New York travaille à la légalisation du cannabis

statue de la liberté

Le gouverneur de New York, Andrew Cuomo, a monté une équipe de travail pour préparer une éventuelle légalisation de l’usage récréatif du cannabis suite à un rapport qu’il avait commissionné en Janvier. Le rapport en question, chargé d’estimer l’impact social, économique et sanitaire de la légalisation du cannabis, avait conclu que les bénéfices surpassaient les risques et que ces derniers pouvaient être mitiger par une régulation adéquate et une éducation ciblée.

La légalisation justifiée

Alors que le gouverneur lui-même n’est pas un fervent partisan de la légalisation, les résultats de l’étude ne lui laissent pas d’autre choix que de se conformer à l’avis des experts et d’envisager un marché régulé du cannabis récréatif dans son Etat. Un tel marché serait un des plus importants du pays en termes de consommateurs et de revenus. Il est estimé à 248$ millions avec une taxe à 7% et à 677$ millions avec une taxe de 15%.

Le gouverneur a déclaré : « J’ai passé en revue le rapport commandé en janvier dernier et j’ai discuté de ses résultats avec le Commissaire à la Santé Dr. Howard Zucker. Les prochaines étapes doivent être amorcées avec précaution et délibération. Alors que nous travaillons à traduire ces résultats dans la législation, nous devons considérer en profondeur tous les aspects d’un programme de régulation du cannabis, y compris son impact sur la santé publique, la justice criminelle et les revenus de l’État et mitiger les risques potentiels qui lui sont associés. Je remercie les membres de l’équipe de travail pour leur temps et leur expertise dans la confection d’un modèle de programme ».

Le rapport soulignait notamment le fait que la légalisation du cannabis récréatif permettrait au gouvernement le contrôle du marché pour le bien de la santé publique et de la justice.

En régulant, l’État contrôlerait ainsi la production, le testine, le marketing, la distribution et la vente de cannabis. Il contrôlerait également les licences et assurerait la qualité des produits. Au travers de restrictions, il pourraitt protéger les consommateurs en imposant des limites d’âge et de quantité.

En terme de justice, un marché régulé mettrait fin à la discrimination raciale des lois anti-cannabis et à la criminalisation et l’incarcération disproportionnée des minorités. Le rapport recommandait spécifiquement la création d’un comité d’experts.

Le groupe de travail

Le groupe de travail est composé de 20 membres issus de milieux divers : l’université, le monde associatif, les services de police, les services juridiques ou des bureaux spécialisés dans le domaine de l’addiction, des substances à risques ou le développement de marché.

Sa mission est de concevoir un cadre légal au marché du cannabis de l’État et d’imaginer les régulations nécessaires. Son rôle est purement consultatif pour l’instant et il émettra des recommandations qui seront ensuite évaluées par les députés lors des prochaines sessions législatives.

Articles liés

Derniers articles

SQDC magasin
Quelles variétés de cannabis sont vendues par la SQDC ?
snoop dog
Omniprésence du tabac et du cannabis dans le Hip Hop : culture ou commerce ?
canada cannabis drapeau
Le cannabis est légal au Canada !
jair bolsonaro
Le Brésil va-t-il devenir l’équivalent des Philippines en matière de lutte antidrogue ?
christophe castaner
Quelle est la position de Christophe Castaner sur le cannabis en France ?
catherine conconne
Catherine Conconne veut protéger les jeunes du « fléau » du cannabis
Suivez-nous sur Telegram

Laisser un commentaire