Suivez-nous

Cannabis en Alaska

L’Alaska devient le premier Etat américain à autoriser les cannabis lounges

cannabis lounges

L’Alaska est officiellement devenu le premier Etat américain à autoriser la consommation de cannabis sur place dans les dispensaires. Initialement prévue dans le projet de légalisation du cannabis en Alaska, la disposition n’avait jusqu’ici jamais été mise en place. Des espaces de consommation existent déjà au Colorado et en Californie mais seulement à l’échelle de certaines municipalités. « Il s’agit de quelque chose qui n’est pas encore arrivé ailleurs aux Etat-Unis » explique Cary Carrigan directeur exécutif de l’Alaska Marijuana Industry Association.

PUBLICITE

Où consommer son cannabis après l’avoir acheté ?

En Californie, les municipalités sont libres d’autoriser les dispensaires à mettre en place un espace de consommation sur place. A l’heure actuelle, San Francisco est une des seules municipalités à autoriser ces « cannabis lounges« . D’autres villes y songent cependant dont Los Angeles et Sacramento. A Denver, Colorado, une initiative législative locale datant de 2016 a fait autoriser les cannabis lounges mais on ne peut y consommer du cannabis que sous forme vaporisée ou comestible. En dehors de Denver, les habitants du Colorado ne peuvent fumer qu’en privé.

En effet, malgré la légalisation du cannabis récréatif dans 11 Etats, il n’existe pas d’alternatives pour les consommateurs que de consommer leur cannabis chez eux. Or, pour certains locataires cela peut entraîner des soucis avec les propriétaires. Ils peuvent être sujets à des amendes voire à une éviction. Cela est particulièrement vrai des locataires dont les appartements sont subventionnés par l’Etat fédéral. Le problème se pose également pour les touristes. La consommation publique de cannabis est interdite dans tous les Etats mais aucun lieu dédié à cette consommation n’est mis en place.

« Autoriser une consommation sociale est sensée d’un point de vue commercial, particulièrement pour les Etats qui ont de nombreux touristes qui sans ça n’auraient nulle part ou consommer légalement du cannabis mais c’est également un composant important de la justice sociale » explique le directeur exécutif de NORML, Erik Altieri. En effet, les gens qui n’ont pas le confort d’être propriétaires restent des consommateurs illégaux. « Le status quo est une légalisation privilégiée qui ne bénéficie qu’aux personnes qui peuvent se payer une maison  » regrette Sam Chapman de New Revenue Coalition (NRC), une organisation qui milite pour changer les lois en Oregon.

Une licence additionnelle pour les dispensaires de l’Alaska

Après des années d’hésitation de la part des régulateurs – depuis 2015 selon Anchorage Daily News – le Alaska Marijuana Control Board (AMCB) a finalement donné son accord pour le projet en décembre dernier. Le gouverneur Kevin Meyer a signé la proposition la semaine dernière officialisant la consommation sur place dans les dispensaires bien que la loi ne prendra effet que le 11 avril.

PUBLICITE

Les dispensaires devront candidater pour une licence supplémentaire octroyée par l’AMCB. Pour obtenir le droit de créer un espace de consommation dans leurs locaux, les dispensaires devront se plier à certaines normes strictes. Il leur faudra présenter un plan de sécurité, se mettre aux standards de ventilation et il faudra un mur, une porte ou un espace extérieur sécurisé pour séparer l’espace dédié à la distribution de l’espace dédié à la consommation.

Grâce à cette politiques, les consommateurs qu’ils soient résidents ou touristes pourront goûter leurs cannabis directement après achat. Les gouvernements municipaux pourront néanmoins interdire ces licences aux dispensaires de leur commune ou placer des restrictions additionnelles comme l’autorisation de vaporiser le cannabis uniquement. Les experts de l’industrie prédisent un délai important entre l’entrée en effet de la loi et l’ouverture des premiers lounges. Les premiers du genre devraient ouvrir leur porte dans le courant de l’été.

