Le cannabis pour les sourds et malentendants : mettre à jour la langue des signes

langue des signes

ECS Therapy Center, une organisation non-lucrative pour l’éducation au cannabis, prévoit un nouveau programme destiné aux gens sourds ou malentendants. Le programme intitulé « Sign of the Times » a pour objectif de mettre en place un glossaire de signes relatifs au cannabis pour permettre l’accès de la communauté des malentendants à l’industrie légale du cannabis et à la médication auprès des professionnels de santé.

Pour une insertion sociale et professionnelle

L’initiative vient de la présidente et spécialiste du cannabis Docteure Regina Nelson qui a constaté la marginalisation des personnes handicapées et malentendantes dans le secteur du cannabis. L’industrie florissante a nourri beaucoup d’espoir de ne pas reproduire les inégalités traditionnelles. Bien que celles-ci se reproduisent inexorablement, elles sont tout de même moindres que dans d’autres secteurs et des initiatives comme celle-ci apparaissent pour garantir l’inclusion de groupes sociaux trop souvent mis à l’écart. « Nous voulons simplement rendre les entreprises du cannabis conformes à la loi sur le handicap » précise la présidente.

Pour développer ce programme, elle rencontrera bientôt une équipe d’interprètes certifiés de la langue des signes à Denver. Ensemble, ils mettront en place un glossaire vidéo autour de la terminologie du cannabis. Les interprètes iront ensuite en tournée dans les dispensaires de la région pour perfectionner les signes et leur contextualisation. “Le langage change la société, il normalise les choses » explique Regina Nelson « Je pense que c’est très enthousiasmant de donner du pouvoir au gens à travers le langage et de les rendre capables de communiquer sur cannabis et le chanvre ». Le cannabis étant devenu un thème de société au langage complexe aussi bien dans son aspect argotique que technique, l’absence de traduction en signe constitue en effet une marginalisation sociale et politique aussi bien que professionnelle, pour cette communauté.

Le projet est non lucratif et vise à proposer des services gratuits: « C’est un projet communautaire de service social. Nous voulons fournir ces ressources gratuitement à d’autres organisations non lucratives et à ceux qui travaillent dans l’industrie du cannabis » précise la présidente. Néanmoins, du fait de la prohibition fédérale le projet n’a pas accès aux subventions gouvernementales et manque de fond. Pour l’instant, il repose sur des donations privées de particuliers et d’entreprises: « Nous espérons réussir à lever des fonds pour les personnes qui travaillent pour la communauté des malentendants. Nous voulons qu’ils aient tous les outils et ressources dont ils ont besoin ».

Articles liés

Derniers articles

floride cannabis fumé
Floride : le combat des patients pour autoriser le cannabis fumé
onu décriminalisation cannabis
Le Conseil de direction de l’ONU se positionne en faveur de la décriminalisation des drogues
Cannabis bien-être
France : des députés demandent la création d’une mission d’information sur le cannabis bien-être
cannabis
Villeurbanne a parlé : 72% des consultés sont pour la légalisation du cannabis en France
bruxelles europe cannabis
Novel food et cannabis : un bilan positif de la réunion à Bruxelles
peter kolba cannabis pétition
Des associations autrichiennes s’adressent à l’Europe à l’occasion de la réunion sur les novel food et demandent une régulation du marché du CBD
Suivez-nous sur Telegram

Laisser un commentaire