Suivez-nous

Cannabis aux Pays-Bas

Pays-Bas : Le maire de Rotterdam souhaite vendre les licences de coffeeshops au plus offrant

Le maire de Rotterdam souhaite vendre les dispensaires de cannabis au plus offrant

Ahmed Abouteleb, le maire de Rotterdam, envisage de vendre les licences des coffeeshops au plus offrant lors d’une vente aux enchères, selon le quotidien hollandais Dutch News.

PUBLICITE

Il serait actuellement à la recherche de nouvelles options pour une mise en enchère. Pendant plusieurs années, de nouvelles licences n’ont pas été octroyées. Aujourd’hui, une licence coûte entre 500 et 600 euros à Rotterdam.

Le maire a eu l’idée de cette vente suite aux critiques de la part des membres du conseil municipal sur la fermeture de Nemo, le plus grand coffeeshop de la ville. En effet, la police avait trouvé il y a deux ans un stock de 140 kilos de cannabis dans un bâtiment près du Nemo, alors qu’aux Pays-Bas seulement 500 grammes de cannabis sont tolérés dans les dispensaires.

A Rotterdam, le nombre de coffeeshops a largement diminué depuis 1999, passant ainsi de 65 à seulement 37. Le maire a annoncé aux membres du conseil qu’il était prêt à autoriser deux ou trois nouveaux dispensaires, car chaque année les fermetures de ces derniers ont entraîné de longues files d’attentes pour les consommateurs dans les coffeeshops restants, comme le Nemo ou le Reef.

« Souvent, entre vingt et trente personnes restent sur les trottoirs en attendant de rentrer dans le coffeeshop » remarque le concierge de l’immeuble collé au magasin. « C’est agaçant pour les résidents des appartements aux alentours ainsi que pour les clients du supermarché de proximité, puisque les clients barricadent le passage ».

PUBLICITE

La majorité des coffeeshops approuve l’idée d’enchérir sur les licences des dispensaires au plus offrant. De plus, les membres du conseil municipal insistent pour dire qu’une telle vente aux enchères du cannabis permettra à la ville de Rotterdam « de gagner quelque chose » de la part des dispensaires, même si certains propriétaires des dispensaires de la ville sont en total désaccord avec la décision du maire.

Mehdi Bautier

 

Mehdi est étudiant en journalisme à l'IEJ. Passionné d'écriture, de musique et de culture, il compte se spécialiser dans le domaine de la presse écrite et de la rédaction web.

Cliquez pour commenter

Vous devez être connectés pour poster un commentaire Connexion

Laisser un commentaire

Cannabis aux Pays-Bas

Pays-Bas : 79 coffeeshops seront impliqués dans le programme de culture légale de cannabis

Culture légale de cannabis aux Pays-Bas

Aux Pays-Bas, le statut du cannabis est toujours basé sur un système de tolérance : la production, la fourniture et la distribution de cannabis sont techniquement illégales, mais les coffee shops ne sont pas poursuivis en justice lorsqu’ils en vendent. Comme il n’y a pas de réseau de production légal, les coffee shops sont obligés d’acheter illégalement du cannabis, dont la qualité est souvent inconnue, pour le vendre à leurs clients. Selon le ministère de la Santé, il y a 573 coffee shops aux Pays-Bas, situés dans 103 communes, un nombre en baisse ces dernières années.

PUBLICITE

C’est pour pallier à ce problème de cohérence que le gouvernement néerlandais avait lancé dès 2017 un projet de culture de cannabis national, qui devait servir à fournir différents coffee shops à titre d’essai, pour voir comment le cannabis affecte la criminalité et la santé publique. L’expérimentation devait se faire dans un premier temps avec la participation des grandes villes du pays, qui ont ensuite refusé d’y prendre part car les détails du plan proposé par l’Etat ne leur convenaient pas, notamment l’impératif de fournir tous les coffeeshops de la ville en weed légale, empiriquement difficilement faisable à Amsterdam par exemple.

Le projet expérimental de culture légale du cannabis a été ravivé, et se fera normalement dans les 10 villes néerlandaises suivantes : Arnhem, Almere, Breda, Groningue, Heerlen, Hellevoetsluis, Maastricht, Nimègue, Tilburg et Zaanstad, qui rassemblent 79 coffeeshops, soit 14% du total national.

Le maire de la ville néerlandaise de Breda espérait que sa municipalité fasse partie de l’expérience, de manière à pouvoir s’éloigner d’une « politique de tolérance sans conviction » qui oblige les coffee shops à s’appuyer sur un marché illégal « dominé par des criminels ». « L’expérience indique clairement qu’il est possible de fournir légalement aux propriétaires de coffee shops du cannabis de qualité contrôlée dans une chaîne de production fermée » a écrit le ministère.

La date officielle de lancement n’a pas été communiquée mais devrait tourner autour de début 2021. Cette « Wiet Experiment » permettra de fournir du cannabis cultivé légalement et testé, dans les coffee shops. Des chercheurs seront alors en charge de surveiller l’expérimentation et de publier une évaluation de l’expérience au bout de quatre ans, en comparant notamment avec des villes qui n’y participent pas (Helmond, Hoorn, Lelystad, Groningue centrale, Roermond, Tiel et Zutphen).

PUBLICITE

Le gouvernement néerlandais a déjà fixé les conditions de participation à la production légale de cannabis : 6 à 10 producteurs seront désignés et recevront une licence officielle de production. Ces derniers devront faire correspondre leur offre à la demande en produits des coffee shops. Un minimum de 1 an de temps de préparation est requis pour la culture dans le cadre de l’expérience. Les producteurs pourront commencer à préparer la culture dès qu’ils ont le permis.

Continuer la lecture

Trending

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !

0