Suivez-nous

Cannabis en Israël

Israël vers une dépénalisation du cannabis

Israël dépénalise le cannabis

Le ministre de la Sécurité Publique israélien Gilad Erdan se déclare ce jeudi en faveur de la dépénalisation de l’usage du cannabis. La décision du ministre fait suite aux préconisations d’un groupe de travail missionné sur le sujet. Rien n’est encore fait car une telle loi demande l’aval du cabinet du gouvernement et surtout une consultation des autres ministères. Mais il a d’ores et déjà le soutien du ministre de la Justice Aleyet Shaked.

PUBLICITE

La contraventionnalisation

La dépénalisation ne sera que partielle. Il s’agit juste d’ «une nouvelle manière pour les forces de l’ordre de traiter les consommateurs de cannabis ». Du coup, Israël se dirige plus vers une contraventionnalisation des consommateurs.

Les consommateurs de cannabis pris en flagrant délit de consommation publique devront tout de même payer une amende de 265$. Le consommateur, une fois l’amende acquittée, ne sera pas poursuivi pénalement et son casier judiciaire restera intact. Mauvaises nouvelles si le fumeur est repris par la police une deuxième fois, l’amende sera doublée. Un rappel à la loi et une amende pour la troisième fois, et enfin des poursuites judiciaires pour la quatrième fois. Si un mineur est pris sur le fait, il devra suivre un programme d’accompagnement. S’il refuse, il sera poursuivi pénalement. En revanche, la production de cannabis reste illégale.

Une banalisation de la consommation

Le ministre suit également une opinion publique en pleine mutation. A l’image de la normalisation du cannabis dans le monde, les Israéliens le perçoivent de moins en moins comme un produit hautement dangereux. « Je ne prends pas cette décision à la légère. Le nombre d’usagers augmente constamment. La perception dangereuse et les dommages de l’usage régulier disparaîssent»

La députée Shelly Yacimovitch de l’Union Sioniste se réjouit de cette décision : « La consommation de cannabis est entrée dans les mœurs comme une liberté individuelle, l’Etat n’a donc aucune raison d’intervenir tant que ça ne cause pas de dommage. Ce qui est absurde, c’est que l’alcool, plus dangereux, est permis. »

PUBLICITE

Le groupe de travail qui a remis un rapport de 120 pages au ministre souhaitait calquer son modèle sur celui du Portugal. La mise en place de ce système de contraventionnalisation du cannabis rime avec une détente des autorités Israéliennes sur le sujet. Le nombre de poursuite pour usage de cannabis a chuté de 30 % en seulement cinq ans et le gouvernement a par exemple assoupli les peines pour les militaires israéliens qui fumeraient durant leurs permissions.

Théo Caillart

Théo est diplômé en journalisme de l'IICP. Passionné par l'économie et l'industrie du cannabis, il s'est spécialisé sur ces sujets, avec un peu de thérapeutique à l'intérieur.

Cliquez pour commenter

Vous devez être connectés pour poster un commentaire Connexion

Laisser un commentaire

Cannabis en Israël

Teva Pharmaceutical rentre sur le marché du cannabis thérapeutique

Teva et le cannabis en Israël

Le géant de l’industrie pharmaceutique Teva Pharmaceutical Industries, considéré comme le plus grand producteur de médicaments génériques au monde, a annoncé entré dans le secteur du cannabis médical après que sa filiale Salomon, Levin, Elstein (S.L.E.) ait signé un accord de distribution avec la société israélienne Canndoc.

PUBLICITE

Selon l’accord annoncé vendredi, S.L.E. distribuera les produits approuvés GMP de Canndoc en Israël, notamment les hôpitaux, les groupes de santé et les pharmacies.

S.L.E. pourra aussi fournir de la logistique pour l’exportation des produits de Canndoc vers des pays permettant la vente et la distribution de produits à base de cannabis médical.

Canndoc est une filiale de la société InterCure, présidée depuis septembre 2018 par l’ancien Premier ministre et candidat de l’Union démocratique, Ehud Barak.

« Notre accord avec S.L.E., société israélienne leader dans la distribution de produits médicaux, crée une plate-forme de support complète pour la fourniture des produits GMP de Canndoc à n’importe quel endroit en Israël et dans les pays dotés de réglementations similaires », a déclaré Barak. “Par son partenariat avec S.L.E., Canndoc s’est associé à l’une des sociétés pharmaceutiques les plus en vue du monde pour la distribution de traitements médicaux à base de cannabis dans des pays qui reconnaissent la valeur de ces médicaments pour les personnes dans le besoin. »

PUBLICITE

L’accord initial de distribution couvre une période de trois ans, mais comprend un mécanisme pour le prolonger automatiquement de deux ans à chaque fois.

« Cet accord associe notre réseau de distribution pharmaceutique bien établi à la présence de Canndoc et à son leadership sur le marché, qui est un marché de grande qualité », a déclaré S.L.E. PDG Aviad Bossi.

« Au-delà des opérations en Israël, cet accord fournira à Canndoc d’importantes capacités logistiques pouvant soutenir les opérations d’exportation de Canndoc à partir d’Israël. »

Dans son rapport semestriel publié le mois dernier, InterCure a annoncé que l’autorité d régulation israélienne du cannabis médical lui avait donné l’autorisation de commencer neuf essais cliniques. Huit des neuf tests seront des essais cliniques de phase II.

PUBLICITE

Les essais cliniques examineront les effets des produits Canndoc sur des patients souffrant de pathologies telles que l’épilepsie, la fibromyalgie, la douleur neuropathique, les effets secondaires de la chimiothérapie, la maladie de Parkinson et le trouble de stress post-traumatique.

Teva n’est pas le premier Big Pharma à s’intéresser au cannabis. Novartis a par exemple monté un partenariat avec Tilray pour développer et distribuer des produits non-combustibles à base de cannabis. Sanofi, Pfizer et Merk détiennent aussi des brevets sur le cannabis aux Etats-Unis et au Canada.

Teva a également annoncé en juin dernier distribuer en Israël le vaporisateur de chez Syqe Medical pour les usagers médicaux.

Continuer la lecture

Trending

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !

0