Suivez-nous

Business

Un ex-ingénieur d’Apple lance sa »Grow Box »

Grow Box d'Apple

La culture du cannabis en intérieur comme en extérieur demande du temps, de l’affection et de la précision. Pour un rendement optimum, des facteurs comme la photopériode, la température ou l’arrosage sont essentiels. Andrew Pletenetskyy, ex ingénieur d’Apple propose sa « Grow Box » contrôlable depuis votre smartphone.

PUBLICITE

La « Grow-Box »

La « Grow-box », du haut de ses 1m80, ressemble à un frigo translucide. Comme la plupart des tentes de culture, la Grow Box prend de la place. Cependant, elle présente l’avantage d’être transparente, à la différence du produit de Leaf, un appareil similaire mais opaque. Ainsi, le cultivateur peut voir son bébé évoluer jour après jour dans son salon.

Via les réglages de l’application smartphone, le jardinier en herbe peut décider des périodes d’arrosage, des apports en nutriments, de la chaleur, du temps d’exposition à la lumière (malgré les vitres transparentes ?) ainsi que du taux d’humidité de la boîte. Le taux d’humidité peut aller de celui de la pièce, à 95 %, et la chaleur contrôlée au degré près peut monter jusqu’à 40°C.

La Grow box est équipée d’un éclairage LED. Ces facteurs joueront au final sur la teneur en cannabinoïdes du plant de cannabis. Les tests réalisés relatent que de la Blue Haze ayant poussée dans cette Grow-Box contenait un faible taux de THC mais restait néanmoins très gustative pour le consommateur. Le produit venant juste d’être lancé, c’est le seul témoignage dont nous disposons.

PUBLICITE

Économe et… purificateur d’air

La marque d’Andrew Pletenetskyy, 7sensors, communique sur le coté pratique du produit. Selon lui, sa Grow-Box doit être rechargée en eau tous les 2 à 3 mois et consomme peu d’énergie, il nous explique que son appareil coûte environ 5 € par mois en électricité. La marque insiste également sur les bienfaits de l’absorption du CO2 et de l’oxygénation de la pièce dans lequel le frigo est rangé !

Fini pour les bonnes nouvelles. Le concept stylé et intelligent (mais vraiment efficace ?) nécessite un financement important. La marque 7sensors demande donc via le crowfunding près de 250 000 dollars. Les gros donateurs auront droit à leur Grow Box. Les premiers clients devront lâcher 999$ soit un peu plus de 900 €. Et ils pourront s’estimer chanceux. Les auto-cultivateurs qui l’achèteront en boutique en 2017 devront débourser plus de 1500 euros. Un peu cher pour purifier l’air du salon.

Restons optimiste, en cas de panne de graine, vous pourrez faire pousser vos plants de tomates.

Théo est diplômé en journalisme de l'IICP. Passionné par l'économie et l'industrie du cannabis, il s'est spécialisé sur ces sujets, avec un peu de thérapeutique à l'intérieur.

Cliquez pour commenter

Vous devez être connectés pour poster un commentaire Connexion

Laisser un commentaire

Business

L’action de Canopy Growth plonge après les alertes de certains analystes

Actions Canopy Growth

L’action Canopy Growth a perdu 10% la semaine dernière après que Rupesh Parikh, analyste chez Oppenheimer, une banque d’investissement, a prévenu que les investisseurs devraient se préparer à de lourdes pertes dans les années à venir.

PUBLICITE

Rupesh Parikh s’attend à ce que Canopy Growth génère des pertes de plus de 500 millions de dollars sur les deux ans à venir, avec une rentabilité de l’entreprise plus éloignée que ne l’espèrent de nombreux investisseurs.

Canopy Growth est aujourd’hui la plus grosse capitalisation du cannabis, et une action populaire parmi les investisseurs du cannabis, en partie à cause des importantes réserves de trésorerie de l’entreprise. La solidité de Canopy vient majoritairement de l’investissement de 4 milliards de dollars réalisé par Constellation Brands, qui a permis au géant de la bière de détenir près de 40% du producteur de cannabis.

Les pertes d’exploitation de Canopy réduisent néanmoins sa trésorerie. Canopy a généré un cash-flow opérationnel négatif de 158 millions de dollars canadiens et un free cash-flow négatif de 372 millions $ CA au dernier trimestre. L’entreprise a lutté à la fois contre des pénuries d’approvisionnement sur certains marchés et des problèmes d’offre excédentaire sur d’autres. Cela a entraîné des pertes de revenus et une réduction des marges. Elle rachète aussi des entreprises à tour de bras, une stratégie d’investissement qui viendra consolider ses résultats sur le moyen terme voire le long terme.

Ces problèmes ont également provoqué des bouleversements dans les rangs des dirigeants de Canopy. Le cofondateur et codirecteur général, Bruce Linton, a été évincé en juillet, en partie à cause de la frustration de Constellation Brands face aux pertes croissantes de Canopy. Un nouveau PDG n’a toujours pas été nommé

PUBLICITE

En dépit de cette situation incertaine quant à la rentabilité de Canopy, Rupesh Parikh prévoit que les actions de la société soient toujours vendues sept fois plus haut que son chiffre d’affaires estimé pour 2021. Pour ces raisons, l’analyste recommande aux investisseurs de différer l’achat des actions jusqu’à ce que leur valorisation s’améliore, mais a refusé d’établir pour l’instant un prix cible.

Continuer la lecture

Trending

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !

0