La Californie veut des appellations d’origine pour son cannabis

AOC cannabis

L’Agence californienne des produits alimentaires et médicamenteux (CDFA) a l’intention de créer une système d’appellations d’origine pour réguler les noms des variétés de cannabis issues de régions spécifiques. De la même manière que le Bordeaux ou le Champagne le sont en France, les petits cultivateurs de cannabis du triangle d’Emeraude, une région du nord de la Californie historiquement liée à sa culture en extérieur, veulent une régulation pour s’assurer que le cannabis de Mendocino ou de Humboldt signifie réellement quelque chose.

Le développement de nouvelles variétés, d’effets spécifiques et la nécessité de se démarquer font partie des préoccupations les plus constantes des cultivateurs de cannabis. Le business des growers est justement assez restreint, avec des prix qui chutent dans la plupart des Etats où le cannabis est devenu légal. Les cultivateurs qui mettent du temps et de l’argent pour arriver à un produit de la plus haute qualité possible veulent ainsi s’assurer que leurs clients sachent pourquoi leur cannabis coûte plus cher.

« Les comptés de Mendocino, de Humboldt ou de Trinity ont chacun une réputation mondiale de cultiver du très bon cannabis » explique Munn, cultivatrice à Covelo, dans le comté de Mendocino. « Cette appellation a une histoire de culture riche, d’un sol riche en nutriments, un microclimat parfait et l’eau claire du bassin hydrographique de la rivière Eel. Tout cela affecte grandement le résultat final et la qualité de notre cannabis. »

La CDFA veut suivre les traces des Appellations d’Origine Contrôlée françaises, qui récompensent la qualité des produits locaux en les distinguant des produits industriels. Les petits cultivateurs californiens espèrent ainsi qu’une décision du gouvernement allant dans leur sens via ces appellations d’origine les aidera à lutter contre les mégafermes qui commencent à s’accaparer le gros du marché du cannabis.

Certains cultivateurs ont déjà mis en place leur propre label CalOrigin avec la SICPA, la Société Industrielle et Commerciale de Produits Alimentaires, qui s’occupe plus globalement de sécuriser la plupart des billets de banque ou des passeports du monde. Un tampon apposé sur les jarres de cannabis, avec un QR code et le logo du comté permettent de suivre le parcours du cannabis, du cultivateur au point de vente.

QR code cannabis

La date limite annoncée pour la mise en place de ces appellations au niveau de l’Etat a été fixée par le CalCannabis Cultivation Licensing, le département de la CDFA qui s’occupe spécifiquement du cannabis, au 1er janvier 2021 au plus tard.

Articles liés

Derniers articles

eaze
Etats-Unis : Eaze va livrer des produits au CBD dans 41 Etats
livre blanc
Des associations françaises demandent l’abandon du projet d’amende forfaitaire
john talaat
Egypte: un député prépare un projet de loi pour décriminaliser l’usage de stupéfiants
Expogrow 2019
L’Expogrow 2019 se déroulera du 26 au 28 avril 2019
texas
Texas : soutien croissant pour la dépénalisation du cannabis
carine wolf
France : L’Ordre des Pharmaciens veut l’exclusivité de la distribution du cannabis médical
Suivez-nous sur Telegram

Laisser un commentaire