Suivez-nous

Cannabis au Luxembourg

Le Luxembourg se prépare à la légalisation du cannabis récréatif

Luxembourg

En décembre 2018, le nouveau gouvernement luxembourgeois avait créé la surprise en annonçant dans son programme la légalisation du cannabis récréatif. Depuis, les ministères de la Santé et de la Justice se préparent doucement à la réforme ; ils sont notamment en contact avec les autorités canadiennes et néerlandaises. Parallèlement, les pays frontaliers dont la France se préparent aux effets disruptifs de cette politique sur le contrôle régional du trafic illicite.

PUBLICITE

Échanger sur la légalisation

Le mois dernier, deux représentants canadiens de l’Agence pour le choix du consommateur ont fait le déplacement dans le Grand Duché pour y apporter leurs conseils concernant la légalisation. Ils sont venus mettre en garde les décideurs politiques luxembourgeois contre certaines erreurs dans la légalisation canadienne qui perturbent aujourd’hui le marché de consommation et de production.

Leurs mises en garde concernent entre autres les taxes, qui influent sur le comportement des consommateurs, et l’interdiction de la consommation en public qui peut conduire à des discriminations pour les locataires et les gens de peu de moyens. Ils recommandent des taxes modérées et la mise en place d’espaces de consommation publique comme les fameux lounges qui voient le jour en Alaska et à Vegas.

Les représentants de l’ONG se positionnent également contre les restrictions marketing du « paquet neutre » qui favorisent selon eux la contrefaçon et prive le consommateur de repères. Enfin, ils recommandent de ne pas mettre en place des réglementations trop strictes : « Un bon régime réglementaire garantit que l’offre peut suivre le rythme de la demande, ce qui est vital pour détourner le consommateur du marché illégal ».

Les deux représentants ne se sont pas entretenus directement avec le ministre de la Justice, Félix Braz, et le ministre de la Santé, Étienne Schneider, mais ce dernier doit se rendre bientôt au Canada pour rencontrer son homologue et « se faire une idée sur place ». Quoi qu’il en soit, un groupe de travail luxembourgeois travaille déjà sur la question sans avoir pour l’instant d’échéances précises : «Nous prendrons le temps qu’il faut pour le faire correctement», a indiqué une porte-parole du ministère de la Santé.

PUBLICITE

L’accord de coalition gouvernementale entre les libéraux, les sociaux-démocrates et les Verts prévoit une légalisation dans les cinq ans à venir avec la mise en place d’un monopole d’Etat de la production et de la distribution au travers d’une Agence du Cannabis. Les recettes fiscales doivent être reversées dans la lutte et la prévention de l’addiction.

L’impact sur les pays voisins

Le Luxembourg s’étend sur 2 600 kilomètres carrés et partage des frontières avec la France, la Belgique et l’Allemagne. Ces régions frontalières risquent d’être impactées par la légalisation et de connaître une recrudescence des trafics. « L’exposition des populations frontalières au cannabis, le trafic dans ces zones, l’activité policière contre les stupéfiants, ainsi que la prévalence d’usage pourront augmenter statistiquement, ainsi que leurs conséquences négatives sur la justice sociale, sur l’incarcération ou sur la santé publique », écrit Khalid Tinasti de la Commission mondiale pour la politique des drogues (GCDP) dans un article pour Les Echos.

Son avis est partagé par les polices françaises et allemandes de la région. « Le danger est relativement grand que les gens se rendent au Luxembourg, pour s’approvisionner, puis reviennent le consommer ici. Il y aura certainement plus de contrôles et plus de travail », selon Stefan Döhn porte-parole de la police à Trèves, une ville frontalière allemande. Le Républicain Lorrain rapporte les mêmes inquiétudes chez la police française : « Ce qui se passe au Luxembourg est tout simplement déconcertant. Outre le diesel, l’alcool et le tabac, les gens reviendront désormais du Luxembourg avec de l’herbe », a déclaré un commissaire de police du département de Meurthe-et-Moselle.

Outre le marché local, c’est le marché européen du cannabis qui risque de s’en trouver transformé. Le cannabis est la substance la plus consommée par les Européens ; on compte environ trois millions d’usagers quotidiens dans l’UE. « La nouvelle approche luxembourgeoise, si elle aboutit, changera le marché illégal européen, ses routes de trafic, la qualité du cannabis disponible, et jouera un rôle sur le prix de vente dans ces mêmes pays voisins », écrit Khalid Tinasti.

PUBLICITE
Cliquez pour commenter

Vous devez être connectés pour poster un commentaire Connexion

Laisser un commentaire

Cannabis au Luxembourg

Pénurie de cannabis médical au Luxembourg

Pénurie de cannabis médical au Luxembourg

Les stocks de cannabis médical sont au plus bas au Luxembourg. Le pays se retrouve en effet face à une pénurie, dont la cause exacte n’a pas été communiquée par le ministère de la Santé. Le Luxembourg se fournit actuellement auprès du Canada, dont les entreprises de cannabis thérapeutiques fleurissent en Europe.

PUBLICITE

Plus de 120 personnes sont actuellement traitées par cannabis médical. Le ministère de la Santé a indiqué avoir « donné la priorité à la poursuite de l’approvisionnement des patients déjà sous traitement par cannabis médical, afin de ne pas exposer ces patients à une interruption de traitement ». En avril, 7 kilos avaient déjà été prescrits. La substance est disponible dans certaines pharmacies luxembourgeoises sous forme de gélules, en gouttes, et en huile.

Le cannabis médical ne pourra pas être prescrit à des nouveaux patients jusqu’à nouvel ordre : « il a été recommandé de ne pas instaurer de nouveau traitement avant que l’approvisionnement en cannabis soit stabilisé, avec retour du stock à la normale. Des alternatives thérapeutiques existent pour des patients qui ne sont actuellement pas traités par cannabis médical ».

Ce pays autorise la prescription de cannabis médical pour des patients souffrant de cancer, de sclérose en plaques ou de douleurs chroniques. Le gouvernement avait également l’intention d’étendre ces prescriptions aux personnes atteintes du VIH.

Le Luxembourg a légalisé le cannabis thérapeutique en juin 2018, à la suite d’un vote unanime du Parlement. Il n’est donc pas étonnant que des problèmes d’approvisionnement surviennent à peine un an après le passage de la loi. Il faudra sans doute quelques temps pour que les stocks s’ajustent à la demande, et cela correspond à la période d’évaluation de deux ans de ce programme médical.

PUBLICITE

Ce problème d’approvisionnement devra cependant être résolu si le Luxembourg veut légaliser le cannabis récréatif, comme il l’a laissé entendre en mai dernier.

Continuer la lecture

Trending

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !

0