Suivez-nous

Santé

Des scientifiques jamaïcains créent un médicament contre l’hépatite C à base de cannabis

Hépatite C et cannabis

Un groupe de scientifique, dirigé par le Dr Henry Lowe, a découvert dans le cannabidiol (CBD), l’un des composants majeurs et non-psychoactif du cannabis, des propriétés pour fournir des traitements abordables pour l’hépatite C. Cette découverte a été publiée dans le magazine Pharmacognosy Research.

PUBLICITE

L’équipe a donc trouvé que le cannabidiol était très efficace contre le virus de l’hépatite C (HCV), qui est responsable de cirrhoses et de cancers du foie.

Une avancée pour les pays pauvres

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a établi que le diagnostic et le traitement de l’hépatite C étaient particulièrement faibles dans les pays pauvres ou en voie de développement. Les personnes originaires d’Afrique centrale connaissent des taux plus élevés de prévalence du HCV que les autres groupes ethniques.

Le Dr Lowe, un pionnier dans la recherche médicale sur le cannabis, rappelle qu’il n’existe aujourd’hui aucun vaccin contre l’hépatite C et qu’il n’existe qu’un médicament pour traiter l’HCV, avec un coût de 85000$ par traitement.

« C’est une nouvelle découverte, réalisée il y a deux ans, mais nous avons pris du temps pour réaliser des recherches additionnelles sur le ratio coût-bénéfices de notre découverte. Un brevet a été déposé pour protéger notre propriété intellectuelle, et nous sommes maintenant en train de finaliser la formulation d’un produit nutraceutique qui devrait sortir d’ici la fin de l’année, et préparer des tests cliniques qui s’étaleront sur les trois prochaines années ».

PUBLICITE

Les recherches ont été financées par Medicanja, la première entreprise de cannabis médical de la Jamaïque, lancée par le Dr Lowe en décembre 2013. Elle prévoit d’étudier également les propriétés anti-douleurs de médicaments au cannabis, et de pouvoir les vendre à travers toute une gamme de produits (nutricaments, vaporisateurs, huiles, etc…).

Le Dr Lowe travaille également avec le gouvernement sud-africain pour élargir le périmètre de la recherche sur le cannabis médical en Afrique du Sud.

Entre 2 et 3% de la population mondiale (de 130 à 170 millions) est touchée par l’hépatite C. La maladie tuerait entre 350 et 500 000 personnes par an.

Aurélien a créé Newsweed en 2015. Particulièrement intéressé par les régulations internationales et les différents marchés du cannabis, il a également une connaissance extensive de la plante et de ses utilisations.

Cliquez pour commenter

Vous devez être connectés pour poster un commentaire Connexion

Laisser un commentaire

Santé

Un biologiste tente de recréer les landraces jamaïcaines que consommait Bob Marley

jamaique landrace

Dans une serre du jardin botanique de l’Université des West Indies à Kingston, le biologiste Machal Emanuel tente de faire revivre les landraces jamaïcaines. Ces variétés originales poussaient en toute liberté sur l’île dans les années 50, 60 et 70 et ont notamment inspiré les légendes du reggae Peter Tosh et Bob Marley.

PUBLICITE

A la recherche des origines

Ces variétés endémiques de l’île ont toutes disparu après le déclenchement généralisé de la guerre contre la drogue dans les années 80. Ces variétés naturelles n’étaient pas aussi fortes en THC. Elles étaient également plus grandes et donc plus faciles à repérer par les forces de police. C’est pourquoi les cultivateurs leur ont préféré des hybrides artificiellement créées plus petites et plus discrètes.

Pour retravailler ces variétés anciennes, le biologiste a parcouru les Caraïbes à la recherche de graines. En Guadeloupe et à Trinité, il a été à la rencontre des communautés rastafari qui ont conservé ces cultivars originaux. Il raconte au Daily Mail comment il a marché pendant 6 heures dans la montagne pour rencontrer un vieux rastafari qui vivait en ermite depuis près de 40 ans. Il est reparti avec une graine unique.

La démarche n’est pas uniquement historique, elle est aussi marketing. Il présente ces variétés comme « des plantes anciennes et pures utilisées par Bob Marley ». Il suggère également que la Jamaïque devrait établir des appellations, une identité autour du cannabis « comme le Champagne en France » : « La réputation de la Jamaïque est basée sur ces plantes. La Jamaïque était connue pour ces cultivars landraces », explique-t-il. « Il y a une valeur nostalgique qui peut être ajoutée en termes de marketing ».

Son initiative a déjà attiré l’attention de plusieurs entreprises et individus mais le biologiste tient à rester dans une optique de commerce équitable et de culture organique. « Qu’est ce qu’en retireraient l’université et les fermiers qui ont préservé ces graines » demande-t-il.

PUBLICITE
Continuer la lecture

Trending

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !

0