“Quand cette loi entrera en effet, l’Alaska sera le premier Etat à finaliser et approuver des régulations étatiques pour la consommation sur place. Nous nous attendons à voir d’autres Etats suivre cet exemple dans un futur proche » ajoute Erik Altieri. En Oregon, les législateurs sont déjà entrain de considérer une législation similaire. Au Massachusetts, la discussion sur les « cannabis cafés » a été remise à plus tard, les ventes légales ayant démarrées il y a peu. Le Nevada a également repoussé un vote sur la question.

Cliquez pour commenter

Vous devez être connectés pour poster un commentaire Connexion

Laisser un commentaire

Cannabis en Alaska

Etats-Unis : Acétate de vitamine E et CBD synthétique en cause dans la crise des vape pen

Maladies respiratoires liées aux vape pen

Près de 380 cas de maladies respiratoires et 8 décès dans 36 Etats américains sont désormais suspectés d’être liés à l’utilisation de cartouches de THC, principalement issues du marché noir.

PUBLICITE

Et si les analyses n’ont pas encore identifié avec certitude le produit responsable, elles auront toutefois permis de distinguer deux contaminants principaux : l’acétate de vitamine E et le CBD synthétique

Acétate de vitamine E

La vitamine E désigne en fait plusieurs types similaires d’huiles appelées tocophérols, et se présente sous différentes formes chimiques de l’alpha-tocopherol, la plus courante, au gamma-tocopherol. Les tocopherols sont couramment issus du maïs et d’autres huiles végétales ou sont synthétisés à partir de pétrole, et différent de la version naturelle avec un isomère supplémentaire. La vitamine E peut être consommée en tant que complément alimentaire, et intégrée dans des produits alimentaires ou cosmétiques.

L’acétate de vitamine E, lui, est la forme ester du tocophérol, plus stable à l’oxydation et avec une durée de conservation plus longue que le tocophérol.

Quelle que soit sa forme, la vitamine E ne s’inhale pas. Les lipides ne font jamais bon ménage avec les poumons et des cas d’intoxication sont rapportés depuis les années 2000. Or, plusieurs rapports indiquent sa présence dans les cartouches analysées par les autorités de santé.

PUBLICITE

Le commissaire à la santé de l’Etat de New York, Howard Zucker, a déclaré que l’acétate était présent dans « presque tous les échantillons contenant du cannabis », et à des « niveaux très élevés », ce qui en fait « un élément clé » de l’enquête de l’Etat. Selon Zucker, l’huile de vitamine E n’a pas été trouvée dans des produits à la nicotine et n’est pas un additif approuvé pour les produits à base de cannabis médical.

La Food and Drug Administration a aussi détecté de l’acetate de vitamine E dans la majorité des produits à base de cannabis analysés dans d’autres Etats.

Comme le rapporte Leafly, l’acétate de vitamine E a été utilisé par les fabricants illégaux de cartouches THC pour diluer le THC sans réduire la viscosité. Plusieurs marques d’acétate ont été identifiées, qui ne précisent bien souvent pas les conditions de son utilisation ou les dangers de l’inhalation sur les poumons, en particulier s’il est chauffé.

CBD synthétique

Les cartouches de THC ne sont pas les seules en cause. Comme le rappelle USA Today, des cartouches à base de CBD synthétique ont envoyé des dizaines de personnes aux urgences ces deux dernières années. Une récente étude d’Associated Press, dans la foulée de cette crise des vape pen, s’est penchée sur des produits suspectés de contenir des cannabinoïdes synthétiques.Sur 350 produits testés, 128 contenaient bien du CBD synthétique.

PUBLICITE

Les bonbons en gélatine et autres edibles comptaient pour 36 des 128 produits incriminés. Le reste était constitué de vape pen. Selon AP, la plupart des tests ont eu lieu dans les États du Sud. Et dans le Mississippi, des laboratoires ont détecté du fentanyl dans certains produits étiquetés CBD.

L’enquête étant axée sur les marques et les produits suspects, ses résultats ne représentent pas l’ensemble du marché du CBD. Le rapport souligne tout de même les dangers des produits au cannabidiol non testés à une époque où les États-Unis sont justement aux prises d’une série de maladies et de décès liés à la vaporisation.

Continuer la lecture

Trending

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !

0