Suivez-nous

Santé

L’huile de cannabis de Rick Simpson

Rick Simpson

Rick Simpson est Canadien et se décrit comme un « homme ordinaire ». Il a aujourd’hui 77 ans et a mis au point une huile de cannabis qui a soigné plus de 5000 personnes, dont une cinquantaine de personnes avec un diagnostic vital engagé. Portrait du guérisseur qui utilisa le cannabis contre l’avis de ses médecins pour sortir de ses souffrances.

PUBLICITE

En 1997, Rick Simpson souffre d’une lésion au crâne suite à une commotion cérébrale. Il entend notamment un bourdonnement incessant. Rick déclarait au magazine High Times «  c’est comme si vous aviez une tondeuse à gazon dans votre salon 24h sur 24 ». Après avoir essayé tous les médicaments que lui prescrivaient les médecins sans succès, il décide de se tourner vers le cannabis médicinal en 2001. Son médecin refusant de lui prescrire du cannabis médical, Rick commence par cultiver lui-même ses plants de cannabis pour tenter de soulager ses douleurs. Suite à l’ingestion d’huile de cannabis, ses maux disparaissent.

En 2003, Rick Simpson souffre d’un cancer de la peau. Les traitements normaux ne le guérissent pas. Il décide donc d’appliquer de l’huile de cannabis sur son corps. Son cancer, situé au niveau du visage, guérit en quelques jours. Il réitère l’application d’huile sur le psoriasis de sa mère, qui disparaît alors en quelques semaines.

Les preuves scientifiques de cette guérison miracle n’existe malheureusement pas. En revanche, beaucoup de témoignages de patients attestent de l’efficacité de l’huile de Rick Simpson (Rick Simpson Oil ou RSO pour les anglophones). Rick partage en effet gratuitement son huile de cannabis. Il guérit notamment un patient atteint de mélanome et d’un glaucome en seulement trois semaines.

Rick diversifie alors les types de soins pour s’attaquer aux diabètes et à certains types de cancer. D’après lui, un traitement de 60g d’huile, étalé sur 90 jours, serait suffisant pour faire disparaître les cellules cancéreuses. Le traitement peut être augmenté à 120 ou 180g pour les cas les plus délicats. Sur 5000 patients, 70% sont parvenus à vaincre leurs cancers. Les 30% d’échec concernaient la plupart du temps des cancéreux à des stades avancés. Et même si leurs souffrances se trouvaient allégées avec l’huile de Rick, la maladie a été la plus forte.

PUBLICITE

Rick Simpson affirme que son huile peut être ingérée, fumée ou vaporisée, avec des effets similaires. Il raconte d’ailleurs son histoire dans cette vidéo :

Rick Simpson s’est néanmoins attiré les foudres de la justice canadienne. Il a été arrêté et jugé au Canada pour trafic de drogues, comme un vulgaire dealer, alors même qu’il proposait son huile gratuitement.  Il s’est désormais expatrié en Europe d’où il travaille sur son huile miraculeuse.

La recette de l’huile de Rick Simpson se trouve sur le site de Rick Simpson.

PUBLICITE

Quid des recherches autour de son huile ? A l’heure où l’Académie Nationale des pharmaciens souligne que le cannabis ne possède que des inconvénients et qu’il provoque des cancers des testicules, il serait intéressant de se pencher sur le pouvoir de cette huile de cannabis. Hormis les nombreux témoignages, les patients n’ont pas d’études sur lesquelles se fier.  Lobbying des laboratoires pharmaceutiques ou réelle censure des progrès de la science cannabique ?

Théo Caillart

 

Théo est diplômé en journalisme de l'IICP. Passionné par l'économie et l'industrie du cannabis, il s'est spécialisé sur ces sujets, avec un peu de thérapeutique à l'intérieur.

Cliquez pour commenter

Vous devez être connectés pour poster un commentaire Connexion

Laisser un commentaire

Santé

L’Europe approuve la mise sur le marché de l’Epidiolex

La Commission Européenne a approuvé l’autorisation de mise sur le marché (AMM) de l’Epidyolex, le nom européen de l’Epidiolex, comme traitement d’appoint des crises associées au syndrome de Lennox Gastaut (LGS) ou au syndrome de Dravet, associé au clobazam, chez les patients âgés de deux ans et plus.

PUBLICITE

Le médicament à base de cannabis pourra ainsi être vendu dans toute l’Europe et au Royaume-Uni. Les mauvaises langues diraient « sauf en France », eu égard à l’histoire compliquée du Sativex, mais l’Epidiolex est déjà prescrit et distribué en ATU, à la différence du Sativex qui n’a jamais trouvé de voie légale d’accès aux patients français.

L’Epidiolex / Epidyolex est une solution buvable de CBD naturel dosée à 100mg/mL, à base d’huile de sésame et à l’arôme fraise.

« L’approbation de l’Epidyolex marque une étape importante et offre aux patients et à leurs familles le premier exemplaire d’une nouvelle classe de médicaments contre l’épilepsie et le premier et unique médicament à base de CBD approuvé par l’Agence Européenne des Médicaments (EMA) à traiter deux formes d’épilepsie sévère mettant en jeu le pronostic vital » a déclaré Justin Gover, directeur général de GW Pharmaceuticals. « Cette approbation est le fruit de nombreuses années de dévouement et de collaboration entre GW, les médecins et la communauté de l’épilepsie. Nous pensons que les patients et les médecins méritent d’avoir accès à des médicaments à base de cannabis rigoureusement testés et évalués, fabriqués selon les normes les plus strictes et approuvées par les autorités de réglementation du médicament. Nous sommes ravis d’être le premier à proposer cette solution au monde de l’épilepsie. »

L’AMM européenne de l’Epidiolex vient après les résultats de quatre essais contrôlés randomisés de phase III. Ces études cliniques intègrent les données de plus de 714 patients atteints du syndrome de LGS ou de Dravet, deux formes rares d’épilepsie caractérisées par des taux de morbidité et de mortalité élevés, et qui constituent un fardeau important pour les familles et les soignants. De nombreux patients atteints du syndrome de LGS ou de Dravet ont plusieurs crises par jour, ce qui les expose à un risque permanent de chutes et de blessures. Malgré le traitement médicamenteux antiépileptique actuel, ces deux formes d’épilepsie sévères demeurent très résistantes au traitement.

PUBLICITE

Associé à d’autres traitements antiépileptiques, l’Epidyolex a considérablement réduit la fréquence des crises épileptiques chez les patients atteints de LGS et du syndrome de Dravet. Les effets indésirables les plus couramment observés chez les patients traités avec le médicament ont été la somnolence, une perte d’appétit, une diarrhée, une pyrexie, une fatigue et des vomissements. Le programme de développement de GW représente la seule évaluation clinique contrôlée d’un médicament à base de cannabinoïdes pour les patients atteints de LGS et du syndrome de Dravet.

L’Epiodiolex a été approuvée par la Food and Drug Administration américaine en juin 2018 pour le traitement des convulsions associées au syndrome LGS ou au syndrome de Dravet chez les patients âgés de 2 ans et plus. La Drug Enforcement Administration (DEA) américaine a donné son feu vert à l’Epidiolex trois mois seulement après son approbation par le régulateur américain.

Le traitement est vendu 32 500 dollars par an aux États-Unis, à un prix comparable à celui des autres produits contre l’épilepsie disponibles sur le marché. Les indications pour le remboursement ne sont pas encore connues

L’Epidiolex et l’Epidyolex sont tous deux produits au Royaume-Uni.

PUBLICITE
Continuer la lecture

Trending

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !

0