Suivez-nous

Addiction

Le cannabis pour lutter contre les addictions aux antidouleurs

Le cannabis pour lutter contre les addictions

Une des propriétés médicales recherchée dans la prescription de cannabis thérapeutique est sa faculté anti-douleur. Les analgésiques classiques entraînent parfois une addiction, laissant les patients dans un état de dépendance après son traitement.

PUBLICITE

Addiction aux opiacés

En 2013, 16000 personnes sont mortes d’overdose d’antidouleurs aux Etats-Unis, plus que ceux de l’héroïne et de la cocaïne réunis, dont 60% dans le cadre d’une consommation d’antidouleur opiacés prescrites, les 40% restants venant d’un usage détourné lié à la toxicomanie. En France, les chiffres sont plus confidentiels, mais des alertes sont régulièrement levées, par exemple contre le Tramadol, un antidouleur opiacé prescrit dans le cas de pathologies douloureuses.

Bien que l’usage d’antidouleur, donc, soit très répandu aux Etats-Unis (vous vous souvenez de la Vicodin de Dr. House 😉 ?), une alternative existe : le cannabis. Une récente étude conduite par le Bureau National de Recherche Economique (NBER) suggère que la légalisation du cannabis aide à réduire le nombre d’overdoses. L’étude se penche notamment sur les overdoses fatales et les admissions dans les centres de lutte contre les addictions aux opiacées, dans les Etats qui ont légalisé le cannabis. Les Etats qui ont légalisé le cannabis aux USA ont vu une réduction des overdoses et des admissions dans ces centres, en particulier s’ils ont légalisé les dispensaires de cannabis.

Cannabis en accès facile

La clé pour comprendre cette étude est la manière dont les usagers de cannabis peuvent légalement accéder à leur plante. Par exemple, l’étude montre que dans les 6 états qui ont légalisé le cannabis médical, mais n’ont pas autorisé les dispensaires à en distribuer, il n’y a pas eu de réduction de la mortalité liés aux antalgiques. Mais dans les 16 Etats qui ont légalisé les dispensaires, une baisse de 16% dans les décès liés à des opioïdes a été observée, et de 28% dans les admissions en centre de désintoxication.

Chose intéressante, l’étude montre qu’il n’y a pas eu de baisse de prescription des analgésiques dans les Etats où les dispensaires sont autorisés. Les chercheurs pensent donc que la réduction des overdoses et des admissions en centre de désintox sont liés à des individus qui achetaient leur antidouleur au marché noir.

PUBLICITE

En facilitant l’accès au cannabis, les Etats ont incité les personnes qui achetaient leur médicament sur le marché noir à substituer leurs pilules à du cannabis. On notera qu’évidemment le cannabis n’est pas une substitution parfaite pour les personnes dont la santé est vraiment détruite par l’addiction aux opiacés, mais cette substance peut permettre aux addict de se sevrer aux-mêmes de leur dépendance.

Toutes les personnes en état de dépendance aux antalgiques ne répondent pas forcément aux clichés du drogué. Certaines se retrouvent dans cette situation après un traitement réel, et cherchent probablement de l’aide pour surmonter l’après-traitement.

Des prescriptions abusives

La prévalence de docteurs prescrivant des antidouleurs aux athlètes est aussi alarmante, notamment dans la ligue de football professionnel. Comme tout un chacun, les athlètes pro font face à des décisions difficiles en matière de santé, tout particulièrement lorsque leur gagne-pain en dépend. Les joueurs sont bien souvent poussés à retourner rapidement sur le terrain pour ne pas mettre en péril la saison de l’équipe.

Lorsque les athlètes se retirent de leur vie pro, certains se retrouvent en état d’addiction, sans comprendre comment ils en sont arrivés là. Beaucoup de sportifs parlent aujourd’hui de comment le cannabis les a aidé pendant leur carrière pour éviter l’addiction et gérer la douleur de manière naturelle.

PUBLICITE

Le cannabis peut aider dans beaucoup de situations médicales, et plus les recherches seront nombreuses, mieux il pourra être prescrit. Les compagnies pharmaceutiques devraient embrasser ces nouvelles molécules. Dans le cas contraire, elles pourrait être responsables de leur propre négligence.

Aurélien a créé Newsweed en 2015. Particulièrement intéressé par les régulations internationales et les différents marchés du cannabis, il a également une connaissance extensive de la plante et de ses utilisations.

Cliquez pour commenter

Vous devez être connectés pour poster un commentaire Connexion

Laisser un commentaire

Addiction

Colorado : du cannabis médical pourra être prescrit à la place des opioïdes

cannabis opioïdes

Pionnier du cannabis récréatif, l’Etat du Colorado vient d’adopter une loi qui autorise les médecins à prescrire du cannabis médical en lieu et place des opioïdes. Toute condition médicale pouvant être soignée par des opioïdes pourra, à partir du 2 août, faire l’objet d’une prescription de cannabis médical.

PUBLICITE

Cannabis, douleurs et opioïdes

Auparavant, le cannabis médical n’était disponible au Colorado que pour le cancer, le glaucome, le SIDA, le syndrome de stress post-traumatique et d’autres pathologies chroniques qui provoquent des douleurs intenses, des crises ou des nausées. Les opioïdes étant des médicaments antalgiques et anti-inflammatoires, prescrits pour une large variété de conditions impliquant douleur et inflammation, cette liste se trouve considérablement élargie.

Ces médicaments abondamment prescrits provoquent un phénomène de dépendance physique qui conduit les patients à l’addiction. Ils ont été responsables de plus de 70 000 décès en 2017. La mortalité associée à leur consommation a fait baisser l’espérance de vie totale des Etats-Unis. Au Colorado, ils sont devenus plus meurtriers que les accidents de la route. L’Etat n’est d’ailleurs pas le premier à troquer les prescriptions d’opioïdes pour le cannabis médical. L’Illinois a voté une loi similaire en février.

Le gouverneur du Colorado, Jared Polis, a signé la loi jeudi dernier en précisant que « le Colorado perdait un membre de sa communauté à cause d’une overdose de drogue environ toutes les neufs heures, avec les opioïdes représentant plus de la moitié de ces décès ». « Ces morts peuvent être empêchées. Au vu de ces statistiques, il est du devoir de nos législateurs de fournir aux médecins les opportunités de discuter d’alternatives aux opioïdes et de fournir aux patients des choix » a-t-il ajouté en soulignant que plus de recherche était toutefois nécessaire.

Cette initiative bipartisane a largement remporté l’adhésion des deux chambres avec un vote à 47 contre 16 à la Chambre des Représentants et 33 contre 2 au Sénat. Cependant, elle a inquiété certains citoyens comme Stephanie Stewart, une médecin de la ville d’Aurora : « Cette loi substituera le cannabis à une médication approuvée par la FDA – quelque chose qui n’est pas régulé pour quelque chose qui est très régulé ». D’autres s’inquiètent du fait que la loi s’applique aux mineurs. Pour Ashley Weber en revanche, directrice exécutive de NORML Colorado, le cannabis reste un « outil de gestion de la douleur plus sûr » que les opioïdes.

PUBLICITE
Continuer la lecture

Trending

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !

0