Suivez-nous

Le projet allemand de légalisation du cannabis qualifié d’impraticable par les associations de cannabis et les initiés du secteur

Publié

le

Cannabis Club en Allemagne

Le très attendu projet de loi allemand pour le “premier pilier” de ses plans de légalisation du cannabis a été largement critiqué par les initiés du secteur et les potentiels Cannabis Clubs.

PUBLICITE

Les nouvelles propositions, publiées officiellement pour la première fois la semaine dernière, ont été accusées d’une “surréglementation” importante, qui rendrait pratiquement impossible le fonctionnement des associations de cannabis.

Un Cannabis Club informel a déclaré à Business of Cannabis que ses projets avaient été gelés à la suite de la publication du projet de loi, qualifiant les stipulations de “folles”.

Kai-Friedrich Niermann, avocat spécialisé dans le cannabis et expert de l’industrie, a déclaré à propos du projet de loi : “L’idée de base de ce que l’on appelle le premier pilier repose exclusivement sur des aspects sanitaires, à savoir la protection des enfants et des jeunes. Cet aspect est placé au-dessus de tout le reste et conduit à un alarmisme pur et simple en matière de politique de santé.”

“Toutes les dispositions du projet sont inapplicables, contradictoires et surréglementent considérablement la consommation et la culture du cannabis dans les associations de culture.”

PUBLICITE

L’emplacement, l’emplacement, l’emplacement

Adrian Schöpf est le cofondateur et directeur général de The Joint Venture, une association de cannabis qui doit être créée à Bremerhaven.

The Joint Venture était pratiquement prête à être lancée, M. Schöpf et ses trois cofondateurs prévoyant d’envoyer leur demande cette semaine, après avoir trouvé des sponsors et recruté un nombre croissant de membres.

Cependant, suite à la publication du projet de loi la semaine dernière, les plans de lancement de l’association ont été suspendus car “aucune de ces réglementations n’a de sens”, que ce soit d’un point de vue commercial ou opérationnel.

La première de ses nombreuses critiques à l’égard de la réglementation proposée concerne l’emplacement de ces sites de culture.

PUBLICITE

Selon le projet de loi : “La propriété (c’est-à-dire le terrain, la superficie, la serre, le bâtiment) d’un consortium ne peut être située, même partiellement, à l’intérieur d’une habitation ou d’un autre bâtiment ou propriété résidentiel”.

Selon M. Schöpf, il est donc très difficile d’opérer dans des villes faciles d’accès où la majorité des bâtiments sont utilisés à des fins résidentielles.

Par la suite, cela signifie que les associations de cannabis, en raison des réglementations exigeant que l’ensemble de leurs opérations soit situé en un seul endroit, auront besoin d’un espace relativement grand et seront reléguées dans des “zones industrielles”, qui sont “super chères à louer”.

“Ces zones ne sont pas situées au cœur des villes, mais à la périphérie, de sorte que même pour les gens qui s’y rendent, c’est un véritable casse-tête. Maintenant, si vous y réfléchissez, c’est tout simplement ingérable pour une association à but non-lucratif”.

Une autre question clé, qui a été soulevée à plusieurs reprises avant même la publication officielle du projet de loi, est la nécessité pour les associations de culture de se trouver à au moins “200 mètres de l’entrée des écoles, des installations pour les enfants et les jeunes et des terrains de jeux pour enfants”.

Cette zone d’exclusion s’applique également à la consommation, ce qui signifie qu’aucun cannabis ne peut être consommé à moins de 200 mètres des écoles, des terrains de jeu, des installations sportives ou de l’entrée des associations de culture.

Comme le souligne M. Niermann, “à Berlin, cela équivaudrait facilement à une interdiction totale”.

De plus, avec l’interdiction totale de la publicité, il serait pratiquement impossible de signaler les zones où la consommation est autorisée, ce qui exposerait de nombreuses personnes à des sanctions pénales.

Les coûts

Outre les difficultés évidentes liées à l’emplacement, les coûts associés à la création et au fonctionnement d’une association de cannabis signifient que les cotisations des membres risquent d’être si élevées que peu d’entre eux seront tentés de s’éloigner du marché illicite.

Les membres des Cannabis Clubs peuvent recevoir chacun un maximum de 50 grammes de cannabis par mois pour leur propre consommation s’ils ont plus de 21 ans, et un maximum de 30 grammes s’ils ont entre 18 et 21 ans.

Pour les associations comptant le nombre maximum de membres, soit 500, cela signifie qu’elles pourraient cultiver jusqu’à 300 kg de cannabis par an.

Selon M. Schöpf, sur la base de calculs élémentaires, les coûts d’installation et de construction d’une parcelle capable de gérer cette quantité de production s’élèveraient à environ 15 000 euros, et les coûts opérationnels mensuels, hors personnel, à environ 4 000 euros.

Le nouveau projet stipule que les associations ne peuvent pas facturer au gramme et qu’elles doivent couvrir l’ensemble de leurs coûts par le biais des cotisations des membres, qu’elles peuvent déterminer en fonction de leurs coûts.

