Suivez-nous

People

Ethan Russo, défenseur de l’effet d’entourage

Ethan Russo

Ethan Russo est reconnu internationalement pour ses recherches sur les composés du cannabis et leurs rôles dans l’organisme. Neurologue et psychopharmacologue, Ethan Russo s’est imposé comme un champion crucial du rôle intégral que la médecine végétale devrait jouer dans la thérapeutique moderne.

PUBLICITE

Après avoir passé plus d’une décennie comme conseiller médical pour GW Pharmaceuticals, Russo a cofondé PHYTECS en 2014, une société de biotechnologie dédiée à la recherche et au développement d’approches médicales du système endocannabinoïde humain, puis en 2020 CReDO Science, une société consacrée à la recherche et au développement de technologies de rupture affectant le système endocannabinoïde.

Grand défenseur de l’effet d’entourage et du spectre complet

Le Dr Ethan Russo a publié des dizaines d’études sur le cannabis, dont beaucoup sur l’effet entourage, comme celle de 2011 intitulée « Maîtriser le THC : synergie potentielle du cannabis et effets entourage phytocannabinoïdes-terpénoïdes » , et est considéré jusqu’ici comme la personne la plus « sachante » sur le sujet.

Il explique ainsi dans une interview que « l’effet d’entourage a été décrit pour la première fois autour des endocannabinoïdes. Les chercheurs ont observé que des matières chimiques inactives placées avec des composants tels que le CBD et le THC augmentaient considérablement les effets anti-inflammatoires. Et c’est tout là où réside l’effet d’entourage : l’effet global est plus puissant que les composants individuels. En tant que chercheur, cela m’a vraiment plu; c’était un concept que j’ai toujours senti présent dans le cannabis. Depuis, j’ai fait beaucoup de travail pour essayer d’établir certaines de ces relations. »

Et favorise grandement les approches synergétiques plutôt que des extraits isolés, pour une raison simple : « Avec les cannabinoïdes purs, il peut y avoir une courbe dose-réponse biphasique. Cela signifie qu’une faible dose ne traite pas nécessairement la douleur, une dose moyenne le fait, mais à une dose plus élevée, vous perdez les avantages. Lorsque vous avez un extrait, vous obtenez une dose-réponse qui est une pente constante vers le haut; en d’autres termes, vous bénéficiez de bienfaits sur la douleur quelle que soit la dose et vous n’obtenez pas cette baisse à des doses de plus en plus faibles. »

PUBLICITE

Le cannabis comme réponse à la crise des opiacés

Autre axe de travail sur lequel Ethan Russo s’est penché, utiliser le cannabis pour réduire les dommages de la crise américaine des opiacés.

Il fait le constat que le cannabis médical est utilisé depuis les débuts du 19è siècle au Royaume-Uni, en notant que le cannabis était utilisé pour réduire l’intensité des symptômes de sevrage de la morphine et éviter la détresse gastro-intestinale qui peut accompagner la consommation d’opiacés. Mais il base surtout sa réflexion sur l’action du cannabis sur le corps comparée aux opiacés.

« Les opioïdes tuent 80 Américains par jour. Le cannabis n’a jamais tué personne. La raison ? La façon dont les récepteurs cannabinoïdes sont déployés dans le cerveau. Les surdoses d’opioïdes provoquent régulièrement la mort en surchargeant les récepteurs opioïdes dans les centres cardiorespiratoires du cerveau, avec pour résultat une « dépression respiratoire » qui pousse les utilisateurs à simplement arrêter de respirer et à mourir. Alors que le cerveau est riche en récepteurs cannabinoïdes, il n’existe presque pas de récepteurs cannabinoïdes dans les centres cardiorespiratoires du cerveau », et donc d’arrêt cardio-respiratoire pour les consommateurs de cannabis.

« Le meilleur reste à venir »

Dans un récent épisode du podcast Cannabis Enigma, Ethan Russo a déclaré qu’en matière de cannabis médical, « le meilleur reste à venir ».

PUBLICITE

« Pour la plupart, dans le monde entier, nous avons encore affaire à du cannabis qui est principalement riche en THC et en myrcène, qui va être très sédatif, produisant ce que nous appelons familièrement, l’effet couch-lock, où la personne se sent clouée au canapé » explique-t-il. « Cela peut donc convenir à la personne qui essaie de s’endormir, mais ce n’est pas du tout bon pour la personne qui pourrait avoir besoin de travailler ou d’étudier, et rester fonctionnelle, en particulier avec des douleurs chroniques. »

Alors que la compréhension des composés de la plante et des effets qu’ils procurent s’approfondit, le Dr Russo suggère que nous ne faisons que gratter la surface du potentiel thérapeutique du cannabis.

« Nous gagnerions vraiment à avoir de meilleurs profils qui auraient moins de myrcène, plus d’équilibre entre le THC et le CBD, ce qui va diminuer le profil d’effets secondaires et également avoir un profil bénéfique de terpénoïdes qui, encore une fois, peuvent réduire les événements indésirables associés et éventuellement aider avec d’autres paramètres, que ce soit l’inflammation ou l’humeur, explique-t-il. « Nous n’avons vraiment pas vu les capacités du cannabis correctement exploitées à ce stade ».

Le Dr Russo explique également comment les consommateurs de cannabis médical continuent de bénéficier à long terme des propriétés thérapeutiques de la plante, même si leur tolérance augmente.

« La beauté du cannabis est que, même si l’on s’habitue aux effets psychoactifs, les bienfaits sur tout ce que vous traitez demeurent. En d’autres termes, si nous avons un patient souffrant de douleur chronique et qu’il profite de la consommation de cannabis, tant que cet état est stable – il ne s’aggrave pas – nous ne voyons pas d’augmentation de dose au fil du temps et, en fait, il y a beaucoup de gens qui ont pris du cannabis à des fins thérapeutiques pendant des décennies et qui utilisent la même dose », ajoute-t-il.

Aurélien a créé Newsweed en 2015. Particulièrement intéressé par les régulations internationales et les différents marchés du cannabis, il a également une connaissance extensive de la plante et de ses utilisations.

Sites partenaires

Suivez toute l’actualité des vaporisateurs sur LesVapos, tests et conseils d’achats pour vaporisateurs à herbes séchées et concentrés.


Acheter des graines de cannabis féminisées et autoflorissantes en direct de la Barney’s Farm d’Amsterdam, graines gratuites avec chaque commande.

Trending

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !