La Dominique lance une consultation nationale sur la dépénalisation du cannabis

dominique

Une consultation nationale annoncée par le premier ministre Roosevelt Skerrit va se tenir aujourd’hui en Dominique. Indépendante depuis maintenant 40 ans, la République de Dominique reste associée au Royaume-Uni dans le Commonwealth. La consultation a pour objectif de prendre la température de l’opinion publique concernant une éventuelle dépénalisation du cannabis récréatif et une régulation du cannabis médical dans l’État. Cette procédure n’engage en rien le gouvernement mais elle représente un premier pas d’importance dans l’ouverture du débat public.

Le mot du premier ministre

Le chef du gouvernement a annoncé la date de la consultation en déclarant : « La décriminalisation de certaines quantités de marijuana et son usage à des fins médicales est un problème auquel nous devons faire face maintenant que nous avons atteint quarante ans d’existence (…) Par conséquent, la première consultation sur la décriminalisation du cannabis et son usage à des fins médicales se tiendra le 16 novembre 2018 ». La procédure est encadrée par Dr. Donald Peters, le président du Collège d’État de Dominique.

Le premier ministre a annoncé que la question du cannabis médical serait examinée « de manière ouverte et transparente » au cours des prochains mois. Il semble envisager la légalisation comme un problème de santé et de sécurité publique mais ne croit pas qu’elle ait le potentiel de transformer l’économie du pays. « Cela ne va pas changer notre bien-être économique mes amis. Alors, ne comptons pas trop dessus, nous pensons en revanche que certaines quantités de cannabis doivent être décriminalisées pour que les personnes puissent y avoir accès ». Il a également exprimé des inquiétudes concernant la consommation chez les jeunes et la nécessité conjointe « de ne pas exposer indûment les jeunes esprits à cette substance ».

Un consensus dans l’opposition

Le parti travailliste du premier ministre a la majorité au Parlement mais l’initiative a également le soutien de l’opposition. Le United Workers Party (UWP), le principal parti d’opposition, va même plus loin puisqu’il souligne l’urgence de la légalisation en avançant notamment des arguments économiques. Le chef du parti, Lennox Linton, mentionne « une industrie de produits médicinaux et de bien-être de plusieurs milliards de dollars ». « Nous devons donc agir rapidement et avec détermination pour revendiquer une part intéressante de ce marché en croissance avant qu’il ne soit trop tard » a-t-il déclaré. Selon lui, la légalisation permettrait la création d’emplois, le dégagement de recettes fiscales et une amélioration de la santé des habitants.

Les Caraïbes avancent sur le sujet

L’association régionale caribéenne CARICOM, qui réunit des États de la Région et dont fait partie la Dominique, avait déjà créé une Commission sur le cannabis et lancé des procédures de consultation nationale. Cette commission a rendu son rapport plus tôt dans l’année en recommandant de ne plus classer le cannabis comme une drogue dangereuse, prohibée et sans intérêt médical mais comme une substance contrôlée dans un marché régulé. « La Commission pense que l’objectif de CARICOM devrait être de démanteler entièrement la prohibition et de la remplacer par un cadre régulé semblable à celui en place pour l’alcool et le tabac qui sont des substances nocives non criminalisées » peut-on lire sur le rapport.

La commission propose de redéfinir les problèmes d’addiction et de consommation dans perspective de santé publique, une position de plus en plus revendiquée dans le monde: « la Commission est unanime dans la croyance qu’une politique de légalisation du cannabis devrait être guidée par des considérations de santé publique, de droits humains et de justice sociale et non pas par des approches punitives ».

En parallèle, Saint Vincent et les Grenadines, un petit pays caribéen est sur le point de légaliser le cannabis médical. Le travail du Parlement sur la question est bientôt terminé et la légalisation est attendue très prochainement. Le pays souhaite devenir un hub de cannabis médical de haute qualité pour les Caraïbes et le monde.

Articles liés

Derniers articles

altria
Altria (Malboro) investit $1,8 milliard dans un producteur de cannabis canadien
bong
Pourquoi la forme des bangs importe ?
Cannabis thérapeutique à l'Assemblée Nationale
Cannabis thérapeutique : que s’est-il dit à l’Assemblée Nationale ce 5 décembre ?
cannabis facility
Aurora Cannabis à la conquête de l’Europe
THCV
Le THCV sera-t-il le nouveau CBD ?
musée de la weed
Weedmaps ouvre son musée du cannabis à Los Angeles
Suivez-nous sur Telegram

Laisser un commentaire