisations.

Trending

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !