Suivez-nous

Cannabis au Canada

Canada : Débat sur le taux limite de THC au volant

taux limite

Les scientifiques canadiens discutent actuellement sur le taux limite de THC au volant. D’autres pays ont déjà pris de telles mesures : aux Etats-Unis, la limite atteint 5ng/ml dans les Etats où le cannabis est légal, en Suisse le taux est de 1,5 ng/ml tandis qu’en Australie et en France la moindre présence de THC vous empêche, légalement, de conduire.

PUBLICITE

Selon le site Budding for Collins, le taux de THC dans le sang atteindrait entre 1 et 4 ng/ml après consommation d’un joint, en fonction des dosages et de la puissance de l’herbe consommée.

Le cannabis représente la drogue la plus souvent présente dans les analyses sanguines des pilotes du week-end. Au Canada, les taux de conducteur sous THC s’établissaient à 8.6% en 2007 et atteignait 12.6% des prises de sang en 2014.

Un sondage réalisé en 2016 par le National Post, a mis en relief l’impression de contrôle de la situation des conducteur au volant sous cannabis. Plus de la moitié des sondés déclarent être en état de conduire normalement sous cannabis, quelque uns affirment même mieux conduire sous cannabis que sobre.

Au même titre que l’alcool, le cannabis altère le champ de vision et le temps de réaction. Cependant quelques fumeurs réguliers semblent déroger à la règle.

PUBLICITE

Il existe de nombreuses études discordantes sur le sujet. En effet , on analyse le taux de THC dans le sang des tués sur la route alors qu’on mesure ce même taux de THC dans la salive des pilotes encore vivants. Cependant, toutes les études s’accordent sur un point commun : le pic de dangerosité du cannabis au volant est atteint une heure après la consommation. Ces même études affirment que la concentration en THC dans le sang rime avec une conduite plus lente et une concentration plus accrue du pilote.

Une étude norvégienne suggère que le taux limite idéal maximum autorisable doit être fixé à 2.2ng/L. En revanche cette étude suggère également d’abaisser les taux autorisés d’alcool et de cannabis quand les deux sont combinés. Les chances d’accidents sont multipliés par 15 lorsque les deux substances se côtoient dans le corps humain.

La piste de la tolérance zéro ne semble pas préconisée car un fumeur régulier met jusqu’à 3 semaines à évacuer les dernières molécules de THC de son sang.

Théo Caillart

PUBLICITE

Théo est diplômé en journalisme de l'IICP. Passionné par l'économie et l'industrie du cannabis, il s'est spécialisé sur ces sujets, avec un peu de thérapeutique à l'intérieur.

Cliquez pour commenter

Vous devez être connectés pour poster un commentaire Connexion

Laisser un commentaire

Cannabis au Canada

Santé Canada suspend les licences de Canntrust et d’Evergreen

Suspension de licence pour CannTrust

CannTrust a annoncé avoir reçu un avis de suspension de licence de Santé Canada en réponse à la non-conformité de ses installations de production et de culture.

PUBLICITE

« Les inspecteurs de Santé Canada ont remis les avis de suspension à CannTrust Inc. aujourd’hui, et saisissent et retiennent tous les produits à base de cannabis sur les deux sites », a déclaré Tammy Jarbeau, porte-parole de l’organisation gouvernementale, dans un email à MJBiz Daily.

« Santé Canada continuera de surveiller de près les actions entreprises par CannTrust Inc. et réévaluera le statut de la licence de la société à mesure que de nouvelles informations seront disponibles », a ajouté M. Jarbeau. « Santé Canada peut également déterminer que des mesures supplémentaires de conformité et d’application sont justifiées. »

CannTrust conserve pour l’instant son droit de cultiver et récolter les plantations en cours, mais pas d’en cultiver de nouvelles ou de vendre du cannabis.

Côté Evergreen Medical Supply, Santé Canada a suspendu la capacité d’Evergreen de « cultiver, transformer et vendre du cannabis, des plantes et des graines de cannabis fraîches et séchées » comme rapporté par Bloomberg.

PUBLICITE

« Le 9 août, Santé Canada a suspendu les licences d’Evergreen Medicinal Supply afin de protéger la santé et la sécurité du public, notamment d’empêcher que le cannabis ne soit détourné sur le marché illégal, en raison du non-respect de certaines dispositions de la Loi sur le cannabis et du Règlement sur le cannabis » a expliqué Tammy Jarbeau.

Evergreen, producteur de cannabis basé en Colombie-Britannique a répondu «travailler à des mesures correctives» à la suspension de sa licence.

Les inspecteurs de Santé Canada ont effectué une inspection inopinée dans les locaux de la société à Saanichton, en Colombie-Britannique en avril. L’inspection a révélé «un certain nombre d’observations critiques et une classification globale non conforme» liée aux pratiques de production de la société, à la tenue des registres, au contrôle des stocks et au respect des contrôles de licence. L’entreprise aurait également des impayés de loyer ainsi qu’un bail expiré.

Evergreen a reçu sa licence de vente de cannabis médical en mars 2017 et a principalement pour but de produire du cannabis pour d’autres producteurs de licences agréés. Evergreen exploite une installation de 600m² et avait prévu de tripler sa surface de culture.

PUBLICITE
Continuer la lecture

Trending

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !

0