Etude : vaporiser du cannabis produit des effets plus forts

Effets de la vaporisation de cannabis

Une étude en double aveugle conduite de juin 2016 à janvier 2017 au centre de Recherche en Pharmacologie comportementale de l’Université de Médecine de Johns Hopkins à Baltimore a administré aux participants des doses de 0mg (placebo), 10mg et 25mg de cannabis vaporisé (via un Volcano de chez Storz and Bickel) et fumé pour étudier les différences d’effets entre les deux modes d’administration et en fonction du dosage. Elle a conclu à une différence d’effets significative entre la prise de cannabis vaporisé et la prise de cannabis fumé.

L’étude a évalué les effets du cannabis en termes subjectifs et en réalisant des tests de performances cognitives et psychomotrices. Elle a également surveillé les signes vitaux cardiovasculaires et la concentration de THC dans le sang. L’échantillon observé se composait de 17 adultes en bonne santé, 9 hommes et 8 femmes, n’étant pas des consommateurs réguliers de cannabis et n’ayant pas consommé de cannabis dans les 30 jours précédant les tests.

Les résultats de l’étude

La prise de cannabis a eu des résultats significativement différents selon qu’il soit fumé ou vapoté. Cela peut être du notamment au fait que la combustion détruit une partie des cannabinoïdes. A hauteur de 10mg et sur une échelle de 1 à 100 les effets du cannabis ont été estimés à 46 par fumée et à 69 par vapotage. Cependant, les effets cognitifs restent modérés dans les deux cas. Avec la dose de 25 mg, la différence est réduite avec 66 par voie fumée et 78 par voie vaporisée mais la réduction des capacités cognitives et psychomotrices est plus visible, la performance étant moindre comparée aux gens à qui a été administré un placebo.

Le prise de cannabis vaporisé a résulté en des altérations subjectives accrues et un taux de concentration de THC dans le sang plus important qu’avec le cannabis fumé (14,4 ng/ml, 10,2ng/ml). Additionnellement, l’étude observe que la concentration de THC dans le sang et l’activité cardiaque atteignent un pic 30 minutes après la prise et retournent à la normale environ 3 à 4 heures après la prise. En revanche, les altérations subjectives, cognitives et psychomotrices persistent jusqu’à 6 heures après la prise.

L’étude note que la dose maximale de l’étude, 25 mg de THC (0,187g de weed à 13,4% de THC), est significativement plus faible que la dose et la concentration de THC classique que l’on peut trouver dans les joints pré-roulés en magasin aux États-Unis. Dans les dispensaires, il est commun de trouver des joints contenant 1 gramme de cannabis avec une concentration de THC de plus de 18%. L’accès de plus en plus facile au cannabis sur les marchés médicaux et récréatifs pose un certain nombre de questions que n’a pas adressées jusqu’ici la recherche. La découverte de cette différence entre le cannabis vaporisé et le cannabis fumé chez les adultes n’ayant pas un usage régulier du cannabis pourra informer le choix des professionnels de santé dans l’orientation de leurs patients ou encore certaines politiques et régulations en matière de cannabis. Ces résultats peuvent également servir à améliorer les procédures de détection des intoxications sévères au cannabis.

Articles liés

Derniers articles

altria
Altria (Malboro) investit $1,8 milliard dans un producteur de cannabis canadien
bong
Pourquoi la forme des bangs importe ?
Cannabis thérapeutique à l'Assemblée Nationale
Cannabis thérapeutique : que s’est-il dit à l’Assemblée Nationale ce 5 décembre ?
cannabis facility
Aurora Cannabis à la conquête de l’Europe
THCV
Le THCV sera-t-il le nouveau CBD ?
musée de la weed
Weedmaps ouvre son musée du cannabis à Los Angeles
Suivez-nous sur Telegram

Laisser un commentaire