“Aucune redevance supplémentaire ne peut être exigée lors de la remise de cannabis. Les associations de culture doivent couvrir leurs propres frais et ne peuvent exiger que les cotisations statutaires et, en cas de cession de graines de cannabis à des non-membres et à d’autres associations de culture, le remboursement des coûts de production”.

Les membres sont tenus de payer d’avance deux mois de frais d’adhésion, afin d’éviter qu’ils ne passent régulièrement d’une association à l’autre, et “doivent participer activement à la culture”.

On ne sait pas exactement comment et dans quelle mesure les 500 membres sont censés participer à l’opération de culture, mais M. Schöpf se dit convaincu que les membres “ne veulent pas faire partie d’un club de jardinage”.

Outre les coûts initiaux d’installation et les factures d’énergie et d’irrigation, d’autres engagements financiers et temporels sont nécessaires.

M. Niermann explique : “Les associations de culture ont de nombreuses obligations en matière de documentation et de rapports, et doivent nommer un responsable de la protection de la jeunesse. Les membres sont divisés en deux groupes, les 18-21 ans et les plus âgés. Le groupe des 18-21 ans n’est autorisé à recevoir des fleurs de THC qu’à hauteur de 10 % maximum.”

“Avec 7 membres, par exemple, toutes les obligations sont plutôt décourageantes ; avec le nombre maximum de 500 membres, il faudra au moins deux employés à temps plein en plus du personnel de culture pour satisfaire à toutes les obligations.”

“En plus de l’investissement pour la culture, qui n’est pas autorisée à faire des bénéfices, il y a ensuite des coûts de fonctionnement considérables pour les clubs.”

“Ce n’est pas une bonne politique”

Selon le gouvernement allemand, cette loi est introduite pour “contribuer à une meilleure protection de la santé, renforcer l’éducation et la prévention en matière de cannabis, freiner la criminalité organisée liée à la drogue et renforcer la protection de l’enfance et de la jeunesse”.

Dans sa forme actuelle, M. Niermann et M. Schöpf affirment que le projet de loi n’atteindra pas ces objectifs.

M. Schöpf s’attend à ce que les membres se déplacent régulièrement à la périphérie d’une ville, ou en dehors d’une ville, participent activement à la culture et paient une cotisation qui pourrait dépasser le coût de leur consommation quotidienne moyenne.

M. Niermann s’est fait l’écho de ce point de vue en concluant : “Il reste donc à voir combien de clubs choisiront cette option.”

“En collaboration avec diverses associations, nous nous efforçons actuellement de simplifier considérablement le projet et les règlements qu’il contient. Cet alarmisme en matière de politique de santé et cette surenchère bureaucratique pourraient bien empêcher les objectifs poursuivis par la loi de se concrétiser. Ce n’est pas une bonne politique !”

Sweet Seeds
Silent Seeds

Sites partenaires

Suivez toute l’actualité des vaporisateurs sur LesVapos, tests et conseils d’achats pour vaporisateurs à herbes séchées et concentrés.


Acheter des graines de cannabis féminisées et autoflorissantes en direct de la Barney’s Farm d’Amsterdam, graines gratuites avec chaque commande.

Si vous êtes au Royaume-Uni et avez besoin d’étonnantes Cali Weed Strain Seeds, Barney’s Farm a la meilleure sélection.


Achetez les meilleures graines de cannabis féminisées de Original Sensible Seeds, y compris leur variété phare Bruce Banner #3.


Découvrez les fleurs de CBD avec Le Chanvrier Français


Mon-Cbd-Francais.com est le grossiste CBD en ligne pour les professionnels. Bénéficiez de prix de gros, livraison (sous 24h), marques reconnues, des produits analysés et contrôlés.


Weecl est fournisseur H4CBD, avec une gamme étendue de cannabinoïdes mineurs dont le CBN en plus du CBD.


Deli Hemp Pro, grossiste CBD de qualité pour assurer le succès de votre magasin !


Retrouvez les meilleurs produits H4CBD sur le premier site spécialisé h4cbd-store.fr


Découvrez les bienfaits des huiles CBD de qualité supérieure sur Cannamed.fr


Découvrez les produits au CBD de Lord Of CBD : Fleurs, Huiles, H4CBD.


Trouvez votre bonheur avec du CBD pas cher sur CBD.fr. Qualité exceptionnelle, prix accessibles et promotions toute l’année


Découvrez la puissance extraordinaire du THCP et ses effets révolutionnaires sur THCP.FR le 1er site 100% dédié au THCP !


Silent Seeds propose les graines de cannabis féminisées de Dinafem, marque historique, banque de graines de cannabis depuis 2005.


Avec CBDOO, accédez à de nombreuses variétés CBD soigneusement sélectionnées à un prix juste.

Trending

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à la newsletter de Newsweed !

1 newsletter par semaine, pas de pub !