France : 5,9 tonnes de cannabis et 6000 plants saisis en octobre

Saisies de cannabis en octobre en France

Edito. L’inventaire n’est pas exhaustif, et ne reprend que les affaires relevées à la va-vite dans la presse. Mais le compte est déjà impressionnant.

En octobre, c’est au moins 5,9 tonnes et 6000 plants de cannabis qui ont été saisis. Côté tonnes, les arrestations de nombreux convois « traversant » la France ont rapidement fait monter la balance : 2,3 tonnes en Charente-Maritime, 1,2 tonnes dans le Loiret, 600 kg en 2 fois sur l’A9, 373 kg dans les Landes.

Pour le reste, les 6000 plants sont issus de l’auto-culture, dans des dimensions plus ou moins importantes. Les perquisitions vont de plantations de 6 pieds, visiblement destinées à un usage personnel. à des plantations plus ambitieuses : 400 plants en Mayenne et en Loire-Atlantique, 500 dans les Vosges, 4000 à Thaiti, etc…

Le compte réel est sans doute bien plus grand, les affaires régionales ne remontant pas toutes « dans le journal ».

Pourquoi relever ces chiffres ? La France reste le plus gros consommateur de cannabis d’Europe. La répression n’y changera rien. Le cannabis est interdit depuis 1970 et 1,4 millions de personnes consomment régulièrement du cannabis. Sa consommation est dangereuse ? Son trafic fait davantage de morts. Victimes de la prohibition, tout comme certains malades morts d’attendre.

La volonté des autorités de lutter contre le trafic de drogue serait compréhensible si elles proposaient d’un autre côté une voie d’accès légale. La France est entourée par des pays qui facilitent plus ou moins l’usage. de cannabis. Chaque autocongratulation successive à une saisie est un échec en soi. L’échec d’une politique nationale des drogues, l’échec d’une politique européenne, l’échec de la politique tout court.

Nos ministres auront rapidement bien du mal à justifier leur position vis-à-vis du cannabis. L’Europe n’a pas tant de retard que ça sur le continent Nord-Américain si on ferme les yeux sur la France. Aucun accès médical, une répression sur le consommateur et l’autoproducteur, une amende en vue pour simple usage.

Il reste peu de temps avant que l’industrie cannabique ne trouve le moyen de faire craquer le carcan prohibitif français. Ce laps de temps, c’est aussi l’opportunité de créer une politique autour de l’intérêt commun plutôt que l’intérêt économique, qui aille du cancéreux au cadre dynamique, de l’agriculteur au petit commerçant, de la Charlotte’s Web aux landraces pyrénéennes, du cannabistrot à la pharmacie.

En attendant, le message officiel ne se cache pas. Intensifions la lutte contre la cannabiculture et réjouissons-nous de chaque saisie.

Abonnez-vous à Newsweed sur Facebook

Laisser un commentaire