Le dilemme américain : cannabis versus gun

cannabis arme

On sait à quel point les américains chérissent le deuxième amendement de leur Constitution : le droit au port d’arme. Or, la légalisation totale ou partielle du cannabis dans de nombreux Etats pourraie bien compromettre ce droit fondamental. Les patients et consommateurs récréatifs de cannabis font face à un choix d’envergure : porter une arme ou consommer du cannabis.

En effet, peu importe le statut du cannabis dans les Etats particuliers, au niveau fédéral c’est une drogue de type 1 au même titre que l’héroïne ou la cocaïne et donc, une substance illicite. Or, conformément à l’avis du Bureau de l’Alcool, du Tabac, des Armes à Feu et des Explosifs publié en 2011 : « quiconque fait un usage illégal ou toxicomane d’une quelconque substance contrôlée est interdit d’envoyer, transporter, recevoir ou posséder une arme à feu ou des munitions ». L’avis précise même que peu importe le statut et la législation en vigueur concernant le cannabis dans les Etats particuliers, la loi fédérale prime.

Des patients contraints à l’illégalité

La NRA (National Rifle Association) ne s’est pas exprimée publiquement sur le sujet mais ce conflit législatif n’est pas vraiment dans son intérêt. L’ex-président de l’association a cependant déclaré au Washington Times : « le refus du gouvernement fédéral de prendre en compte le jugement des Etats sur ce sujet a créé des problèmes pour des dizaines voire des centaines de milliers de propriétaire d’armes qui sont forcés soit à sacrifier leur droit au port d’arme tel qu’il est garanti par le second amendement pour l’opportunité de vivre sans douleur soit à risquer des poursuites judiciaires et l’emprisonnement ».

Quand une personne achète une arme aux Etats-Unis, elle doit remplir un formulaire. Parmi les questions posées, celle de l’usage illicite d’une substance contrôlée va désormais poser problème. Le formulaire précise bien que la classification en question est la classification fédérale. Le consommateur médical ou récréatif est donc contraint de mentir, ce qui l’expose à d’autres poursuites, ou de renoncer à son droit de porter une arme.

Kate Bell, directrice générale de Marijuana Policy Project, organisation nationale qui tente d’impulser des réformes de la loi sur le cannabis, déplore les effets de la loi et affirme que son organisation s’efforce d’adresser ces questions au niveau national. D’un point de vue européen, toutefois, ce n’est pas une si mauvaise nouvelle : les effets pacificateurs du cannabis pourraient être encore plus efficaces que l’on ne pensait.

Articles liés

Derniers articles

ladies of paradise
Ladies of Paradise : un savant mélange de mode, de féminisme et de cannabis
OECCC
Espagne : l’OECCC dénonce un processus d’attribution de licences de culture de cannabis complètement opaque
parlement européen
Le Parlement européen approuve la résolution sur l’usage médical du cannabis
Sébastien et Jagger Cotte
Sébastien Cotte se bat pour légaliser le cannabis médical pour son fils, Jagger, 8 ans
Quand le cannabis devient un produit de luxe
cannabis et musique
Le cannabis améliore-t-il l’expérience musicale ?
Suivez-nous sur Telegram

Laisser un commentaire