Suivez-nous

Séries

Arte s’intéresse au trafic de cannabis dans sa nouvelle série

Arte série cannabis

Arte lance ce septembre le tournage d’une nouvelle série en 6 épisodes de 52 minutes. Son thème : le trafic de cannabis, du producteur au consommateur.

PUBLICITE

Cannabis, c’est son nom, sera la toute première série mise en scène par Lucie Borleteau, déjà réalisatrice de plusieurs courts métrages et de « Fidelio, l’Odyssé d’Alice », un film sur les envies de tout vivre tout en contrôlant son destin. Bien que le cannabis prenne une part importante dans l’histoire de la série, on suivra surtout les destinées de personnages s’entrecroisant sur trois pays, le Rif au Maroc, Marbella en Espagne et l’île de France.

Libération a récemment consacré un article à cette série : « une large place devrait être accordée dans le scénario aux caïds et barons de la drogue plutôt qu’à la police, ménageant la place à des scènes chocs ».

Lucie Borleteau cite les inspirations de The Wire à l’écriture, surtout au début du processus. Mais ce ne sera clairement pas un remake frenchie de la série de David Simon.

Du côté du casting, la présence de certains acteurs est déjà actée. On retrouvera entre autres Christophe Paou (l’Inconnu du lac) et Kate Moran (Les rencontres d’après minuit) pour les têtes connues.

PUBLICITE

Le tournage se déroulera de septembre à décembre, pour une diffusion très prochaine que nous ne manquerons pas d’évoquer.

Aurélien a créé Newsweed en 2015. Particulièrement intéressé par les régulations internationales et les différents marchés du cannabis, il a également une connaissance extensive de la plante et de ses utilisations.

Cliquez pour commenter

Vous devez être connectés pour poster un commentaire Connexion

Laisser un commentaire

Séries

Le Maroc sur la piste de la légalisation du cannabis

Légalisation du cannabis au Maroc

Le conseil de Tanger-Tétouan-Al Hoceïma, la région du Nord du Maroc, a approuvé début juillet la réalisation d’une étude sur les opportunités de cultiver du cannabis dans la région.

PUBLICITE

Le rapport sera confié à l’Institut scientifique de l’Université Mohammed V à Rabat, pour un coût avoisinant le million de dirhams (90 000€). Le ministère de l’Intérieur doit encore donner son feu vert avant le lancement de l’étude, qui s’attardera notamment sur les propriétés thérapeutiques et pharmacologiques du cannabis.

Selon les estimations de Prohibition Partners, le Maroc pourrait drainer 9 milliards d’euros de revenus de la culture du cannabis en cas de légalisation et de régulation du secteur. Le Maroc n’est bien sûr par le seul pays du continent africain intéressé par le cannabis : le Lesotho a commencé à produire du cannabis médical, tout comme le Zimbabwe. Et l’Afrique du Sud est en train de légaliser le cannabis pour les adultes.

80% de la production du cannabis au Maroc est actuellement destinée à l’export selon les chiffres de 2017. Les 20% restants sont réservés à la consommation locale. Entre 90000 et 140000 familles vivent de la culture et de la commercialisation du cannabis dans le nord du Maroc. La filière emploierait environ 800.000 personnes et représenterait 23% du PIB marocain.

Le chanvre connaît bien sûr d’autres utilisations qui intéressent également le Maroc : dans la construction, notamment l’isolation, pour les cosmétiques, la fabrication d’huiles, de litières, l’utilisation sous forme de combustibles, en papeterie, pour l’alimentation humaine et animale, les biocarburants ou encore comme matériaux composites en association avec des matières plastiques.

PUBLICITE

En 2015, des élus du Parti Authenticité et Modernité (PAM), parti de l’opposition, avaient déposé une proposition de loi pour légaliser le cannabis à usage industriel et thérapeutique. La proposition de loi n’a jamais été mise à l’ordre du jour du Parlement.

Continuer la lecture

Trending

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !

0global